Surprise

Pour les fêtes de Noël, je m’apprête à rentrer quelques jours en France pour retrouver mes proches, histoire de partager de bons moments. Je me souviens de la première fois que je suis rentrée en France après mon expatriation. Je m’étais insensiblement habituée à certaines façons d’être ou de faire au Japon et je trouvais bizarre d’en retrouver d’autres, auxquelles je m’étais pourtant accoutumée pendant de longues années en France. Aujourd’hui, je vous dis donc les 7 choses qui me surprennent quand je quitte le Japon, sans ordre particulier.

Les tatouages

Au Japon, il est très rare de voir des gens tatoués. C’est très mal vu ici parce que ça évoque la pègre locale, les yakusa. Il existe de nombreux endroits où les tatouages sont tout simplement interdits. Même s’ils sont tout petits. Ainsi, si vous souhaitez vous inscrire dans un club de sport, aller à la piscine ou vous faire plaisir dans un onsen, la première question que l’on vous pose est : « êtes-vous tatoué-e ? » Si tel est le cas, l’accès vous sera refusé. Si vous mentez et qu’on voit votre tatouage ensuite, on vous jettera dehors… Il semble que depuis peu, de rares onsen acceptent des gens tatoués mais c’est encore exceptionnel.

Or quand je rentre en Europe, je suis surprise du nombre incroyable de gens tatoués : hommes, femmes, jeunes, vieux, il faut croire que tout le monde y est passé depuis que j’ai quitté la France ! Quand j’en suis partie, j’avais l’impression que le tatouage était encore relativement marginal, mais maintenant, c’est le fait de ne pas être tatoué qui l’est ! Cela dit, certains Japonais arborent des tatouages exceptionnels… et pas très discrets. Je n’en ai jamais (encore) vu en vrai, mais sur les photos, regardez, c’est impressionnant ! Et comme au printemps prochain, j’ai l’intention d’aller voir une matsuri géante, j’aurai peut-être l’occasion d’en apercevoir…

Yakuza-taouage-matsuri

Les bousculades

Je suis toujours étonnée en France que les gens se bousculent et ne créent pas un rang pour accéder à un endroit, notamment dans les transports en commun. Je me souviens de ma surprise, en Grèce il y a une vingtaine d’années lorsqu’une femme m’avait gentiment remise à ma place en me montrant que pour prendre le bus, il fallait faire la queue. Je n’avais jamais vu ça de ma vie et étais stupéfaite ! La queue pour monter dans un bus ! Eh bien il semble que plusieurs pays pratiquent ce système très pratique… mais pas la France. C’est bien dommage car cela évite non seulement les encombrements mais aussi l’exaspération des gens qui se font doubler sans vergogne par certains malotrus. Les gens aiment-ils vraiment se faire bousculer, engueuler ? Pourquoi ?… C’est pour moi un des mystères de la vie comme pourquoi l’univers est-il en expansion, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?… Si vous avez des réponses à ma question, n’hésitez pas !

Croiser des regards

Ça, je me souviens que ça m’avait un peu posé problème en arrivant à l’aéroport d’Amsterdam où j’avais une correspondance lors de mon premier retour en Europe. En descendant de l’avion, je trouvais que les gens me regardaient bizarrement. Après vérification – non, je n’avais pas un trou dans ma robe, ma braguette n’était pas ouverte, je n’avais pas une énorme tâche sur moi – je me suis rendu compte qu’en fait, les gens croisaient tout simplement mon regard… normalement. Au Japon, planter son regard dans les yeux de quelqu’un ne se fait pas et peut même être perçu comme une agression, même pour quelques secondes.

Regard-japon

De ce fait à Tokyo, les gens évitent votre regard (et du coup toute communication avec vous), et baissent les yeux si vos regards ont l’audace de se croiser. Étonnant, non ? Désormais, je fais pareil, c’est devenu une habitude… que je perds quand je rentre en Europe. Je me demande toujours comment font les Japonais pour se draguer puisqu’ils ne se regardent même pas. Encore un des mystères de la vie…

Les bandes dans les rues

À Tokyo, il y a tellement de monde et on fait tellement de cas d’autrui qu’on ne se promène jamais à plus de deux de front dans la rue. Les gens se suivent généralement plutôt à la queue-leu-leu. Et il est très rare de voir des groupes. C’est valable pour les bandes de jeunes ou de moins jeunes. Même en famille, on se déplace à la file indienne. J’ai même vu des manifestations à Tokyo comme la Gay Pride et même deux manifestations « à la française » de revendication (mais je n’ai pas compris pour/contre quoi) et les gens n’avançaient que deux par deux pour laisser les voitures circuler. Ils avaient des sifflets, des pancartes et tout et tout, mais au Japon, on ne doit pas gêner les autres, alors on se tient bien, notamment dans la rue, non mais ! Quand je suis en France, ça me fait toujours drôle de voir des groupes amassés… quitte à bloquer l’accès au trottoir… Les seules fois où j’ai vu de gros groupes déambuler à Tokyo, c’était pour fêter Halloween, mais comme on peut le voir ci-dessous, il arrivait même là que l’on se mette à la file indienne, à cause de la foule !

Halloween Tokyo

La taille des choses 

Dès que je quitte le Japon, je trouve que tout est démesuré. C’est dingue car j’habite dans la ville la plus peuplée au monde, on pourrait imaginer que tout est grand mais c’est tout le contraire. Par exemple quand je commande un plat en France, je le trouve énorme par rapport aux portions nippones. De même les boites de conserves japonaises les plus grosses font souvent la moitié de la taille des françaises. Du coup, quand je vais faire les courses en France, je trouve les magasins géants, le choix immense (un rayon entier rien que pour des céréales par exemple me semble monstrueux : au Japon, dans le supermarché basique, il n’y aura pas plus de 2-3 paquets côte à côte sur une hauteur bien plus petite qu’en France). Et je ne vous raconte pas la taille des légumes, comme ces poivrons par rapport aux tomates-cerises…

Taille des poivrons au Japon

Il en est de même pour les chaussures. Au Japon, quand je demande une pointure 39 je crains qu’on ne m’apporte des skis plutôt que des chaussures. Du coup, quand je vois les rayons en France dans lesquels une femme peut trouver du 42 assez facilement, je suis médusée alors que ça me paraissait être la norme avant. Idem pour les voitures. En Europe elles sont grosses, on trouve des breaks alors qu’ici, la plupart des véhicules ressemblent à de petits cubes sur roues. La largeur des rues aussi, même dans une petite rue de province, sera toujours plus bien importante que celle de la moindre rue de mon quartier à Tokyo.

Enfin les gens eux-mêmes sont beaucoup plus grands en Europe qu’au Japon. Je mesure 1,63 m j’ai donc une taille moyenne pour ma génération et je suis plutôt petite par rapport aux générations plus jeunes. Mais à Tokyo, je suis presque grande ! Je me cogne d’ailleurs régulièrement aux poignées de métro car elles sont réglées très bas ! Je fais au moins une tête de plus que la plupart des mamies de mon quartier, et je suis souvent légèrement plus grande que les homme japonais de ma génération. Alors quand je porte des talons… Quand je rentre en France, j’ai l’impression d’être une naine, je trouve tout le monde très grand et dans la foule je ne vois plus rien ^^…

L’absence de distributeurs 

Quand je sors du Japon, je cherche toujours les fameux distributeurs de rue japonais. Ici, il en existe pour à peu près tout, qui vous délivrent cigarettes, boissons, glaces, soupes, journaux, barres de céréales etc. J’ai lu qu’il y avait un distributeur pour 23 habitants à Tokyo ! Comme on est 35 millions, faites le calcul. Bon, vous êtes fatigués, je vous épargne les décimales mais ça fait tout de même 1 521 739 distributeurs. Pas mal, non ?

Autant vous dire qu’on en trouve absolument partout, dans les couloirs ou stations de métro, dans la rue, même dans des endroits un peu excentrés. Pour les boissons, on trouve du chaud ou du froid. Quand je rentre en Europe, ça me manque, je les cherche des yeux les premiers jours et puis je m’habitue 😉

Voir des couples s’embrasser 

Je vous avais parlé dans mon billet sur la gestuelle nippone de la grande pudeur des Japonais qui par exemple cachent leur bouche pour rire. Vous imaginez bien qu’il en va de même a fortiori pour la manifestation de leurs sentiments. De ce fait, il m’est arrivé une seule fois en bientôt cinq ans de voir un couple s’embrasser dans la rue. On peut voir des couples de tous âges se tenir la main en public, mais s’embrasser ou se faire un câlin, même de manière assez discrète, non. Alors quand je rentre en France, je suis toujours surprise les premiers jours de voir des couples manifester leur amour en public.

couple-france

Alors, すごい, non ? Et vous, qu’est-ce qui vous surprend le plus ?

Facebooktwitterpinterestmail

24 commentaires sur “Les 7 choses qui me surprennent quand je quitte le Japon

  • 12 décembre 2017 à 11 h 54 min
    Permalink

    Ah je ne savais pas pour les tatouages ! C’est étonnant ! Pour les files d’attentes, j’ai vu assez peu de pays où les gens faisaient des queues. Et pire que la France, il y a la Sicile !! Une cata à ce niveau, un japonais ferait une crise d’angoisse 😉
    Je me souviens de ma première expat’, en Australie. En revenant en France, je trouvais les gens stressés, marchant très vite. J’ai mis du temps de reprendre les codes de mon pays !

  • 12 décembre 2017 à 12 h 33 min
    Permalink

    Ah je ne suis jamais allée encore en Sicile et j’ignorais que c’était le bazar à ce point ^^! C’est sûr qu’un Japonais se sentirait très très mal (mais il n’en laisserait rien paraître).
    Les différences culturelles sont toujours passionnantes parce qu’elles permettent aussi de regarder sa propre culture différemment, avec du recul : c’est vrai qu’en France par exemple, beaucoup de gens sont assez stressés.

  • 12 décembre 2017 à 13 h 18 min
    Permalink

    Tout d’abord félicitations pour avoir trouvé Waldo/Charlie en plein Tokoy (4° photo) !

    Ensuite osons aborder les questions fondamentales qui fâchent :
    Alors Fred, pourquoi pas de files en France ?
    Et bien Jamie, c’est pas sorcier, c’est parce qu’au pays de Descartes on néglige les maths car on préfère se gargariser de post-structuralisme poético-littéraire à la mode, du coup on n’est plus au point au niveau de la théorie mathématique d’optimisation des files d’attente et on perd en ergonomie parce qu’on ne prend pas le temps d’e-penser !
    De plus l’éducation nationale en délitement n’apprend plus la politesse élémentaire aux gens alors tout fout le camp, mais pas de panique Jamie, il suffira de voter Le Pen pour que tout rentre dans l’ordre, et oui dans une société bleue marine les gens fileront droit et puis avec moins d’étrangers ça fera mécaniquement plus de place dans les bus ! CQFD 😀

    « Il est plus facile de faire simple que de faire compliqué tout comme il est plus facile de fuir le bonheur que d’être heureux », du coup les français sont un peuple de râleurs parce qu’ils refusent de s’organiser depuis Mai 68 c’est normal Jamie ! Mais pas de panique la nouvelle loi travail va mettre tous ces hippies au pas et tout rentrera dans l’ordre, on observera de belles files d’attente devant Pôle Emploi ! 🙂

  • 12 décembre 2017 à 14 h 18 min
    Permalink

    Tu as bien raison, les jeunes ne savent plus faire la queue – mais que fait l’école, bon sang, plutôt que de leur apprendre à écrire ou à compter, la file d’attente, y a que ça de vrai ! Files d’attente devant Pôle Emploi, le travail leur file entre les doigts alors
    moi j’vous dis, une bonne guerre, c’est ce dont ils ont besoin, ces jeunes, comme ça ils fileront droit ! Élémentaire mon cher Watson 😀

  • 12 décembre 2017 à 14 h 42 min
    Permalink

    Ce qui me gênerait le plus, c’est ce regard fuyant qu’ont les Japonais !! Cela doit être difficile de nouer des liens du coup ?!
    Quant aux tatouages, je n’aime pas trop surtout les grands modèles et ceux en couleur. J’ai souvent entendu ma mère me parler des tatouages des marins et des prisonniers mais c’était d’un autre siècle 😉
    Bientôt le retour en France alors Sandra 🙂

  • 12 décembre 2017 à 16 h 30 min
    Permalink

    Oui, moi aussi ça me sidère que l’on souhaite éviter le contact à ce point. Mes gènes méditerranéens ne m’ont pas habituée à ça ! C’est vraiment une culture différente.
    Merci Brigitte, j’ai hâte de rentrer pour les fêtes… 🙂

  • 12 décembre 2017 à 19 h 20 min
    Permalink

    c le choc inversé
    dit j imaginais pas la taille des boites de conserves
    le seule pays anglo saxon où je suis allée c est en Californie en 2015 avec les Usa
    je te dis pas qd 1 nana a cru qu on resquillait on s est bien frité j te jure
    que les choses soient claires je ne resquillais pas
    on rigole pas avec ça aux Usa
    ça sera dure qd tu vas revenir en France définitivement lool
    y a pleins de choses que j ignorais e tout cas

  • 12 décembre 2017 à 20 h 36 min
    Permalink

    Ah mais oui, les boîtes de conserve, ça m’a bien étonnée quand je suis arrivée. Et comme tu dis, quand je rentrerai, ça risque être le choc à l’envers avant de me réhabituer à ma propre culture 😉

  • 13 décembre 2017 à 7 h 41 min
    Permalink

    Merci pour ce reportage très instructif. Il y a des choses que je savais car j’ai côtoyé des étudiants japonais lorsque j’étais moi-même étudiante (ça fait un longgggg moment maintenant !) mais d’autres que j’ignorais. Alors je te rassure dans mon petit village de Provence, pas de bousculade pour monter dans un bus et quelques rares et discrets tatouages que l’on ne voit qu’en été à la piscine 🙂 Bon en fait côté portion alimentaire ça se comprend car leur façon de cuisiner n’a rien à voir avec la nôtre et ils font souvent des mélanges de légumes (et pas un seul comme nous). Les grignotages je pense que c’est plutôt en ville qu’il y en a beaucoup et, en France les distributeurs ont été interdits dans plein de lieux comme les établissements scolaires pour prévenir l’obésité…ce qui me gêne le plus en fait, c’est le regard fuyant, je ne m’y habituerais jamais. Comment communiquer alors ? Bonne journée et merci pour ces explications

  • 13 décembre 2017 à 14 h 44 min
    Permalink

    Merci Manou ! Tu m’as bien fait rire avec ton village de Provence où tu peux prendre le bus sans bousculade, c’est sûr que selon l’endroit où l’on vit, le monde et le stress ne sont pas les mêmes, et j’ai hâte dans quelques jours de retrouver le calme et surtout les espaces naturels de la France…
    Tu as tout à fait raison concernant la nourriture (d’ailleurs, j’ai prévu de rédiger un billet dessus), les Japonais font toujours des mélanges de légumes et il ne leur viendrait pas à l’esprit de n’en servir qu’un comme on le fait en France. Quant à l’obésité, même si elle augmente au Japon, elle est vraiment très faible mais les distributeurs de friandises ne vont pas arranger les choses, c’est sûr ! Belle journée !

  • 13 décembre 2017 à 15 h 17 min
    Permalink

    Article super intéressant ! Déjà que je suis perturbée par les différences entre le Nord et le Sud de la France … je n’ose imaginer le choc entre le Japon et la France ! Bon retour et bonnes fêtes !

  • 13 décembre 2017 à 16 h 21 min
    Permalink

    Merci Laurette ! Ah je comprends, moi quand je rentre, je passe d’abord par Paris (le Nord pour moi) et on veut me vendre des pains au chocolat, non mais oh ! Dans mon sud, on dit chocolatine, et moi aussi, ça me perturbe… mais j’avoue qu’entre le Japon et la France, les différences sont plus grandes et plus étonnantes 😉 Bonnes fêtes à toi aussi !

  • 14 décembre 2017 à 1 h 18 min
    Permalink

    Super article !
    Je me langui de rentrer en France pour savoir comment je vais vivre tout ça !
    Après perso j’ai toujours fait la queue pour rentrer dans le bus ou dans le métro haha !

  • 14 décembre 2017 à 12 h 26 min
    Permalink

    Merci ! Moi aussi j’ai hâte de rentrer !
    Bon et question queue devant le bus, je pense que je vais profiter des fêtes de Noël pour me plaindre auprès de mes parents qui ont dû mal m’élever, mais jamais au grand jamais je n’ai vu quelqu’un faire la queue en France pour prendre le bus ^^ ! Bonnes fêtes à toi !

  • 14 décembre 2017 à 12 h 37 min
    Permalink

    C’est vraiment intéressant comme article. J’étais déjà au courant pour les tatouages et les files par exemple, même si je ne pensais pas que cela était poussé jusqu’à faire la queue dans la rue. Après, je n’ai que le côté français pour faire la comparaison, alors je n’ai pas assez de recul (surtout que je ne connais que ma ville en fait), mais je n’ai jamais eut trop de problème ‘d’embouteillage piéton’ dans la rue. J’ai l’impression que les gens se mettent assez naturellement sur les trottoirs, et donc en file indienne, sauf dans les airs piétonnes, ou ben… c’est réservé aux piétons de toute façon, donc pas de problème avec ça.
    En tous cas, j’adore ce genre d’articles !!

  • 14 décembre 2017 à 18 h 17 min
    Permalink

    Oh merci ! Alors tu vois c’est marrant, mais je me rends compte en lisant ton commentaire qu’il y a très peu d’espaces piétons à Tokyo. Il y a quelques rues commerçantes mais peu, je trouve, par rapport à la France. Ici, même en famille, les gens sont à la queue-leu-leu, c’est assez curieux car en France, on se met facilement au moins 2 côte à côte, ce qui est très rare à Tokyo.

  • 15 décembre 2017 à 15 h 19 min
    Permalink

    Encore un bel article instructif. Mais si il y a des endroits où il faut faire la queue pour entrer dans le métro, c’est à Lyon. Ils ont eu l’intelligence de faire des marquages au sol et il faut attendre de part et d’autres afin que les gens puissent sortir. Je n’ai pris ce métro que hors des heures de pointe et le système fonctionnait. C’est vrai que dans les écoles, la mise en rang n’est plus à la mode et que lorsque l’on croise des scolaires en groupe il vaut mieux attendre qu’ils soient passés …

  • 16 décembre 2017 à 13 h 22 min
    Permalink

    Merci ! Alors ça, tu m’apprends quelque chose ! Je ne savais pas qu’en France on avait aussi ce système de marquage au sol dans le métro pour indiquer aux passagers qu’il faut laisser la place aux gens qui descendent avant de monter eux-mêmes dans le métro ! C’est super (surtout si les gens le respectent bien 😉 ) Bon week-end !

  • 22 décembre 2017 à 1 h 37 min
    Permalink

    Je ne suis encore jamais rentrée en France depuis mon départ sur le Japon (5 ans !) donc je ne sais absolument pas ce qui va ms surprendre. Je suis impatiente de goûter à ce choc culturel inversé.
    Par contre les bousculades… ce n’est pas du tout rare ici 😉

  • 22 décembre 2017 à 1 h 58 min
    Permalink

    Eh bien je trouve qu’à Tokyo, il n’y a pas de bousculades, sauf dans le métro aux heures de pointes quand on est poussé par les pousseurs, mais sinon, copte tenu du monde qu’il y a c’est vraiment « calme ». Et j’avoue que ça ne me manque pas du tout 😉

  • 22 décembre 2017 à 2 h 32 min
    Permalink

    Très intéressant 😉

    C’est marrant parce que pour moi c’est l’inverse : Quand je rentre en France, tout me parait petit ! Les voitures, les frigos, les magasins, etc … ahah
    Je te rejoins pour la queue à l’entrée des bus. J’avais expérimenté ça lors de mon 1er séjour longue durée en Espagne, et ça m’avait tellement surprise de voir les gens attendre tranquillement leur tour pour monter dans les bus, j’avais trouvé ça très bien en fait. Aux US, c’est pareil, on fait la queue, c’est plus civilisé finalement.

    Finalement, les 2 choses qui me choquent le plus quand je passe en France : Les cigarettes et la mauvaise humeur ! En Floride, il y a très peu de fumeurs, et ce sont souvent des touristes (Français 😉 ), et les Américains sont réputés pour leur bonne humeur. Parfois, ça fait un peu superficiel, mais ça reste agréable, alors quand je rentre en France et que je croise les gens qui font la gueule pour un rien, je saisie ma chance de vivre autre chose au quotidien 🙂

  • 23 décembre 2017 à 17 h 23 min
    Permalink

    Ah oui, ça ne m’étonne pas du tout ! Quand on vit aux USA, c’est exactement le contraire, tout est gigantesque (mais il faut dire que c’est à l’échelle du pays qui est immense). Je te rejoins pour la cigarette : au Japon par exemple, il est interdit de fumer dans la rue (sauf aires spécialement prévues à cet effet) ; en revanche, dans les restos, c’est permis, ce qui me gêne beaucoup. En France, j’apprécie de savourer mon repas sans odeur de tabac. Pour la mauvaise humeur, hélas, notre réputation de Français n’est en effet pas très bonne (et à juste titre). Mais les Américains sont beaucoup plus souvent de bonne humeur (je l’ai observé seulement en tant que touriste et tu le confirmes). Comme toi, je considère l’expatriation comme une énorme chance de vivre quelque chose de différent. Très bonnes fêtes Bertille !

  • 2 janvier 2018 à 18 h 50 min
    Permalink

    Je suis surprise que vous ne l’ayez été, par un phénomène aussi remarquable que le tatouage, par la barbe des hommes ! N’avez vous pas remarqué que les hommes sans barbe n’existent plus quasiment, en tout cas de 16 à 50 ans ! un homme sans tataouage et sans barbe, ça n’a pas de personalité ! la personalité, c’est tout le monde au moule tatouage/ poils !
    C’est la mode ! les femmes aussi ont leur tatouage automatique pour beaucoup, sinon pas de personalité ! ha, mais pas de barbe, ha non, pas de poils, pas de ça chez nous, beurk !
    C’est la mode au moule !
    Société de moules !
    Les japonais sont moins c….

  • 3 janvier 2018 à 22 h 15 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord pour la barbe, j’ai bien remarqué qu’elle était très tendance en France mais pas au Japon puisque la plupart des Japonais sont imberbes ou presque 😉 Et en effet, il était original de porter la barbe et un tatouage il y a quelques années alors que maintenant, c’est le fait de ne pas être tatoué et d’être glabre qui le devient !
    Disons que la mode de la barbe passera sans doute, mais celle du tatouage sera plus difficile à supprimer !!! Quant aux poils des femmes, j’ai vu récemment une pub sur laquelle une mannequin apparaissait jambes non épilées et elle en a sacrément pris pour son grade sur les réseaux sociaux… Drôle de société !
    J’en profite pour vous souhaiter une très bonne année !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *