Capote De sang froid

On plonge immédiatement dans un décor rural américain de la fin des années 50, grâce aux belles descriptions, aux phrases amples qui nous font sentir l’atmosphère paisible du hameau de Holcomb. L’écriture de Capote, en retardant le début de l’action et en ménageant une attente, nous fait bien sentir que la simplicité des lieux, la perfection morale des protagonistes sont trop belles pour durer. Et en effet, une nuit, quatre membres de famille Clutter, bien sous tous rapports et aimés de tous sont assassinés de manière atroce dans leur maison. Une enquête longue et difficile commence : pas de mobile apparent, aucun témoin, et un seul maigre indice : la trace d’une semelle de chaussure sur les lieux du crime.

Truman Capote nous présente parallèlement la vie de deux jeunes marginaux dont on devine déjà qu’ils sont les assassins. On suit le road trip de Perry Smith, intelligent mais tordu au sens propre comme au sens figuré et de son acolyte Dick Hickock qui fuient vers le Mexique et dans le sud des Etats-Unis après les assassinats. Ils seront accusés et retrouvés un peu par hasard, grâce au témoignage d’un ancien codétenu de Perry Smith qui lui avait beaucoup parlé des Clutter qu’il connaissait.
On est emporté pendant les 500 pages ; on cherche, comme l’auteur, à comprendre ce qui ne peut l’être : comment on peut infliger la mort à des personnes inconnues qui ne nous ont rien fait. On découvre le passé des deux meurtriers, leur psychologie est fouillée par l’auteur qui les a vraiment rencontrés puisqu’il s’agit d’un fait divers réel qui a inspiré à Truman Capote ce roman de non-fiction. On admire la probité, l’intégrité et la dignité des Clutter, on s’amuse de la vie rurale de cette région du Kansas, et on est horrifié de ce qui va pousser les meurtriers à perpétrer leur crime, de leurs réactions après leur arrestation, grâce à une narration qui mêle différents points de vue. L’auteur nous propose aussi une réflexion sur la peine de mort dans un état qui l’applique toujours, 50 ans après l’écriture de ce roman…
Les deux faces de l’âme humaine se trouvent ainsi décrites longuement et minutieusement par Capote : d’un côté la vertu la plus plus pure et idéalisée d’une famille et de l’autre la noirceur la plus profonde de deux pauvres types qui malgré leur monstruosité, n’apparaissent jamais vraiment comme des êtres seulement antipathiques. Un excellent roman, magnifiquement écrit.

« Il était midi au coeur du désert de Mojave. Assis sur une valise de paille, Perry jouait de l’harmonica. Dick était debout au bord d’une grande route noire, la Route 66, les yeux fixés sur le vide immaculé comme si l’intensité de son regard pouvait forcer des automobilistes à se montrer. Il en passait très peu, et nul d’entre eux ne s’arrêtait pour les auto-stoppeurs… Ils attendaient un voyageur solitaire dans une voiture convenable et avec de l’argent dans son porte-billets : un étranger à voler, étrangler et abandonner dans le désert. »

De sang froid, récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences, de Truman Capote

Roman américain paru aux États-Unis en 1966 chez Gallimard (collection Folio). 512 pages. 

Titre original : In Cold Blood, A True Account of a Multiple Murder and Its Consequences, traduit par Raymond Girard.

Prix Edgar-Allan-Poe du meilleur livre d’enquête.

Et vous, aimez-vous les romans fondés sur des faits divers ?

Découvrez aussi :

De sang froid de Truman Capote
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :                                

10 commentaires sur “De sang froid de Truman Capote

  • 23 février 2016 à 10 h 07 min
    Permalien

    Il est dans ma PAL depuis un certain temps, j’ai très envie de le découvrir. Merci de me le rappeler 😉

  • 23 février 2016 à 10 h 23 min
    Permalien

    J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi. Bonne lecture !

  • 9 mars 2016 à 9 h 46 min
    Permalien

    J’ai beaucoup aimé ce livre ! Je ne suis pourtant généralement pas très « sensible » aux récits de faits-divers… Mais justement dans son récit Truman Capote va au-delà du fait divers et c’est ce que j’ai aimé. On est totalement happé par cette histoire, entre fascination et effroi…

  • 9 mars 2016 à 9 h 48 min
    Permalien

    Oui c’est exactement cela, à la fois de la fascination et de l’effroi.

  • 28 mai 2016 à 12 h 33 min
    Permalien

    Ce livre a l’air très intéressant !

  • 28 mai 2016 à 12 h 37 min
    Permalien

    Oui c’est à mon avis un très bon roman, je te le recommande vraiment. Je l’ai lu avec un immense plaisir, bien que le sujet soit absolument monstrueux.

  • 9 août 2016 à 15 h 48 min
    Permalien

    Au sang froid des assassins répond celui de la justice qui condamne à mort ceux qui ont tué. Oeil pour oeil, dent pour dent. Un récit terrible dans lequel chaque mot est exactement à sa place pour décrire une réalité humaine qui ne laisse pas indemne le lecteur parce qu’elle nous concerne tous. Un livre magistral indispensable dans chaque bibliothèque.

  • 9 août 2016 à 16 h 25 min
    Permalien

    Absolument d’accord ! Ce livre m’avait été conseillé par Jean-Luc, et j’ai eu bien raison de l’écouter. Je suis contente qu’il t’ait plu aussi !

  • Ping : L'adversaire d'Emmanuel Carrère - Bibliblog

  • Ping : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee - Bibliblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *