Murakami-etrange-bibliotheque

Il y a quelques années, j’ai lu un roman de Murakami que j’ai adoré : Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil. Je l’ai dévoré et tellement aimé que je n’ai pas voulu en lire d’autres du même auteur, de peur d’être déçue. J’ai cependant craqué mais j’ai choisi prudemment un petit ouvrage, une nouvelle. Je n’ai pas été déçue !

Ce texte est très particulier. Il raconte, à la première personne, quelques jours de la vie d’un jeune garçon dont on ne connaîtra jamais l’identité. Ce garçon se rend à la bibliothèque municipale où il a ses habitudes, pour remettre des livres qu’il a empruntés. Mais on l’envoie dans les sous-sols où après avoir traversé un dédale de couloirs, il se retrouve prisonnier de deux étranges personnages. Un vieux, d’abord, qui feint de s’intéresser à ses lectures mais qui le berne, et un homme-mouton qui obéit aux ordres du vieillard dont il craint les coups de badine.

Quel monde étrange ! Le héros fait également la rencontre d’une jeune fille, peut-être surgie de ses propres rêves… Le lecteur se perd comme le héros dans un labyrinthe de mystères et d’énigmes.

« L’embêtant, avec les labyrinthes, c’est qu’on ne saura qu’à la fin si l’on a choisi le bon chemin ou pas. Et si en fin de compte on s’est trompé, il est en général trop tard pour repartir en arrière et recommencer. C’est le problème avec les labyrinthes. »

On retrouve les thèmes chers à l’auteur, l’étrange, le fantastique qui peuvent dérouter, ainsi que la lecture, la connaissance. La nouvelle est assez sombre et il m’a semblé qu’elle traitait du monde onirique que permet la lecture, avec ses aspects positifs et ses aspects effrayants. Les phobies du héros, le chien ou les chenilles évoquent davantage le cauchemar que le rêve, et on oscille constamment entre ces deux pôles. Ce balancement est traduit par un style qui lui aussi passe d’un niveau familier à un niveau courant, en restant toutefois simple, fluide et agréable. Le message que l’on peut découvrir dans cette nouvelle, c’est que sans doute seule la lecture permet d’accéder à un monde magique et nous apprend à dépasser nos peurs.

La version que j’ai lue comporte des illustrations (en noir et blanc sur ma liseuse) que j’ai trouvées très belles et qui épousent parfaitement l’étrange monde dans lequel Murakami nous entraîne. Elles reflètent très bien le côté mystérieux de la nouvelle elle-même et lui donnent un souffle poétique. C’est très différent de ce que j’avais lu de lui auparavant mais j’ai vraiment apprécié ma lecture.

L’étrange bibliothèque, de Haruki Murakami

Nouvelle japonaise parue en 2015. 72 pages chez Belfond. Illustratrice : Kat Menschik

Titre original : ふしぎ としょかん,  fushigi na toshokan, traduit par Hélène Morita

Découvrez aussi :

L’étrange bibliothèque de Haruki Murakami
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :                    

6 commentaires sur “L’étrange bibliothèque de Haruki Murakami

  • 2 juin 2017 à 15 h 31 min
    Permalien

    Très intéressée par l’auteur :). La couverture est très belle!

  • 3 juin 2017 à 1 h 37 min
    Permalien

    Au Japon, c’est un maître absolu : son dernier livre vient de sortir, les librairies étaient assaillies par une foule incroyable le jour de la parution, il y avait la queue depuis tôt le matin. L’écriture et la culture diffèrent beaucoup de la nôtre, alors certains européens trouvent ça « spécial ». À toi de te faire ton opinion, et j’espère que tu aimeras ! 😉

  • 3 juin 2017 à 7 h 34 min
    Permalien

    Bon, certes, j’ai pas trop aimé Kafka sur le rivage mais j’ai adoré L’étrange bibliothèque ! Si quelqu’un veut s’initier à Murakami, je pense qu’il peut commencer par cette nouvelle. Sommeil est la première que j’ai lu, elle est très bien aussi. 🙂

  • 3 juin 2017 à 7 h 40 min
    Permalien

    Je n’ai pas encore lu Sommeil, mais si elle est de la même veine que l’étrange bibliothèque, cela devrait me plaire, je note, merci !

  • 15 juin 2017 à 17 h 30 min
    Permalien

    J’ai du Murakami dans ma wish list. Pourtant pour l’instant, je n’ai pas encore sauté le pas.
    Je commencerai peut être par cette nouvelle, c’est plutôt un bon compromis de faire court pour une première lecture d’un auteur si populaire.

  • 18 juin 2017 à 14 h 26 min
    Permalien

    Oui mais tu verras, c’est assez dérangeant et particulier. J’espère que tu aimeras 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *