daoud-meursault

Comme j’avais beaucoup aimé L’Étranger de Camus, lorsque le roman de Daoud était sorti, je m’étais promis de le lire un jour. Le temps a passé et j’ai profité des vacances pour l’acheter. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à lire ce roman. Le récit est mené à la première personne. Le narrateur, c’est Haroun, le frère de l’Arabe tué par Meursault. Il est âgé et s’adresse à un interlocuteur qui n’intervient à aucun moment. Je trouvais intéressant de se positionner du côté de la victime, de décaler le point de vue. Le narrateur raconte comment il a été marqué par le meurtre de son frère sur la plage.

En effet, leur mère M’ma ne s’est jamais remise de la perte de son enfant et a enfermé son deuxième fils dans le deuil, la mort, la culpabilité d’être vivant alors que son frère était mort. Le roman aborde donc la difficile relation mère-fils après une telle tragédie. Le personnage de la mère, du point de vue du fils, est sans concession et malgré tout mêlé de tendresse :

« Elle mentait non par volonté de tromper, mais pour corriger le réel et atténuer l’absurde qui frappait son monde et le mien. »

Mais cette relation l’étouffe et l’empêche de vivre pleinement, d’être heureux.

J’ai trouvé la structure du récit intéressante : on navigue au gré des souvenirs et des réflexions du narrateur, dans un mélange qui n’est donc pas chronologique. J’ai trouvé que des éléments se répétaient parfois un peu trop à mon goût, pour bien marteler ce qui est important aux yeux du narrateur. Celui-ci veut surtout donner une identité à son frère tué sur la plage en plein soleil, dont le corps n’a jamais été retrouvé : il s’appelait Moussa parfois surnommé Zoudj, avait un nom, une famille, existait aux yeux des autres alors que Camus a effacé cette identité en ne l’appelant que « l’Arabe » et en n’indiquant jamais les conséquences au sein de la famille de la victime.

« Mon frère Zoudj, lui, est discrètement retiré de la scène et entreposé je ne sais où. Ni vu ni connu, seulement tué. À croire que son corps a été caché par Dieu en personne ! Aucune trace dans les procès-verbaux des commissariats, lors du procès, dans le livre ou dans les cimetières. Rien. Parfois, je vais plus loin dans mes délires, je m’égare davantage. Peut-être est-ce moi, Caïn, qui ai tué mon frère ! J’ai tant de fois souhaité tuer Moussa après sa mort, pour me débarrasser de son cadavre, pour retrouver la tendresse perdue de M’ma, pour récupérer mon corps et mes sens, pour… »

Pour éviter de dévoiler la suite du roman, je dirais simplement d’autre part que le narrateur s’inscrit dans la ligne de Meursault et agit dans ce roman comme en miroir par rapport au héros de Camus. Il pose ainsi la question de la légitimité du meurtre en temps de paix et en temps de guerre, ce que j’ai trouvé intéressant. 

Toutefois, même si les actions des deux héros sont symétriques, Haroun ne ressemble pas à Meursault : nous ne retrouvons pas cette froideur, cette indifférence qui font son étrangeté et sa particularité. Cela se voit à l’écriture elle-même, véritable dialogue à sens unique avec un interlocuteur muet mais pris en compte. C’est aussi et surtout souligné par la relation du narrateur aux femmes, à sa mère pour laquelle il éprouve de véritables sentiments complexes et contradictoires, et surtout à Meriem dont il tombe amoureux :

« Il a bien fallu que je me redresse et que je la regarde enfin. Et je l’ai vue, cette petite femme frêle aux yeux vert sombre, soleil candide et incandescent. Sa beauté me fit mal au cœur. J’ai senti ma poitrine se creuser. Jusque-là, je n’avais jamais regardé une femme comme une possibilité de la vie. J’avais trop à faire à m’extraire du ventre de M’ma, à enterrer des morts et à tuer des fuyards. Tu vois un peu. On vivait en reclus, je m’y étais habitué. […] lorsque je l’ai aperçue dans le bus d’Alger, j’ai senti un trou dans mon cœur. Déjà sa présence ne suffisait pas à combler ce qui se creusait en moi. »

C’est donc un roman intéressant et original à lire après l’Étranger de Camus dont il est le contrepoint.

Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Roman d’expression française paru en 2013 en Algérie et 2014 en France chez Actes Sud. 160 pages. 

Prix Goncourt du premier roman en 2015.

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

2 commentaires sur “Meursault contre-enquête de Kamel Daoud

  • 19 août 2016 à 10 h 42 min
    Permalink

    J’ai eu les memes sentiments que toi en lisant ce roman… il n’est pas ininteressant… l’idee de bases est originale…
    … mais j’avoue qu’il m’est vite tombe des mains. Autant j’ai adore l’Etranger de Camus, ou l’on sent le narrateur peu a peu enferme dans un contexte qui le fait sombrer… Autant j’ai eu le sentiment de tourner en rond dans la narration de Daoud -qui n’est pourtant pas bien longue… Je le deplore, d’ailleurs, car j’avais beaucoup d’attentes dans ce livre 🙂
    En dehors du concept, quels sont les aspects qui t’ont plus le plus?

  • 3 septembre 2016 à 10 h 14 min
    Permalink

    C’est surtout l’idée originale et qui m’a plu, mais comme toi, j’ai eu le sentiment de tourner un peu en rond à cause des nombreuses répétitions. La quête d’identité, l’importance de surmonter un drame pour se construire sont des aspects qui m’ont intéressée. L’écriture ne m’a pas touchée outre mesure et je regrette que le narrateur ait confondu Meursault et Camus à plusieurs reprises dans le roman. C’est pour toutes ces raisons que je n’ai mis que 3 étoiles sur 5.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *