Falaises, d’Olivier Adam

Il y a des années j’avais entendu Olivier Adam à la radio sur France Inter qui lisait un extrait de son roman Le cœur régulier. J’avais trouvé son texte très beau et m’étais empressée d’aller acheter et lire ce roman. Comme je l’avais apprécié, lorsque l’occasion s’est présentée de lire un second livre du même écrivain, je n’ai pas hésité.

Falaises est un roman à la première personne. Le narrateur est un homme qui se trouve dans une chambre d’hôtel en Bretagne avec sa compagne Claire et leur petite fille Chloé. Alors qu’elles sont endormies, il repense à sa vie et un long retour en arrière s’opère, parfois ponctué par de courts moments au présent. Le héros revient sur son enfance et son adolescence, en particulier sur la mort de sa mère lorsqu’il avait onze ans. Il évoque les conséquences traumatisantes de ce suicide pour lui, pour son frère aîné Antoine et leur père, mur de douleur et d’incommunicabilité.

Il raconte ses errances professionnelles et sentimentales avant de trouver sa place. J’ai beaucoup apprécié l’écriture du début, j’étais bercée par la longueur des phrases, leur amplitude, et curieuse de découvrir la suite. Mais dès la deuxième partie, j’ai commencé à me lasser. J’ai trouvé la suite beaucoup moins travaillée tant dans le style que dans l’intrigue.

Le personnage principal m’a déplu : il ne pense qu’à lui, et même s’il parle beaucoup de sa mère, fantôme omniprésent, tout tourne autour de sa petite personne. Ses rencontres m’ont laissée de marbre. Plusieurs autres personnages qu’il croise et qui comptent dans sa vie se suicident aussi : trop c’est trop. Toutes ses conquêtes féminines avec ses expériences sexuelles qui ne m’ont du tout paru indispensables à développer de la sorte, ses désordres adolescents etc. ne m’ont pas convaincue ni intéressée.

J’ai trouvé ce livre triste, mais sans qu’il m’apporte une réflexion véritable. J’ai trouvé cela pénible et cela m’a fait penser au dernier roman d’Annie Ernaux mais qui lui est bien supérieur car il propose une véritable réflexion sur l’écriture et la littérature, que je n’ai pas retrouvée ici. Et c’est très dommage car Olivier Adam écrit bien, mais ce roman-là ne m’a pas touchée.

Même les personnages secondaires comme la mère ou le père ne m’ont pas enchantée. Les parents du narrateur restent mystérieux : quelques souvenirs, photos ou vidéos les montrent heureux, mais cela est hors-champ du héros qui raconte surtout la violence et le mutisme paternel, la douce folie de la mère avant son décès lorsque son mari part travailler.

« Si je veux dire mon enfance et le peu qu’il m’en reste, ma mère et le peu que j’en sais, il me faut parler du vide après le départ de mon père, l’odeur âcre du matin et le silence qui envahissaient la maison, les mercredis ou pendant les vacances, ou lorsque j’étais malade (et cela arrivait très souvent je crois) et que je restais seul avec elle. Quelque chose d’infiniment triste emplissait alors l’espace, asséchait la texture de l’air, modifiait les odeurs. Tout semblait soudain suspendu, pris dans une hésitation des choses, un asthme, un bégaiement. Une tristesse nimbée de brume, comme un novembre interminable, nous congelait de l’intérieur et ma gorge se serrait sans savoir pourquoi. »

Je n’ai pas réussi à m’attacher à eux vraiment. Toutes les émotions et sensations du narrateur qui remontent à la surface au fil des pages ne m’ont pas traversée, je suis clairement passée à côté. Mais peut-être ce roman vous plaira-t-il davantage qu’à moi ?

Falaises, d’Olivier Adam

Roman paru en 2005. 192 pages chez Points. 

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

8 commentaires sur “Falaises, d’Olivier Adam

  • 13 juillet 2018 à 13 h 35 min
    Permalink

    Je n’ai pas lu Falaises mais les Vents Contraires qui a d’ailleurs été adapté en film ainsi qu’un autre de ses livres.
    Je continue de lire cet été mais un peu moins intensément qu’en plein hiver
    Bonne journée

    Réponse
    • 15 juillet 2018 à 17 h 03 min
      Permalink

      J’avais nettement préféré Le coeur régulier mais celui-ci ne m’a pas convaincue, tant pis ! Moi, je crois toujours que je vais lire davantage l’été, mais en fait non 🙂 ! Belle journée Brigitte !

      Réponse
  • 14 juillet 2018 à 12 h 37 min
    Permalink

    Je n’ai pas lu de Olivier Adam alors que j’ai en ligne de mire plusieurs de ses titres. Je pense sauter celui là, le résumé étant déjà très éloigné de mes goûts plus ton avis qui ne fait que confirmer qu’il me laissera de marbre.

    Réponse
    • 15 juillet 2018 à 17 h 06 min
      Permalink

      Je n’ai lu que deux de ses romans, mais j’avais clairement préféré l’autre. J’espère que la lecture que tu choisiras te conviendra et que tu l’apprécieras. Belle journée !

      Réponse
  • 16 juillet 2018 à 11 h 13 min
    Permalink

    J’ai le souvenir de n’avoir ni aimé, ni pas aimé ce livre. C’était mon premier d’Olivier Adam..
    C’est vraiment le genre de livre sur lequel je ne sais quoi dire. Une belle écriture tout de même, c’est ce qui m’a permis d’aller au bout.
    Belle semaine Sandra

    Réponse
    • 23 juillet 2018 à 18 h 54 min
      Permalink

      Un peu comme moi alors ! C’est le 2e livre que je lis de cet auteur mais je suis un peu déçue. J’ai un meilleur souvenir (pourtant ancien) du Coeur régulier… Belle semaine aussi Marie !

      Réponse
  • 17 août 2018 à 11 h 51 min
    Permalink

    Je n’ai lu que ce titre de l’auteur, et je me souviens avoir aimé, même si j’en ai tout oublié, et que finalement, je n’ai jamais eu vraiment envie de relire Oliver Adam…

    Réponse
    • 21 août 2018 à 8 h 29 min
      Permalink

      Je comprends et il y a tellement d’auteurs à découvrir !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.