La vraie vie, d’Adeline Dieudonné

On peut dire que ça commence fort, très fort, même ! Je suis tombée un peu par hasard sur l’incipit de ce roman. J’ai aussitôt téléchargé et dévoré ce livre. Je ne connaissais pas du tout l’autrice et je suis ravie de l’avoir découverte. C’est un premier roman très prometteur. L’histoire est écrite à la première personne par une narratrice qui a une dizaine d’années au début de l’intrigue. Je ne peux pas résister, voici la première phrase. Vous comprendrez ainsi pourquoi je n’ai pas pu lâcher le roman. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

 

Liseuse ou livre papier ?

Je ne suis pas une intégriste du papier, mais j’ai appris à lire à une époque où les outils numériques n’existaient pas et j’ai lu pendant des années exclusivement sur support papier. Comme toute amoureuse des livres, je possède des ouvrages papier, on m’en offre régulièrement que je range comme tout le monde dans ma bibliothèque. J’étais plutôt réfractaire à la modernité dans ce domaine, sans jamais avoir essayé autre chose que le papier. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

La vérité sort de la bouche du cheval, de Meryem Alaoui

J’ai choisi ce roman pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il s’agit encore une fois d’un premier roman, écrit par une femme, marocaine de surcroît. Ensuite, il se passe à Casablanca où je vis aujourd’hui, et j’avais donc à cœur de découvrir ce que peut bien écrire une Marocaine d’aujourd’hui sur ma ville d’adoption. Et enfin j’étais très intriguée par le titre… Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Zazie dans le métro, de Raymond Queneau

Pour mon classique du mois, je souhaitais relire du Queneau. J’avais aimé certains de ses poèmes, et bien sûr ses Exercices de style lus et relus abondamment. Mais étonnamment, je n’avais jamais lu son roman phare, Zazie dans le métro. C’est désormais chose faite et je ne regrette absolument pas ma lecture, bien au contraire, kèskeujmeusuimarée ! Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Le Lambeau, de Philippe Lançon

Le Lambeau vient de recevoir le Prix Femina. Quand ce livre est sorti, je n’ai pas souhaité le lire tout de suite car j’avais un peu peur : pour une fois je savais de quoi il traitait et je ne voulais pas me sentir « voyeuse » du drame horrible qu’a vécu Philippe Lançon. Puis, peu à peu, je me suis laissé prendre au jeu (médiatique ?) et j’ai fini par le lire. Je n’ai pas regretté ce choix. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail