enfants-japon-hiroshima

On vient de fêter Kodomo no Hi, c’est-à-dire la fête des enfants au Japon, et plus spécialement des garçons. Oui je sais, c’est sexiste, mais le Japon dans les faits n’accorde pas encore l’égalité entre les filles et les garçons. Cette fête a lieu chaque année le 5 mai et c’est l’occasion pour moi de vous parler un peu des enfants japonais.

Le Japon se caractérise par une très faible fécondité : en moyenne 1,4 enfant par femme en âge de procréer. Il y a beaucoup de personnes âgées mais pourtant, à Tokyo du moins, il n’est pas rare que je voie des familles avec 2 et même 3 enfants.

Naissance 

Un enfant tokyoïte naît à l’hôpital ou à la clinique, il n’est pas habituel qu’il puisse naître à la maison comme on peut le voir en France parfois. La péridurale n’est pas du tout automatique, elle est même très rare : la femme doit souffrir pour bien ressentir l’accouchement. Gloups ! Une fois rentrée à la maison, la jeune maman part traditionnellement chez sa mère pendant deux-trois mois avec son bébé, pour apprendre à devenir mère au contact de la sienne. Parfois c’est la grand-mère (maternelle ou paternelle) qui vient vivre à la maison de la jeune famille. Oui, là je sais que certaines d’entre vous sont en train de penser : « ma belle-mère à la maison pendant 2 mois ?!? Même pas en rêve ! » Eh bien au Japon, on l’accepte, ça fait partie de la tradition… Ensuite seulement, la mère et l’enfant rentrent chez eux et l’enfant dort avec ses parents, sur le même futon, pendant plusieurs années. Comme la mère arrête de travailler presque systématiquement, elle s’occupe de son enfant à plein temps. Si elle travaille, il existe des crèches mais elles sont très insuffisantes pour le nombre de demandes, et il est très difficile d’obtenir une place. De quoi inciter les femmes à rester à la maison…

Les jizō

Dans plusieurs endroits, on trouve des Jizō. Jizō est le protecteur et ami des enfants morts. Ces statuettes parées d’un bonnet rouge et d’un bavoir de même couleur rappellent le souvenir d’un enfant mort-né ou mort in utero et qui n’a pas eu droit à une sépulture. Les parents peuvent venir s’y recueillir, mettre des fleurs, de l’encens à côté de la statuette.

bonnet-bavoir-rouge

Dans le sanctuaire bouddhiste de Zōjō-ji à Tokyo, on y voit un alignement impressionnant. Beaucoup de touristes les photographient et trouvent ça gai car c’est très coloré, mais en fait, c’est là que peut s’exprimer le deuil des parents qui ont perdu un bébé. Les mères habillent parfois le Jizō d’un anorak et déposent souvent devant un petit jouet, en particulier une éolienne multicolore.

jizo-japon

Oui, je sais, j’ai un peu plombé l’ambiance, mais je trouvais que c’était important à savoir. Ne partez pas tout de suite, ne vous inquiétez pas, on va finir ce billet par quelque chose de plus positif !

Premières années

Si l’enfant va à la crèche, admirez comment on déplace les enfants jusqu’au jardin ou square de proximité ! J’ai eu à peine le temps de dégainer mon téléphone … On pourrait croire que la photo date de quelques décennies, mais non, on transporte encore les enfants comme ça au Japon.

transport-enfant-japon

Ce sont les crèches mais aussi les maternelles qui utilisent ce moyen très pratique et rapide de transporter plusieurs enfants qui marchent très lentement. Mais j’avoue que la première fois, ça fait tout drôle de voir ça ! Habituellement, les parents transportent leur progéniture dans des porte-bébés car dans le métro ou le train, c’est plus pratique que les poussettes. Le porte-bébé, c’est LE truc à avoir impérativement si on habite Tokyo. Les gamins y sont presque tout le temps pieds nus (sauf en plein hiver évidemment) !

On transporte aussi beaucoup les enfants ou bébés à bicyclette car les vélos peuvent être équipés d’un siège avant et arrière. Certaines mamans ont même un troisième enfant dans le porte-bébé contre elles. Ce qui fait 4 personnes sur un vélo, incroyable ! Ci-dessous, le papa n’a qu’un siège-vélo, mais il se débrouille !

enfants-velo-tokyo

Je trouve les enfants très bien élevés, discrets et sages dans la très grande majorité. Les rares fois où ils font un caprice, les parents, très calmes… attendent juste que ça passe, sans jamais s’énerver ni crier. Et vous savez quoi ? Eh bien ça marche ! Très bien, même. Je trouve les parents japonais bien plus patients que moi les parents français.

Les années d’école

L’enfant vers trois ans peut aller à l’école en maternelle. À six ans, à l’école élémentaire. Là, les enfants se déchaussent avant d’entrer en classe, nettoient leur salle avant de la quitter dans l’après-midi et servent eux-mêmes leurs camarades à la cantine. Ils sont très responsabilisés dès leur plus jeune âge comme on peut le voir sur la courte vidéo suivante (en anglais).

D’ailleurs, ils vont le plus souvent à l’école tout seuls, dès l’âge de 6 ans. Ils prennent le métro ou le train et quelquefois même avec changement de ligne. Mais ici, ils ne risquent rien. Bon, là ils ont l’air sérieux plongés dans leur manga, mais il leur arrive de chahuter en sortant de la rame. 

lecteurs-metro-tokyo

La plupart des écoles privées et même certaines publiques exigent le port d’un uniforme scolaire, et parfois même une longueur de cheveux maximum !!

uniformes-ecole-japon

On repère très vite les écoliers aussi grâce à leur chapeau ou bob. Ils sont trop mignons avec. Ils portent des cartables à la forme identique et typique d’ici. Ces cartables coûtent un bras (plus de 600 euros !!), durent plusieurs années et sont imperméabilisés. Tout est prévu : un espace pour accrocher son parapluie, sa bouteille thermos, son bento, sa carte de transport, tout le nécessaire en plus des affaires strictement scolaires. La classe, quoi !

ecolieres-japon

Les cours finissent bien plus tôt qu’en France, mais la plupart des enfants enchaînent ensuite avec une seconde école, privée, le juku, qui dispense des cours supplémentaires pour s’entraîner davantage. Résultat, les petits ne profitent pas du fait de sortir de bonne heure… et travaillent dur. Il n’est pas rare qu’ils s’endorment en classe tellement certains sont fatigués !

Comme loisirs, ils font du sport (baseball, danse, judo etc.), des jeux vidéos, de la musique, bref, comme chez nous. J’en vois aussi beaucoup lire dans les transports en commun (les adultes aussi).

Kodomo no Hi

C’est donc un jour férié dédié à la fête des enfants et plus précisément des garçons. Quelques semaines avant le 5e jour du 5e mois, les rues se parent de koinobori, c’est-à-dire de bannières de carpes en plastique ou en tissu. Chaque famille qui a un fils peut en mettre un sur son toit ou son balcon.

koinobori

Pourquoi des carpes me direz-vous ? Eh bien c’est très simple. Les carpes sont symbole de force et de virilité : elles seules, dit-on, sont capables de remonter le courant d’une rivière. Une légende traditionnelle raconte qu’après avoir remonté le fleuve, elles se transforment en dragons…

Au Japon, on trouve des carpes dans tous les parcs ou jardins publics de Tokyo. Elles sont monstrueuses vigoureuses et voraces. Moi, elles me font peur car elles sont énormes et on a l’impression que leur bouche pourrait nous gober tout entier, brrrrr ! Mais dans la culture japonaise, elles portent chance aux garçons : santé, force, vitalité et persévérance, qui sont des qualités importantes pour tout bon Japonais qui se respecte. Les bâtiments publics sont décorés pour l’occasion, comme ci-dessous, la Tokyo Tower :

koi-tokyo-tower

Ce jour-là, les enfants peuvent déguster des pâtisseries spéciales appelées kashiwa-mochi. Autrefois, les garçons recevaient comme cadeau une armure de samouraï mais évidemment, cela ne se fait plus.

Et les filles me demanderez-vous ? Une journée leur est consacrée le 3 mars pour le Hina matsuri au cours de laquelle elles exposent des poupées qui se transmettent au sein de leur famille et qu’elles mettent sur une sorte de présentoir tapissé de rouge, qui peut comporter plusieurs étages. Les poupées sont censées représenter la cour de l’empire Heian (entre 800 et 1200 après J.-C. environ). Certaines poupées peuvent atteindre des prix astronomiques si elles sont faites à la main et avec de riches tissus ; pour info, celle en photo dessous est étiquetée à 12 700 euros, et non je n’ai pas mis un zéro en trop ! Mais on en trouve des plus simples pour une vingtaine d’euros et on a toujours la possibilité de fabriquer des origami en forme de personnages en lieu et place de vraies poupées.

Hina-matsuri

Galerie de portraits

La première chose qui m’a frappée lorsque je suis arrivée au Japon, c’est la beauté des enfants : bon, je vous l’accorde, tous les enfants sont vraiment beaux, moi ils me font craquer d’où qu’ils viennent. Au Japon, ils sont magnifiques, bien que beaucoup moins souriants que nos enfants occidentaux. C’est dingue mais c’est vrai ! En France, dès que je souris à un bébé ou un enfant, il me rend mon sourire, et cherche à entrer en communication avec moi. Ici, ça m’arrive très, très rarement. Les gaijins que nous sommes doivent leur faire peur, avec nos gros yeux ! J’ai vu aussi quelques mères d’une froideur à faire peur, qui ne souriaient pas à leur enfant ou affichaient une impassibilité terrible devant leurs pleurs. Je ne sais pas si c’est le cas souvent, mais je l’ai observé plusieurs fois et cela pourrait expliquer que les enfants ne manifestent pas beaucoup leurs émotions non plus.

Cela dit, les parents s’occupent beaucoup de leurs enfants : on les voit (notamment les papas) dans la rue le week-end jouer au badminton, au ballon ou faire du vélo avec leurs gamins. Ils font apparemment preuve à leur égard de bienveillance et de patience. Les papis et mamies montrent comment s’occuper des fleurs aux enfants, c’est très touchant, on voit que l’enfant n’est pas roi mais qu’il est très important qu’on lui transmette des valeurs, et notamment le sens de l’observation de la nature.

J’adore prendre des photos d’enfants, mais c’est relativement délicat : je n’ose pas toujours. Je vous montre une petite sélection de quelques enfants adorables que j’ai pu croiser.

Voici deux enfants en habits traditionnels qui jouent ensemble : leurs kimonos sont superbes :

enfants-kimonos-tokyo

Où l’on voit comment, bien qu’elle n’ait pas encore l’âge de raison, une petite fille habillée comme une vraie dame donne des popcorns à son frère… ou tente de l’étouffer avec le couvercle en plastique, à vous de juger !

enfants-japon

Celle-ci, totalement épuisée, refusait de suivre son père et s’est donc arrêtée en plein milieu de la route.

enfant1

Cette petite fille assistait à un mariage traditionnel et était vêtue d’un superbe kimono : tout le monde la photographiait, elle a eu un succès fou (et mérité, elle est splendide) :

fillette-kimono-tokyo

Cette maman avec son fils, à Kyoto, se prêtait aux flashes du papa, j’en ai profité…

mere-fils-kimono

Une petite fille adorable, perdue dans ses pensées :

fillette-nikko-1Ces deux-là avaient monté un escalier assez raide et n’en pouvaient plus. Ils sont kawaii !!

enfants-kamakura

Une petite puce à croquer :

fillette-nikko

Un groupe de gamins qui s’amuse lors d’une fête à monter près du taiko (tambour japonais) :

matsuri-enfants

Et enfin une fleur parmi les fleurs :

fillette-japon

すごい, non ? Alors, qu’est-ce qui vous a le plus surpris-e ou amusé-e au sujet des enfants japonais ? Ne sont-ils pas mignons ?

 

Découvrez aussi :

Les enfants au Japon
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :    

47 commentaires sur “Les enfants au Japon

  • 9 mai 2017 à 12 h 10 min
    Permalien

    J’ai tout adoré, j’ai dévoré ton article ! Mon petit frère veut partir travailler au Japon, il est à fond dedans, j’avais aussi l’envie de partir quand j’avais 15 ans mais maintenant je vise plus le Canada. Ca ne me déplairait pas de visiter Tokyo pendant quelques semaines par contre.
    Et les photos des enfants sont adorables ! Les cartables coutent hyper cher c’est hallucinant : o

  • 9 mai 2017 à 13 h 05 min
    Permalien

    Merci pour ton adorable message ! Je comprends que le Japon attire beaucoup, sa culture est fascinante. Le prix des cartables est proprement incroyable ! Je vous souhaite à toi et ton frère de pouvoir un jour visiter le pays du soleil levant, c’est tellement enrichissant !

  • 9 mai 2017 à 14 h 37 min
    Permalien

    Tes photos sont superbes et ton article très intéressant! J’aime le moyen de transport, ça à le mérite d’être pratique (et rigolo vu de mon côté du globe). J’avoue j’ai versé quelques larmes face aux jizō – l’idée est belle. Et ces couleurs mettent un peu de baume au coeur.
    Merci pour ce magnifique partage Sandra

  • 9 mai 2017 à 15 h 08 min
    Permalien

    Merci pour ton message qui me fait très plaisir ! Je suis contente de partager tout ce que je découvre, c’est tellement différent et enrichissant alors je suis ravie si ça peut intéresser d’autres personnes !

  • 9 mai 2017 à 18 h 11 min
    Permalien

    Merci pour ton article qui m’a vraiment dépaysée. Et oui, les enfants sont vraiment adorables!
    PS: ce sont les cartables jaunes qui valent si cher? Pour une fois, l’esthétique japonaise n’est pas à la hauteur de mes attentes :+(

  • 9 mai 2017 à 18 h 31 min
    Permalien

    Avec plaisir ! Les cartables ne sont pas tous jaunes (là, c’est pour la sécurité qu’on a ajouté un matériau jaune, mais je crois qu’il est amovible ; c’est vrai que c’est très moche mais on les voit de loin). Hélas pour les Japonais, quelle que soit leur couleur, les cartables sont tous au même prix !

  • 9 mai 2017 à 18 h 51 min
    Permalien

    Comme d’habitude, un article intéressant. Les enfant sont trop mignons et tes photos sublimes!

  • 9 mai 2017 à 18 h 53 min
    Permalien

    Merci beaucoup Rose, ton message fait chaud au coeur !

  • 9 mai 2017 à 19 h 09 min
    Permalien

    mais ils sont en or les cartables
    + chers qu un sac de marque
    j avais aussi entendu parler des cours qui comencaient après l école
    pas mal de stress chez les enfants e ado japonais

  • 9 mai 2017 à 19 h 30 min
    Permalien

    Oui tu as raison, à ce prix-là, on imagine que les cartables sont faits dans de très précieux matériaux. Cela dit, je les ai observés avec attention, ils sont hyper solides et très bien conçus. Pour ce qui est du stress, je dirais que les élèves sont surtout surchargés, et certains sont très stressés. Je ferais peut-être un billet spécifique sur l’école japonaise un de ces quatre…

  • 9 mai 2017 à 19 h 44 min
    Permalien

    Le prix du cartable, omg !

    Sinon, les enfants ont l’air plus mignon qu’on ne me l’avait dit, donc merci de partager tes observations, ça fait plaisir 🙂

  • 9 mai 2017 à 19 h 46 min
    Permalien

    Ça pour être mignons, j’avoue qu’ils sont superbes ! Et je les trouve vraiment polis et « sages », du moins apparemment, parce qu’ils doivent bien faire quelques bêtises comme tous les enfants 😉 ! En tout cas, ils sont respectueux et paraissent gentils.

  • 9 mai 2017 à 19 h 48 min
    Permalien

    J’aime beaucoup ton article d’ailleurs je l’ai lu deux fois 😉 Il est très complet et me permet de découvrir des choses que je ne savais pas sur ces petits japonais ! Je comprends que tu craques, ils sont si adorables.
    Tu notes que ces enfants sourient peu et leurs mères également, c’est vrai que les Japonais ont un visage « fermé »‘ je trouve, il est difficile de lire leurs émotions, rien à voir avec nous ! Je me trompe ?!
    Pour finir, j’attends le mardi avec impatience car j’aime beaucoup te lire 🙂

  • 9 mai 2017 à 20 h 00 min
    Permalien

    C’est très gentil Brigitte, ton message me fait très plaisir. Je pense que les occidentaux trouvent globalement les visages asiatiques plus fermés car culturellement, on montre moins ses émotions en Asie. Pleurer en public par exemple, c’est perdre la face, et c’est à peu près ce qu’il peut arriver de pire à un asiatique. C’est pourquoi ils paraissent impassibles, mais je pense qu’ils ressentent évidemment autant que nous. Je trouve qu’ils manifestent mieux leur joie que leur peine, mais peut-être n’est-ce que ma subjective impression… Autrement dit, si tu vas au Japon et que tu veux attendrir quelqu’un, mieux vaut user d’arguments que se mettre à pleurer 😉 Mon prochain article du mardi sera un article voyage sur Kyoto, mais j’espère qu’il te plaira tout autant !
    Belle journée et très bientôt !

  • 9 mai 2017 à 20 h 04 min
    Permalien

    Coucou Sandra ,

    Bravo , super article et magnifiques photos …. ils nous tardent de venir voir tout cela …
    PLEINS DE BISOUS

  • 9 mai 2017 à 20 h 27 min
    Permalien

    Merci Caro, ça me touche beaucoup ! Moi aussi, j’ai hâte que vous veniez voir ça par vous-mêmes ! Gros bisous et à très vite !

  • 9 mai 2017 à 20 h 31 min
    Permalien

    J’aime toujours autant tes messages sur la vie au Japon, j’y apprends toujours beaucoup de choses. Un grand merci de partager avec nous toutes ces particularités.

    Je trouve ta galerie de portraits très réussie. 🙂

  • 9 mai 2017 à 21 h 30 min
    Permalien

    Merci beaucoup, tes compliments me vont droit au coeur ! Je suis vraiment ravie de voir que mes petites anecdotes sur ma vie au Japon vous plaisent autant, ça fait très plaisir 😉

  • 9 mai 2017 à 22 h 24 min
    Permalien

    J’adore! C’est super intéressant cet article! on sent bien qu’il y a tout un monde entre notre culture de l’enfance et la leur, ne serait-ce que le fait que les enfants dorment avec leurs parents pendant si longtemps… ça me paraît inconcevable chez moi, et pourtant, notre culture tend de plus en plus à placer l’enfant au milieu de notre société également … Tes photos sont canons!

  • 9 mai 2017 à 22 h 42 min
    Permalien

    Merci Frau, je suis touchée par tes compliments ! L’enfant il est vrai a une place importante chez nous aussi et de plus en plus centrale, mais je trouve ça très différent : par exemple en France, j’ai souvent vu des enfants-rois qui ne respectaient rien ni personne, pas même leurs propres parents. Ici, l’enfant, même s’il est aimé, gâté, choyé, ne manquerait jamais de respect à sa famille, c’est inconcevable ! J’ai l’impression que nous (Français) nous trompons parfois : mettre l’enfant au milieu de notre société ne veut pas dire qu’on doit le laisser tout faire, ou faire n’importe quoi. Qu’il soit important, c’est bien et c’est normal, mais il y a des limites. Comme toi, je suis assez étonnée qu’un enfant dorme avec ses parents pendant plusieurs années. Cela ne me parait pas possible ni souhaitable, mais ce n’est que mon avis et ma conception de l’éducation. Les peuples ont sans doute à apprendre les uns des autres, en tout cas je me régale à comparer la France et le Japon. 😉

  • 10 mai 2017 à 0 h 53 min
    Permalien

    Je vais essayer de récapituler tout ce que tu as dit haha !
    Je crois qu’en France nous avons la chance d’avoir la péridurale. En Chine, elle n’est pas commune. D’ailleurs la plupart des femmes ont une césarienne : de un car c’est plus vite et donc moins cher, de deux car si le bébé a une malformation ce ne sera pas la faute du médecin (oui les hôpitaux essayent de se dédouaner comme ils peuvent).
    Je me sens mal à l’aise en regardant des Jizo, ça me fait tellement de peine. C’est pour ça que je suis rarement contente quand je lis des articles de Gaijin disant « oh c’est trop mignon », il faudrait se renseigner avant…
    J’ai toujours voulu avoir un Koinobori accroché dans ma maison, c’est kitsch mais j’adore ça ! En Chine, les carpes sont énormes aussi ! Je suis sûre qu’en temps de guerre on a pour deux semaines de poisson ! J’aime également les petites poupées du Hina Matsuri mais je préfère les carpes héhé.
    Pour ce qui est de l’éducation des enfants, en Chine dès que les enfants hurlent les parents sont tout mielleux…A lala la politique de l’enfant unique a fait vraiment beaucoup de torts pour ça ! Mais les Chinoises ne sont pas cabines avec leurs enfants non plus. En France, la main des mères lors des câlins est plus tendre et douce. En Chine, ce sont plus des petites tapes. Gentillettes bien sûr mais bon ! Pas de mots réconfortants ou quoi, elles s’occupent d’eux et font tout pour eux mais niveau affection il y a vraiment des efforts à faire. Tout ça car on ne montre pas ses sentiments…
    Désolée je t’ai fait un pavé ! En tout cas, même si je n’ai pas d’enfants, ton article m’a beaucoup intéressé ! J’espère que nous te verrons prochainement en Kimono 😉

  • 10 mai 2017 à 9 h 47 min
    Permalien

    Merci pour ton commentaire qui montre qu’il y a des similitudes dans les pays d’Asie en ce qui concerne les enfants. Ce que j’ignore, c’est si les mères chinoises sont pareilles lorsqu’elles sont chez elles : est-ce seulement en public qu’on ne montre pas trop ses sentiments ou même en privé ? J’ai du mal à savoir (pareil pour les mères japonaises). Il est très difficile de découvrir ce qui se passe derrière les portes des maisons… Quant à me voir en kimono, ce n’est pas demain la veille, mais si j’en essaie un, promis, je vous raconterai ça sur le blog 😉

  • 10 mai 2017 à 10 h 36 min
    Permalien

    Voilà qui explique pas mal de choses que je peux lire dans les mangas… entre la belle mère qui vient vivre à la maison et l’autonomie rapide des enfants dans les transports. J’adore tes articles qui sont à la fois drôles et toujours très instructifs.

  • 10 mai 2017 à 11 h 00 min
    Permalien

    Merci Amélie, c’est vraiment adorable ! Comme je ne lis pas de manga, je ne savais pas qu’on y retrouvait ce genre de choses sur la vie quotidienne, mais ce doit être très instructif, je devrais peut-être m’y mettre… 😉

  • 10 mai 2017 à 11 h 18 min
    Permalien

    Encore un superbe article pour mieux comprendre la culture japonaise. Qu’elle belle idée que de pouvoir se recueillir sur ces bébés mort-nés ou non-nés. C’est triste oui mais cela doit fortement aider .
    J’ai adoré ces poussettes, par contre elles prennent beaucoup de place. Choquant le prix du cartable même s’il dure plusieurs années.
    Celeb angel qui a commenté plus haut doit se souvenir de son école à Nantes où les élèves participaient au nettoyage de la classe, rangeaient les cartables en début de journée et les redistribuaient seulement en fin de journée et servaient aussi à table. Ils avaient des tours de service dans la classe qui changeaient chaque semaine.
    J’espère que la natalité pourra repartir au Japon car ce serait dommage qu’une telle culture disparaisse.

  • 10 mai 2017 à 16 h 04 min
    Permalien

    Merci beaucoup pour ton message adorable ! C’est vrai que c’est très important pour les gens de pouvoir faire leur deuil d’un enfant, même si c’est terrible et qu’il doit être très dur de s’en remettre. Les jizos montrent ainsi à la société que de tels malheurs existent alors qu’en France, le deuil est solitaire et peut-être plus caché. Pour les poussettes, la plupart sont aujourd’hui modernes et pliables, mais celles que l’on voit sur la première photo semblent surgir d’un passé très lointain et ne doivent pas être super pratiques… Je ne savais pas qu’il existait des écoles en France où l’on fait participer les enfants à la cantine ou au ménage ! Je pensais que si l’on instaurait de telles pratiques en France, les gens hurleraient à l’esclavage, au sadisme des enseignants ou je ne sais quoi, alors qu’ici, c’est bien sûr fait dans le respect des enfants mais cela les responsabilise énormément et contribue à leur éducation ; je ne trouve donc pas ça choquant. Pour que la natalité reparte, il faudrait que le gouvernement japonais s’en donne vraiment les moyens, en reconsidérant la place de la femme dans la société et en construisant des crèches. Et d’après ce que je vois, c’est pas pour demain…

  • 10 mai 2017 à 22 h 06 min
    Permalien

    Très beau reportage, les enfants sont magnifiques 🙂

  • 11 mai 2017 à 0 h 26 min
    Permalien

    Merci pour ton commentaire et ton passage par ici ! À bientôt !

  • 11 mai 2017 à 3 h 04 min
    Permalien

    Oh la la, qu’ils sont beaux !!!!! Mon rêve ultime et secret, ça aurait été d’avoir un mari asiatique pour avoir des petits bouts de choux métis tellement je les trouve à croquer ces petits bouts avec leurs yeux bridés ! Bon mon rêve aura été réalisé à moitié, puisque j’ai deux neveux métis (mon frère + son ex-femme coréenne, et mon beau-frère + sa femme taïwanaise). On va dire que j’étais pas loin !

    En tout cas, bravo pour tes photos, elles sont superbes ! Et ton reportage était passionnant à lire !

    Bisous Sandra !

    PS : As-tu reçu la photo que je t’ai envoyée sur Messenger ?

  • 11 mai 2017 à 5 h 43 min
    Permalien

    Je suis d’accord avec toi, ils sont absolument magnifiques, kawaii comme on dit ici ! Merci pour tes compliments <3 Tu as de la chance d'avoir des neveux asiatiques, c'est chouette le mélange des cultures et je ne doute pas qu'ils soient aussi mignons que ceux que j'ai pu photographier. Bisous Sophie !
    PS : Je t'ai répondu en privé sur Messenger 😉

  • 11 mai 2017 à 8 h 32 min
    Permalien

    Bonjour Sandra, je viens devterminerbla lecture de ton dernier  » article  » et je dois dire que c’est à la fois passionnant, clair, superbement illustré : j’y etais presque ! Félicitations pour cet excellent travail – je sais, ça fait vraiment appreciation de prof ! Concernant les  » jizo » , je souhaitais te demander quelle est la couleur du deuil au Japon .
    J’ai beaucoup aime les superbes poupées qui m’ont rappelé ma tres belle poupée Fujimoto ( prénom que mon père lui avait octroyé. ..) que m’avaient rapportée de coopération des amis de mes parents. Nous avons passé de longues années heureuses ensemble, Fujimoto et moi ….
    J’attends la suite avec impatience, en attendant je vais decouvrir les premiers  » épisodes  »
    De grosses bises occidentales.

  • 11 mai 2017 à 13 h 53 min
    Permalien

    Merci Francine pour ton long message et tes compliments ! La couleur de deuil au Japon était le blanc pour la veillée funèbre, mais depuis plusieurs années, la tendance est au noir sous l’influence de l’Occident. Je ne sais pas pourquoi c’est le rouge que l’on trouve sur les jizō ; le rouge a une autre signification elle évoque la vitalité et l’énergie. On offre par exemple une chemise ou des sous-vêtements rouges pour l’anniversaire des gens qui fêtent leurs 60 ans, histoire de leur donner une nouvelle jeunesse 🙂 Je ne savais pas que tu avais eu une poupée japonaise ! Bisous et à très bientôt !

  • 11 mai 2017 à 15 h 47 min
    Permalien

    Et bien j’ai appris pleins de choses. Pourtant, je pensais connaître déjà beaucoup de petits trucs sur le sujet, car mon beau-frère connait bien le Japon, et a été marié à une japonaise. J’ai écouté des podcasts sur le Japon dans la Curiosité RTL. Il y en a un récent sur la sexualité, où l’on parle brièvement aussi du choix que les femmes doivent faire entre la maternité et leur carrière. On y retrouve ce que tu dis dans ton article… Bref, fort intéressant. Merci 🙂

  • 12 mai 2017 à 13 h 56 min
    Permalien

    Merci Ana ! Je te remercie pour l’indication du podcast que tu donnes, je ne connais pas mais il me semble très intéressant, je vais regarder si je le trouve car le sujet m’intéresse. J’ai réussi depuis peu à me faire des copines japonaises mais soit elles n’ont pas d’enfant, soit elles ne travaillent pas dans la majorité des cas… À bientôt et bon week-end !

  • 14 mai 2017 à 10 h 51 min
    Permalien

    Oh merci, c’est très gentil et ça fait plaisir à lire ! 😉

  • 16 mai 2017 à 7 h 06 min
    Permalien

    Merci pour cet article tres detaille! Je sais maintenant pourquoi mon cadet a rapporte de l’ecole une enveloppe avec une carpe… il avait ete incapable de me dire d’ou ca venait 🙂
    Merci aussi pour toutes tes explications, qui viennent etoffer ma lecture du quotidien de mes voisins (parfaits) japonais!
    Sur les photos, on voit pas mal de personnes en habits traditionnels… C’est quelque chose de courant au Japon?
    Une belle journee 🙂

  • 16 mai 2017 à 13 h 15 min
    Permalien

    Merci pour ton charmant message ! En ce qui concerne les habits traditionnels, les Japonais en portent surtout lors d’occasions spéciales (par exemple des mariages ou fêtes appelées matsuri). Certaines de mes photos ont été prises lors de ces occasions. D’autres clichés viennent de Kyoto, où l’on trouve beaucoup d’hommes et de femmes en kimonos, bien plus qu’à Tokyo. Mais il arrive régulièrement de croiser des gens en tenues traditionnelles dans la rue, dans le métro, même s’ils sont moins nombreux aujourd’hui que les personnes habillées à l’occidentale. Tu as vraiment des voisins japonais ?! À bientôt !

  • 16 mai 2017 à 13 h 19 min
    Permalien

    Un super reportage, vraiment ! Merci pour cette découverte des rites et coutumes nippons ! Découverte sur Instagram, je vais à présent suivre tes nouveaux billets, mais aussi me promener parmi ceux déjà postés !

  • 16 mai 2017 à 13 h 28 min
    Permalien

    Oh merci, c’est adorable !J’espère que le reste te plaira tout autant. En tout cas, je m’amuse beaucoup à comparer deux cultures aussi différentes. Quel est ton pseudo sur Instagram ? À très bientôt j’espère !

  • 17 mai 2017 à 23 h 03 min
    Permalien

    You’re welcome !
    romy6954 est mon pseudo sur Instagram.
    A bientôt,

  • 18 mai 2017 à 3 h 50 min
    Permalien

    C’est noté, je vais aller voir ! 🙂

  • 18 mai 2017 à 4 h 04 min
    Permalien

    Zut j’arrive pas a repondre a ton commentaire… Oui, j’ai plein de voisins Japonais qui sont super gentils… et qui correspondent bien a ce que tu ecris d’eux 🙂
    D’ailleurs, je suis un peu la chouchoute des Mamans japonaises, parce que je suis la seule « etrangere » a m’approvisionner toutes les semaines chez le traiteur japonais qui passe dans la residence. Du coup elles essayent toutes de m’aider dans les traductions et me partagent leurs recettes 🙂 C’est tres sympa… d’autant que la nourriture japonaise a un succes fou a la maison! (Desolee de polluer en racontant ma vie du coup…)

  • 18 mai 2017 à 10 h 57 min
    Permalien

    Tu ne pollues rien du tout, aucun problème ! Je comprends que la nourriture japonaise ait un grand succès chez toi ! J’adore les repas japonais et chez moi aussi, tout le monde apprécie. Nous mangeons tantôt japonais, tantôt français ou autres endroits du monde. C’est sympa de la part de tes voisines de partager leurs recettes. J’ai des collègues qui ont fait de même avec moi, et j’ai trouvé ça vraiment agréable. Cela dit, je n’aime pas tout dans la nourriture japonaise et je ferai un billet sur la nourriture locale prochainement. À bientôt !

  • Ping : Le métro au Japon

  • 23 mai 2017 à 10 h 00 min
    Permalien

    Oui ils sont super mignons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *