L’art de perdre, d’Alice Zeniter

J’avais beaucoup vu le roman L’art de perdre d’Alice Zeniter sur la toile et devant ce titre incongru et le plébiscite qu’il a suscité, je m’étais promis de le lire dès que j’aurais un peu de temps. Car il faut dire que c’est un pavé, mais qui se lit en un éclair tellement il est passionnant. J’ai donc attendu d’être vraiment en vacances pour le lire. Ou plutôt pour le dévorer ! L’art de perdre d’Alice Zeniter est un roman qu’il faudrait pouvoir lire d’une traite, sans avoir besoin de s’arrêter. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

L’autre qu’on adorait, de Catherine Cusset

Je ne connaissais pas du tout cette écrivaine mais j’ai tellement vu ce titre sur la toile que j’ai fini par me laisser tenter, bien que je ne sache absolument rien des thèmes, du sous-genre, ou du style de ce roman.

Thomas Bulot est un jeune homme brillant, mais qui après sa prépa, contrairement à ses camarades, échoue au concours de la célèbre école Normale Supérieure de Paris. Il s’enfuit aux États-Unis où il poursuit malgré tout de très solides études littéraires et devient un spécialiste de Proust (ce qui m’a donné envie de relire la Recherche). Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

La vie devant soi, de Romain Gary

J’ai adoré La Promesse de l’aube, roman que j’ai lu plusieurs fois et j’ai souhaité découvrir un autre titre du même auteur. Il me semblait déjà connaître La Vie devant soi, mais c’est sans doute à cause du film avec Simone Signoret – que j’ai vu il y a des siècles – car je n’ai pas eu l’impression de relire ce roman mais de le lire pour la première fois. Il raconte à la première personne l’histoire de Mohammed, dit Momo, qui s’adresse à un interlocuteur qu’on ne découvrira que dans les dernières pages.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Falaises, d’Olivier Adam

Il y a des années j’avais entendu Olivier Adam à la radio sur France Inter qui lisait un extrait de son roman Le cœur régulier. J’avais trouvé son texte très beau et m’étais empressée d’aller acheter et lire ce roman. Comme je l’avais apprécié, lorsque l’occasion s’est présentée de lire un second livre du même écrivain, je n’ai pas hésité. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

De la clémence, de Sénèque

Dans le cadre du challenge Au fil des siècles que j’ai organisé sur Livraddict, j’avais proposé deux classiques de l’Antiquité, un grec et un romain. J’ai choisi pour le romain un texte philosophique de Sénèque intitulé De la clémence. L’avantage de Sénèque, c’est qu’il est assez clair et donc accessible même aux non-philosophes comme moi.

Cet essai s’adresse à Néron, dont Sénèque a été le précepteur, avant de tomber en disgrâce et d’être contraint au suicide par l’empereur lui-même. C’est donc assez ironiquement que l’on peut lire ce texte a posteriori, quand on sait ce qu’a fait Néron pourtant si bien conseillé par le philosophe dans le domaine de la clémence ! Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail