L’enfant qui, de Jeanne Benameur

J’avais déjà lu Otages Intimes de cette écrivaine, et j’avais trouvé son style vraiment très beau. J’ai donc cherché Les demeurées dont j’avais entendu le plus grand bien mais il n’existe pas en format électronique. Je me suis donc rabattue sur L’enfant qui, dont je ne savais rien et j’ai été conquise.

Ce qui frappe d’abord, c’est l’écriture, d’une puissance incroyable. Une prose pleine de poésie, un rythme particulier, une déstructuration syntaxique parfois, avec des « bouts de phrase » qui expriment parfaitement les « bouts de personnages » dont il est question.

Les personnages sont mystérieux comme l’est la mort qui est au centre du roman. Aucun personnage n’a de nom car ils pourraient être n’importe qui, vous ou moi. Il y a un petit garçon, son père et sa grand-mère paternelle. Mais le personnage capital, c’est en fait la mère de l’enfant, qui s’est évaporée sans laisser de trace. Chacun des membres de sa famille va essayer de retrouver un équilibre après cette disparition soudaine et inexpliquée. L’enfant guidé par une narratrice énigmatique et bienveillante qui le tutoie, traverse la forêt accompagné d’un chien invisible et pénètre dans des maisons abandonnées qui ont fini par faire corps avec la nature.

« Tu dis des mots dans une langue que tu ne connais pas. La langue sauvage de ta mère dans ta bouche. Tu égrènes des sons dans la forêt. Les forêts sont faites pour ça. Les forêts portent sur leurs branches les mots de ceux qui ont erré et les plaintes qu’aucun être humain ne peut entendre. Les forêts oublient les mots et la neige les recouvre quand elle enrobe chaque branche. Cela fait les feuilles neuves des printemps. Les mots oubliés ont perdu leur sens. Ceux qui les ont dits sont morts ou égarés. Parfois ils restent toute leur vie dans les forêts et plus personne ne sait ce qu’ils sont devenus. »

La nature justement est omniprésente. Poumon de la Terre, mère nourricière symbolique, elle permettra au père et au fils de retrouver une place. Cela, ajouté à l’expression poétique des sentiments, donne au roman une certaine dimension romantique.

La liberté est également un thème essentiel du roman. D’abord parce que c’était précisément ce qui caractérisait la femme volatilisée. Sa liberté d’aller et venir, sa façon d’être montraient qu’elle incarnait une émancipation certaine. Or ceux qui restent se sentent prisonniers de leur deuil et chacun à sa manière trouvera une voie pour s’affranchir, s’affirmer et parvenir enfin à une libération.

« Je voudrais passer mon index sur ton front aujourd’hui et faire revenir l’infinie confiance qui gonflait ton cœur à chacun de ses mots. »

Ce roman onirique très court est donc un roman sur le deuil et la reconstruction qui passe par l’imaginaire. Je l’ai trouvé grave et beau, un peu mélancolique mais jamais triste finalement, grâce à la poésie extraordinaire de Jeanne Benameur. Je vous recommande donc ce petit bijou qui ne peut que nous toucher tant il porte notre universelle condition humaine.

L’enfant qui, de Jeanne Benameur

Roman paru en 2017. 128 pages chez Actes Sud. 

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

16 commentaires sur “L’enfant qui, de Jeanne Benameur

  • 18 mai 2018 à 12 h 37 min
    Permalink

    Merci pour ton avis qui me redonne envie de l’ajouter dans mes envies littéraires.

    Réponse
    • 19 mai 2018 à 4 h 42 min
      Permalink

      C’est vraiment un beau petit livre, j’espère qu’il te plaira !

      Réponse
  • 19 mai 2018 à 11 h 46 min
    Permalink

    Je ne connais pas du tout cette auteure. Je vais de ce pas le chercher également en version E-book. Merci pour ce partage

    Réponse
    • 22 mai 2018 à 6 h 17 min
      Permalink

      Je te la recommande chaudement, elle écrit merveilleusement bien, j’adorerais la rencontrer !

      Réponse
    • 22 mai 2018 à 6 h 18 min
      Permalink

      Note, note, et j’espère que ça te plaira ! Gros bisous ma Sophie, j’espère que tu vas bien avec tout ce qui se passe en ce moment vers chez toi, je pense fort à toi !

      Réponse
      • 22 mai 2018 à 16 h 35 min
        Permalink

        Merci, c’est gentil ! En effet, c’est pas top…
        Je pense bien à toi et à ton déménagement ! Ici, départ le 21 juin, ça s’approche ! Je te contacterai à notre arrivée en France pour essayer de te voir cet été. Bises à toi !

        Réponse
        • 25 mai 2018 à 23 h 26 min
          Permalink

          Tu dois être très occupée j’imagine, let’s still keep in touch… 🙂

          Réponse
          • 26 mai 2018 à 17 h 43 min
            Permalink

            Oui, très occupée ! Mais je prends tout de même le temps de lire, et je viens de terminer « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », que je te conseille vivement si tu ne l’a pas lu. Un roman épistolaire bien mené, qui s’est révélé être une belle petite surprise qui m’a tenue éveillée jusqu’à tard dans la nuit ! J’aimerais bien lire ton avis dessus 🙂
            Prochain livre sur ma liste : Orgueil et préjugés 🙂

          • 31 mai 2018 à 13 h 31 min
            Permalink

            Eh bien écoute, moi je n’ai pas réussi à finir le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates malgré le conseil de mon amie Flo qui me l’avait prêté. Ce n’était sans doute pas le bon moment pour moi de le lire. Il faudra que je réessaie. Et figure-toi que je n’ai jamais lu Orgueil et Préjugés parce que malgré les excellentes critiques, j’ai peur de trouver ça mièvre… Tu me diras ce que tu en penses… Bisous Sophie et courage pour les semaines à venir !

  • 22 mai 2018 à 7 h 38 min
    Permalink

    Je l’ai lu ! effectivement : très beau livre, comme tous ceux de Benameur d’ailleurs !

    Réponse
  • 23 mai 2018 à 8 h 30 min
    Permalink

    Comme je crois je te l’ai dit, j’aime beaucoup cet auteur, mais je ne connais pas du tout ce titre. Je le note ! Merci pour ta chronique toujours objective. Bonne journée

    Réponse
    • 25 mai 2018 à 23 h 30 min
      Permalink

      Oui, je sais que toi aussi tu aimes cette écrivaine et j’ai très envie de découvrir encore d’autres livres d’elle ; j’aimerais aussi beaucoup la rencontrer, elle doit être passionnante !

      Réponse
  • 26 juin 2018 à 21 h 40 min
    Permalink

    J’ai lu 2-3 livres de cette auteure, mais aucun ne m’a passionné. Je l’ai donc abandonnée…

    Réponse
    • 8 juillet 2018 à 12 h 29 min
      Permalink

      Ah dommage. Moi j’aime beaucoup son écriture ; il en faut pour tous les goûts 😉 Bon dimanche !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.