echenoz-envoyee-speciale

Je n’avais jamais rien lu de cet auteur que j’ai donc découvert parce qu’on m’a prêté ce roman. Je n’ai pas la possibilité de discuter souvent littérature de vive voix ici, alors je m’étais dit que ce serait l’occasion puisque c’est un Français de Tokyo qui me l’a proposé. Une de mes grandes amies, Hélène, l’avait bien aimé aussi, alors je pensais qu’il pourrait me plaire.

Hélas, je me suis vraiment forcée à terminer ce livre que j’aurais abandonné si je n’avais pas pensé pouvoir en parler avec celui qui me l’a prêté. Comme j’ai eu du mal à finir ce roman ! Non pas à cause de son nombre de pages. Mais je ne suis absolument pas entrée dans l’histoire, je me suis vraiment ennuyée du début à la fin, bref, je suis complètement passée à côté.

L’histoire est racontée d’un point de vue omniscient original, puisque le narrateur, qui parle à la première personne du pluriel, intervient ponctuellement et de manière assez plaisante.

« Ce faisant, ils marchent dans les allées du parc où, installé à une place stratégique, Objat observe leurs allers et venues – nous nous comprenons pas non plus, malgré notre omniscience, comment il a pu être informé de ce rendez-vous qui a l’air, ma foi de se passer pas trop mal. »

Mais l’intrigue en elle-même est réduite à la portion congrue : une jeune femme, Constance, est enlevée et séquestrée dans la Creuse. Mais, ce roman prend le contre-pied des histoires d’espionnage habituelles. La victime n’oppose pas de résistance ne cherche pas à s’enfuir ; son mari qui reçoit une demande de rançon fait le mort et ne se préoccupe pas d’elle. Plusieurs mois plus tard, elle est relâchée puis infiltrée pour participer à une mission des services secrets.

Constance manque de consistance et de caractère, elle est totalement inodore et incolore. Les autres personnages ne m’ont pas convaincue ni intéressée non plus : les ravisseurs, les commanditaires, les amis, les amants sont de véritables bras cassés, peu vraisemblables et même pas franchement drôles.

Pourtant, l’humour transparait dans l’écriture de Jean Echenoz. La seule chose que j’ai aimée, c’est l’écriture, sa finesse dans son humour, avec par exemple ses zeugmas qui créent un décalage amusant, ses images etc. ce qui me poussera sans doute à essayer plus tard un autre de ses romans.

Mais les longues digressions m’ont profondément agacée, beaucoup de descriptions pleines d’énumérations n’ont strictement aucun intérêt de mon point de vue.

« Lequel parc, abrité de tous les autres yeux par les bordures de saules, était peuplé de cèdres, thuyas, trembles, mélèzes et bouleaux entre lesquels s’étalaient des massifs et parterres d’hibiscus, d’azalées, de jacinthes, avec de précieux cultivars hybrides de gerberas mais surtout, présents partout, une étonnante proportion deux bégonias tubéreux écarlates et d’orchidées mauves. »

J’ai cru, à la fin, lorsque Constance part en mission, qu’il y allait enfin avoir de l’action, mais les tractations politiques ne m’ont pas été d’un grand secours, les nouveaux personnages ne m’ont pas davantage intéressée, trois fois hélas. Bref, je n’étais sans doute pas en phase avec cette envoyée spéciale, c’est dommage ! Je ne suis pas fan de romans d’espionnage, ceci explique peut-être cela car la parodie que l’auteur nous en propose en m’a pas enthousiasmée. Mais cela ne m’empêchera pas de donner une autre chance à cet écrivain dont je n’entends généralement que du bien, d’autant que j’ai trouvé l’écriture agréable.

Envoyée spéciale, de Jean Echenoz

Roman français paru en 2016. 313 pages chez Editions de Minuit.

Découvrez aussi :

Envoyée spéciale de Jean Echenoz
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :                

12 commentaires sur “Envoyée spéciale de Jean Echenoz

  • 28 avril 2017 à 20 h 02 min
    Permalien

    Je ne connais pas cet auteur ! Je ne suis pas fan, comme toi, de romans d’espionnage mais pourquoi pas découvrir cet auteur avec un autre livre 🙂
    Je viens de finir un roman d’Agnès Ledig : Juste avant le bonheur. Et j’ai vu qu’en librairie on peut trouver la suite 😉

  • 28 avril 2017 à 22 h 44 min
    Permalien

    Merci Brigitte pour ton message, je crois que tu as parfaitement résumé la chose : un auteur à découvrir mais avec un autre roman. J’entends beaucoup parler d’Agnès Ledig mais n’ai encore jamais rien lu d’elle, je note pour plus tard, merci et bon dimanche !

  • 29 avril 2017 à 10 h 03 min
    Permalien

    Je suis en train de le lire en lecture commune avec Viduite ! Mais pour l’instant j’adhère plutôt, sans être fan d’espionnage j’avoue que le style de l’auteur me fait sourire. Je le prends très à la légère, c’est sûr que l’intrigue n’est pas folle (en tout cas la ou j’en suis). Je suis curieuse de lire la suite en tout cas

  • 29 avril 2017 à 20 h 46 min
    Permalien

    Je suis ravie de voir que tu apprécies ta lecture parce que ce ne fut pas mon cas. J’espère que ça te plaira jusqu’au bout, bonne lecture !

  • 30 avril 2017 à 8 h 27 min
    Permalien

    Je ne l’ai pas lu mais j’en ai entendu parler et j’ai lu exactement la même critique négative que la tienne ! L’histoire ennuyeuse à mourir mais une écriture plutôt belle. Comme dit dans un commentaire plus haut, ça donne envie de découvrir l’auteur mais pas avec ce livre, aha.

  • 30 avril 2017 à 9 h 49 min
    Permalien

    Absolument ! Mais je ne sais pas quel roman du même auteur pourrait me plaire : si quelqu’un a des conseils à donner sur un autre roman du même auteur, qu’il laisse un commentaire à la suite – ou se taise à jamais 😀 !

  • 30 avril 2017 à 15 h 12 min
    Permalien

    Je ne connaissais pas non plus cet auteur, mais je suis une buse en littérature contemporaine. Bon, je t’avoue que tu ne m’as pas forcément donné envie de le lire, mais c’est tout de même très intéressant ce que tu en dis et ça permet d’élargir mon horizon culturel. Merci donc!

  • 30 avril 2017 à 16 h 09 min
    Permalien

    Je reconnais que ma critique n’est pas élogieuse, mais il m’arrive de ne pas aimer un livre, et je le dis franchement. Je comprends donc que je ne t’aie pas donné envie de le découvrir, mais au moins, tu ne perdras pas ton temps et tu pourras en lire un autre. Bisous Frau !

  • 30 avril 2017 à 16 h 59 min
    Permalien

    Je ne connais pas celui-là, mais du même auteur j’ai lu et beaucoup aimé « Les grandes blondes ». C’est vrai qu’il a un style d’écriture original qui m’a bien plu !

  • 1 mai 2017 à 1 h 52 min
    Permalien

    Merci pour ton passage dans mon petit univers, et merci pour cette info ! Parce que comme j’ai aimé l’écriture, j’en essaierais bien un autre, mais lequel choisir ? Voilà une piste, je la note ! À bientôt !

  • 7 mai 2017 à 22 h 29 min
    Permalien

    Ce fut un coup de coeur pour moi. J’aime lorsque des lecteur(trices) ne sont pas du même avis. J’aime l’écriture, le style d’Echenoz. Celui-ci est un peu à part, mais j’ai tellement senti le plaisir qu’il a eu à écrire ce livre que je ne pouvais qu’aimer

  • 10 mai 2017 à 15 h 02 min
    Permalien

    Comme toi, j’ai aimé l’écriture, mais tout le reste… C’est dommage, mais le prochain roman que je lirai de lui me plaira peut-être davantage ! 😉 Belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *