On the road again

On ne peut pas évoquer un road trip sans parler de la route. Celles que nous avons prises étaient impressionnantes. D’abord par leur longueur : le ruban d’asphalte se déroule au milieu des forêts immenses, longe des lacs sublimes sur des distances énormes. Mais les routes elles-mêmes sont assez abimées.

Il faut dire que des camions dont on ne voit pas le bout circulent pour transporter le bois. Ils peuvent faire jusqu’à 44 tonnes et ont des remorques d’une longueur infinie. Et ça, ça ne doit pas arranger le bitume.

On trouve aussi des caribous, mais nous, nous n’avons vu que les panneaux ! Et en parlant de panneaux, il y en a eu de toutes sortes et tellement nombreux concernant ces gros mammifères, que ça fait presque peur ! Comme vous pouvez le voir, certains sont amusants et étonnants. J’ignore totalement ce que signifie celui qui est en bas à droite. Si un Québécois passe par ici, merci d’éclairer ma lanterne !… 

panneaux-quebec-canada

Nous entamons donc notre route vers Saguenay et passons par un parc naturel exceptionnel : on longe des lacs superbes, la route est bordée de forêts mais malheureusement le temps n’est pas avec nous, il pleut ou le ciel est très couvert.

lac-quebec

Ce qui me surprend, par rapport aux lacs de France, c’est qu’il n’y a pas de plage pour accéder au bord de l’eau : les arbres, immenses et majestueux poussent vraiment tout au bord.

lac-quebec-3

Nous ne croisons aucun touriste ou presque (et pourtant, nous sommes en plein été, au mois d’août). Seuls des pêcheurs à la mouche se promènent sur le lac. Le cadre enchanteur et le calme créent une atmosphère extrêmement apaisante. 

lac-rameau-quebec

On a l’impression d’être seuls au monde, très loin de la civilisation et ça fait un bien fou !

Une ambiance assez particulière émane de la brume qui s’est installée au loin.

lac-brume-canada-quebec

Parfois un rayon de soleil illumine les lacs et c’est absolument magique :

pano-lac-quebec

Nous apercevons une maison isolée d’où la vue est sans doute imprenable.

maison-isolee-canada-quebec

Nous faisons une halte dans un petit village (il en existe très peu sur la route) pour acheter de quoi manger. Et là, devant le magasin, on trouve de manière très surprenante, une boîte à livres !

boite-livres-quebec

Notre voiture (c’est un veau) peine parfois dans les côtes, mais lorsque nous arrivons en haut d’une route, le panorama est à couper le souffle. Les paysages sont extraordinaires, les forêts s’étendent à perte de vue. 

paysage-canada-1

Nous traversons le parc national Grands Jardins et chaque image est plus belle que la précédente, surtout quand le soleil daigne se montrer. Contrairement aux forêts françaises, la forêt canadienne est si dense qu’il semble impossible d’aller s’y promener. Dommage, j’aurais bien voulu voir la faune de plus près, et qui sait, croiser un caribou…

parc-national-grands-jardins-quebec-1

Nous arrivons à Saguenay avec des étoiles plein les yeux. Nous passons une nuit dans la ville que nous ne visiterons pas faute de temps, puis reprenons la route le lendemain matin pour Tadoussac.

lac-calme-quebec

Tadoussac 

La météo est toujours assez mauvaise, il pleut mais d’après les infos, l’après-midi sera belle. Tant mieux car nous avons prévu une croisière pour aller voir les baleines, surprise pour ma grande cadette.

Et en effet, à l’arrivée, le soleil se lève pile pour notre croisière ! Après un déjeuner dans un restaurant vraiment immonde juste à côté de là où nous achetons nos billets, nous partons en mer. Nous avons choisi la compagnie Aml et un bateau de taille moyenne : pas de zodiac (j’ai trop peur qu’on se retrouve à l’eau d’un coup de queue de baleine) et pas de gros paquebot de 700 personnes. Un conseil : portez un K-way, un pull et oubliez la casquette, même vissée sur la tête, celle de mon mari s’est envolée dans les flots.

tadoussac-bord

Alors, la question est : a-t-on vu les cétacés ? Je dirais oui et non. Oui, parce qu’à peine 5 minutes après être avoir quitté le port, on a vu des rorquals (non, non, on ne dit pas des rorquaux). Regardez plutôt :

baleine-sillage-tadoussac

J’ai été très surprise que tous ces animaux marins se montrent si près du bord. Ensuite, on a aperçu des phoques en très grand nombre. Ils avaient l’air de bien s’amuser !

phoques-groupe-tadoussac

Puis une baleine à bosse. Mais, mais, mais, si vous espérez voir la queue d’une baleine, ou un double salto arrière de la part de ces gros mammifères marins, vous risquez être déçus. Les photos publicitaires des compagnies ont dû être choisies sur 300 millions de clichés pris sur le dernier siècle.

baleine-zodiac-canada

Donc, soit, les baleines n’étaient pas en forme, fatiguées par les récents JO de Rio, soit, elles n’avaient pas envie de sauter, mais on voit à peine leur dos lorsqu’elles reviennent prendre de l’air à la surface. Mais nous – peut-être nous contentons-nous de peu – nous sommes super heureux de cette croisière sur le Saint-Laurent ! Alors évidemment, côté photo, ça ne donne pas grand-chose, surtout que même si ça saute, c’est tout de même très vifs ces bestiaux-là. À la fin de notre petite croisière, une famille de bélugas blancs nous a suivis :

beluga-tadoussac-canada

Nous admirons le paysage, même lorsqu’il n’y a pas d’animaux, car c’est très beau.

saint-laurent-contre-jour

Nous sortons du bateau épuisés mais ravis, l’air marin, ça creuse et ça fatigue ! Nous finissons la soirée dans un excellent resto, La Bolée. Nous partons ensuite dormir un peu au nord, aux Grandes-Bergeronnes, dans un AirBnB où nous sommes très bien accueillis. Le lendemain, nous avons une très longue route pour rentrer à Montréal.

Nous prenons d’abord le bac pour traverser le Saint-Laurent, la traversée est très courte et sympa puisqu’on a le droit de sortir des voitures pour admirer la côte s’éloigner et la suivante s’approcher :

Ensuite, nous redescendons vers Montréal en prenant la route la plus directe, qui est hélas aussi la plus moche. C’est horrible, surtout après les grands espaces naturels dont nos yeux sont encore remplis et nos âmes gorgées. Le trafic est intense et seule la petite halte sur une aire de repos nous permet de renouer avec la nature. 

Demain matin, nous repartons pour Tokyo, les vacances s’achèvent et les paysages éblouissants, la gentillesse des Québécois et les très jolies villes resteront très longtemps dans nos mémoires… Nous n’avons qu’une envie : explorer les autres provinces, découvrir ces paysages superbes à une autre saison, bref… revenir au Canada !

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

9 commentaires sur “Road trip au Québec #4 : un grand bol de nature !

  • 12 octobre 2016 à 3 h 11 min
    Permalink

    Magnifique ! Pour le panneau en bas à droite, je dirais que c’est pour indiquer où doivent passer les motoneiges ou les traîneaux, non ? Mais bon, niveau trucs de grand froid, je suis pas la mieux placée 😉

    En tout cas ça a l’air d’avoir été un très beau voyage d’après tes 4 articles 🙂

  • 12 octobre 2016 à 10 h 58 min
    Permalink

    Oui, c’était un super voyage, j’ai beaucoup aimé ! Et tu vois, on est sur la même longueur d’ondes toi avec tes Indiens et cow-boys et moi avec mes Hurons 😀 Pour le panneau, c’est ce que je me suis dit aussi mais comme je n’y connais rien, je préférais demander des avis, merci de m’avoir éclairée.

  • 12 octobre 2016 à 12 h 21 min
    Permalink

    C’est vraiment très beau!

  • 12 octobre 2016 à 12 h 26 min
    Permalink

    Oh merci, mais il paraît que d’autres provinces du Canada sont encore plus belles (est-ce possible ?) ce qui me donne encore plus envie d’y retourner pour continuer de découvrir un pays aussi grand qu’un continent ou presque 😉

  • 12 octobre 2016 à 21 h 23 min
    Permalink

    Alors que le Québec n’est pas la partie du monde qui me fait particulièrement envie, ces photos ne peuvent que donner envie *-*

  • 12 octobre 2016 à 22 h 23 min
    Permalink

    Oui, c’est très beau et l’avantage c’est que c’est aussi très varié : ville et pleine nature pas très loin. Contente de t’avoir fait voyager au moins virtuellement 😉

  • 13 octobre 2016 à 0 h 25 min
    Permalink

    Oui, moi je prolonge les miennes en rédigeant mes articles, et ça fait du bien quand l’automne pointe déjà le bout de son nez 😀

  • Pingback: Nara et les biches du Japon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *