Aujourd’hui, je vous raconte ma première expérience chez le coiffeur au Japon. C’était pendant des vacances. J’en profite en effet pour aller me faire couper les cheveux car on m’a dit qu’ici, « il faut du temps »… Pour trouver un coiffeur, rien de plus facile : il y en a un très grand nombre (3 en 200 mètres rien que dans la rue de ma station de métro) et ils ont une enseigne le plus souvent bleu-blanc-rouge très reconnaissable. Lorsqu’elle tourne, cela signifie que le salon est ouvert : 

coiffeur-japon-tokyo

Bon, j’avoue, j’ai un peu triché, c’est-à-dire que je ne suis pas allée chez le premier coiffeur venu. Une de mes collègues, qui vit ici depuis plus de 10 ans et connait tous les bons plans, me recommande un salon de coiffure où l’on parle français… Parce que même si je prends des cours de japonais (je vous en parle ici), les mots « coupe, mèche, dégradé » ne sont pas exactement ce que j’y apprends tout de suite si vous voyez ce que je veux dire…

Je téléphone donc pour prendre rendez-vous. Là, ça se corse car la dame au bout du fil ne comprend pas un mot de la langue de Molière  – Aïe, m’aurait-on menti ?? – et seulement deux d’anglais « yes » et « no ». Ça promet d’être difficile ! Alors que je suis désespérée, mon interlocutrice me passe un collègue qui baragouine l’anglais plus ou moins bien, lequel finit par rendre les armes aussi et me passe enfin un coiffeur français, ouf ! J’ai rendez-vous cet aprèm.

Arrivée au salon, je suis prise en charge par le Français, Christophe, et un de ses acolytes japonais (qui parle aussi français). On m’installe non pas au bac mais sur un fauteuil directement. J’explique ce que je souhaite et on m’apporte une petite boîte très jolie pour que j’y dépose mes boucles d’oreilles. On m’offre aussi une boisson, je choisis un thé. Puis Christophe vaporise 3 pschitt d’eau sur mes cheveux et les coupe, comme ça, sans shampoing, presque secs ! J’hallucine ! Tout en coupant mes cheveux, le coiffeur me raconte sa vie : il a fondé une école de coiffure au Japon, mais avant, il coiffait les stars à Paris et continue de coiffer Catherine (Deneuve) ou Isabelle (Adjani) quand elles viennent à Tokyo. Et maintenant il me coiffe moi… Je vous le dis : c’est bon pour son CV ou son book, une brochette de stars pareille !!! Jugez plutôt :

Après la coupe qui prend presque 2 heures (non, non, je n’exagère pas, parce que le coiffeur voit que j’ai le temps alors il prend aussi le sien et c’est appréciable de ne pas être éjectée en 10 minutes d’autant qu’il est très sympa et sa vie passionnante) je pars au bac et c’est son collègue japonais qui me fait un shampoing. Mais alors un shampoing comme je n’en ai jamais eu ! D’abord, on m’installe sur un fauteuil qui bascule complètement, comme chez le dentiste. On est à l’horizontale et du coup, mes cervicales ne sont pas massacrées, comme c’est souvent le cas en France. En même temps, heureusement, car le shampoing dure 15 bonnes minutes et est assorti d’un massage du crâne super agréable. Retour au fauteuil de la salle et là, le coiffeur japonais me demande « massage ? » et sans attendre ma réponse, il me masse à nouveau la tête mais aussi les épaules et le haut du dos pendant 10 bonnes minutes. C’est un massage vigoureux mais ô combien apprécié !

Enfin, seulement, on me sèche les cheveux, on recoupe une mèche ou deux, et me voilà prête. Le coiffeur me tend sa carte en me disant que – comme pour Catherine ou Isabelle – il peut se déplacer à mon hôtel, heu pardon, ma maison, si j’ai envie d’un petit brushing. Je prends sa carte en disant  « Ok mon chou ! » avec cet air supérieur que prennent les stars, et je secoue la tête pour faire voler mes cheveux comme dans les pubs. Bon, non, vous avez compris, la magie s’arrête quand je prends sa carte, mais quand même, maintenant je me la pète car j’ai le même coiffeur que Cathy et Isa !…  J’ai passé presque 3 heures dans le salon, j’en suis ressortie ruinée – bon, tout est relatif, je compare avec mon coiffeur français de province qui ne coiffe pas les V.I.P. et je le savais à l’avance, ma collègue m’avait prévenue – mais avec une coupe de star et super détendue ! J’y suis d’ailleurs retournée plus tard.

Bon, cela dit, je pourrais aller plus près de chez moi, mais va expliquer en japonais ce que tu veux ! Surtout qu’avec nos cheveux européens, certains coiffeurs sont paraît-il assez réticents à nous coiffer, les produits ne sont pas les mêmes et pas forcément adaptés à notre chevelure etc. 

coiffeur-japon-devanture

Les tarifs sont assez élevés comparés à la France : 5200 Yens ici chez ce coiffeur pour une simple coupe (soit 45 euros) et lui ne coiffe que monsieur-et-madame tout-le-monde ! Si vous voulez faire une couleur, des mèches, une permanente ou je ne sais quoi, la note peut vite s’avérer très salée.

tarif-coiffeur-tokyo

Alors je me suis demandé : comment font les étudiants ou les chômeurs ? Ben je vais vous le dire : ils laissent pousser leurs cheveux. J’avais remarqué que certains Japonais portent les cheveux beaucoup plus longs que les Français. Je croyais – quelle naïve je suis ! que c’était parce qu’ils ont de beaux cheveux épais et tout et tout, mais en fait, c’est beaucoup moins glamour, c’est juste pour éviter de finir sous les ponts !

すごい, non ?

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

17 commentaires sur “Aller chez le coiffeur au Japon…

  • 8 novembre 2016 à 9 h 49 min
    Permalink

    Toute une aventure ce rendez-vous chez le coiffeur 🙂 Je n’ai jamais osé me faire coiffer à l’étranger, je crains toujours le pire !!
    Par contre j’aurai adoré un massage de mon cuir chevelu et de mes épaules, ça détend tellement.
    Font-ils des couleurs comme nous sur leurs cheveux ?
    Bonne journée.

  • 8 novembre 2016 à 12 h 53 min
    Permalink

    Ah oui, ils font des couleurs : la plupart des femmes se font décolorer mais sur leurs cheveux bruns, ça donne un roux sombre. Ce n’est pas vilain, mais comme elles ont de très beaux cheveux au naturel, je trouve ça dommage. C’est une des choses qui m’ont surprise quand je suis arrivée au Japon et que j’ai vu des blonds, des roux, des cheveux violets (surtout les mamies), je ne m’y attendais pas ! Les hommes aussi se font des couleurs, s’épilent les sourcils, bref, un autre monde…

  • 8 novembre 2016 à 18 h 23 min
    Permalink

    Tu as de la chance de tomber sur ce coiffeur alors :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

  • 8 novembre 2016 à 20 h 00 min
    Permalink

    Oui, mais mon mari va chez un coiffeur japonais, et ça se passe à peu près pareil sauf que la communication est plus délicate. 😉

  • 8 novembre 2016 à 20 h 14 min
    Permalink

    la classe quand même le même coiffeur que les vip du cinéma français
    attention ça rigole pas
    en + tu t es fait chouchouter what else ?

  • 8 novembre 2016 à 20 h 45 min
    Permalink

    T’as vu ça, un peu ? Si ça se trouve, vous me verrez prochainement sur les écrans 😉 Prochain festival de Cannes, attention les yeux ! Si c’est avec Georges, je ne suis pas contre…

  • 9 novembre 2016 à 8 h 58 min
    Permalink

    La grande classe !!!
    J’aurai voulu voir moi ta coupe de cheveux de stars !
    Pareil en Chine je n’ose pas aller dans les salons à coté de peur qu’ils ne savent pas coiffer mes cheveux occidentaux. Déjà dans celui où j’ai été il m’a proposé de désépaissir (je sais même pas si ça s’écrit comme ça !) en dégradant tout, j’ai dit à Panda de lui traduire qu’il était hors de question que je finisse avec une queue de rat ! Par contre j’ai apprécié qu’effectivement ma tête soit posé sur un coussin donc pas de maux de cervicales, ça fait du bien !

  • 9 novembre 2016 à 10 h 00 min
    Permalink

    N’est-ce pas ? Je vois que ce problème ne concerne pas que moi (c’est un peu rassurant tout de même) et je n’ai pas du tout les mêmes cheveux que les Japonaises, mais bon, si on ne veut rien de trop compliqué, ça va. Et comme je ne suis pas une accro du coiffeur, je n’y vais pas très souvent (et je profite de mon retour l’été en France pour y aller, c’est plus simple).

  • 9 novembre 2016 à 10 h 21 min
    Permalink

    Tes articles sur ta vie d’expat sont toujours très intéressants. C’est vrai qu’on ne pense pas au premier abord que même pour aller chez le coiffeur ça peut être tout une aventure.

  • 9 novembre 2016 à 12 h 54 min
    Permalink

    Merci ! C’est vrai qu’on n’imagine pas que ce qu’on fait facilement, machinalement en France peut poser problème à l’étranger pour des raisons de langue ou de codes que l’on ne maîtrise pas. Je suis contente si ce genre de billets te plait. J’en ai tellement à raconter que je ne sais par où commencer ! Donc si un domaine t’intéresse particulièrement sur la vie au Japon, n’hésite pas à me le dire 😉

  • 9 novembre 2016 à 13 h 42 min
    Permalink

    La photo! La photo! Tu crois quand-même pas que tu vas t’en sortir comme ça, avec la photo de Catherine Deneuve, non mais!
    Bon, sinon, tu m’as donné envie d’aller chez le coiffeur maintenant! J’attends avec impatience ton article sur tes cours de japonais! Je t’embrasse!

  • 9 novembre 2016 à 14 h 12 min
    Permalink

    Bon, le problème c’est qu’après avoir mis la photo de mes nouvelles cops Cathy et Isa, ça faisait quand même tout bizarre de mettre la mienne, je voulais pas leur faire de l’ombre ;)… La prochaine fois, peut-être ? Bisous aussi !

  • 10 novembre 2016 à 1 h 24 min
    Permalink

    Hahaha, j’ai adoré cette article ! Je n’y avais jamais songé avant, mais c’est vrai que ça doit être l’horreur de se faire coiffer a l’étranger ! Déjà dans sa propre langue, c’est pas toujours évident d’exprimer clairement ce que l’on veux exactement, lol, alors en Japonais ?! Ouille 😀 En tout cas quelle expédition ! Je dis pas non au siège qui bascule et au massage en prime, le pied ça ! Hé, dis, dis ! Je suis déçue 🙁 Elle est où la photo de ta nouvelle coupe de star, hein, elle est où ? On veut voir, on veut voir ! 😉

  • 10 novembre 2016 à 10 h 21 min
    Permalink

    Rhooo là là ! Devant ces demandes pressantes de photo, je me sens obligée de me justifier. En fait, je suis une star internationale très connue et je suis partie vivre au Japon pour fuir les paparazzi et mettre ma carrière entre parenthèses pendant quelques temps. Je ne peux donc pas mettre de photo de moi, sinon, ça va être l’émeute en bas de chez moi :D. Autre version : je suis agent secret, je ne peux donc pas me permettre d’être reconnue 🙂 Mais je continuerai de raconter ma vie au Japon quand même !

  • Pingback: La banque au Japon - Bibliblog

  • 14 novembre 2016 à 13 h 14 min
    Permalink

    J’adore cet article. Très vivant.
    Et bravo pour ce blog, il est très chouette.

  • 14 novembre 2016 à 13 h 27 min
    Permalink

    Merci beaucoup et bienvenue dans mon petit univers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *