Benacquista-romanesqueRomanesque. Encore un étrange roman. En ce moment, j’ai l’impression d’être abonnée à des écrits très particuliers. Romanesque est un roman double, fait de dualités souvent antithétiques. Deux personnages unis puis séparés tentent de se retrouver. Deux conceptions de la vie : ceux qui font partie du groupe et ceux qui s’en excluent. Deux ennemis : Dieu et le Diable. Deux époques : aujourd’hui et le Moyen-Âge. Deux histoires qui s’entremêlent mais en même temps ne font qu’une.

Le roman s’ouvre sur un couple de Français en cavale aux Etats-Unis. Malgré toutes les précautions qu’ils ont prises pour ne pas se faire repérer, ils se rendent dans un endroit public, un théâtre, pour assister à une représentation. La pièce met en scène leur propre vie, à une autre époque.

La glaneuse et le braconnier, dans des temps plus anciens, vivent isolés du village, uniquement préoccupés par leur amour passionnel et fusionnel. Ils vivent d’amour et d’eau fraîche, ou presque. Mais la société de l’époque les oblige à s’enfuir, car il n’est pas de bon ton, déjà, de vivre autrement, de se retrouver en marge des conventions sociales.

Après maintes péripéties, ils sont finalement exécutés et arrivés au Ciel, on les renvoie sur Terre, mais aux antipodes l’un de l’autre. L’homme et la femme n’auront de cesse de se rejoindre et vont braver mille dangers dans l’espoir de retrouvailles. En ce sens, le titre du roman a été bien choisi : les personnages et l’histoire sont effectivement dignes de figurer dans un roman tellement ils sont atypiques et invitent à la rêverie, ouvrent notre imagination.

C’est un roman qui ressemble à un conte en raison de sa structure narrative : des héros essaient d’atteindre un objectif mais certains personnages et des péripéties les entravent, tandis que d’autres les aident. Les héros n’ont pas de vrais noms, chacun peut donc s’identifier à eux, puisqu’ils sont à la fois tout le monde et personne. Ils cherchent à disparaître, à s’effacer pour vivre leur amour tranquillement, en marge de la vie des autres. La morale de ce conte-roman ? L’amour triomphe de tout, et malgré les siècles qui s’écoulent, c’est une valeur sûre.

Cependant, j’ai eu du mal à m’intéresser aux personnages : on sait finalement assez peu de choses sur chacun d’eux, et ce sont plutôt leurs qualités (détermination, courage, persévérance, fidélité) qui sont les véritables héroïnes de l’histoire. Leurs aventures, rocambolesques et pittoresques à souhait ne m’ont pas emportée complètement. Le style est particulièrement fluide pourtant, mais je n’ai pas été saisie, il a manqué un je ne sais quoi pour achever de me convaincre. J’ai été notamment un peu perturbée par les retours en arrière et le parallélisme des situations du couple d’aujourd’hui et de celui d’hier. J’ai trouvé que cette quête qui s’apparente à celle que l’on trouve dans les romans d’apprentissage ou contes philosophiques, ne changeait pas fondamentalement les personnages, ce que j’ai regretté.

Ce que j’ai trouvé intéressant en revanche, c’est la réflexion sur la puissance de l’imagination, de l’histoire que l’on raconte, de la littérature. Le pouvoir de la fiction est ici loué, en particulier celui de la tradition orale qui transmet de siècle en siècle des histoires qui font rêver.

 « Suspendus aux lèvres du conteur, les indigènes étaient devenus les captifs, et le prisonnier leur geôlier. […] si une légende était toujours inspirée de faits réels, la voix des hommes la perpétuait pour en faire un bien commun. Si on la polissait par la parole, si on en gommait les aspérités, si on l’agrémentait de fioritures, c’était pour la rendre accessible à toutes les cultures et la transmettre par-delà les frontières et les générations. »

Mon avis est donc un peu mitigé, double comme le roman lui-même.

Romanesque, de Tonino Benacquista

Roman français paru en 2016. 240 pages chez Gallimard (collection Blanche). 

Découvrez aussi :

Romanesque de Tonino Benacquista
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :                

8 commentaires sur “Romanesque de Tonino Benacquista

  • 24 mars 2017 à 10 h 06 min
    Permalien

    Ce roman semble effectivement très particulier !!
    Comment fais-tu le choix de tes lectures ? et abandonnes-tu quelquefois le livre si tu vois que tu n’accroches pas ? cela m’intéresse 😉

  • 24 mars 2017 à 10 h 27 min
    Permalien

    Oui, très particulier et donc intéressant malgré tout 😉 . Pour choisir mes lectures, j’écoute surtout les conseils de mes proches. J’ai quelques amis dont je partage généralement les goûts et s’ils me conseillent un roman, je tente. Toutefois, si ça ne me plait vraiment pas, je n’hésite plus à arrêter ma lecture : la vie est trop courte pour que je puisse lire tout ce qui me fait envie, alors je refuse de perdre mon temps, quitte à donner une seconde chance à l’auteur ou au livre plus tard. Avant, ne pas finir un livre m’aurait paru sacrilège, mais (avec l’âge !) j’ai changé. Par exemple tu m’as parlé récemment d’un Bussi et il est dans mes projets de le lire, je le ferai probablement dans les mois qui arrivent. J’aime autant proposer des livres via le blog ou lors de discussions qu’écouter les conseils que l’on me donne. Le gros avantage de la lecture, c’est le partage et l’échange que cela entraîne. Cela dit, il existe des domaines que je n’aime pas du tout ; je ne lis donc pas ces types de romans car je sais que je ne pourrais pas les finir et n’y trouverais aucun plaisir.
    Romanesque, c’est un livre qui m’a été offert par mon amie Sandrine et on m’avait dit beaucoup de bien de Malavita du même auteur. J’ai donc foncé, et même si mon avis est un peu mitigé, je ne regrette pas ma lecture.
    Et toi, comment choisis-tu tes lectures ?

  • 24 mars 2017 à 10 h 40 min
    Permalien

    Comme toi ce sont les avis d’amis ou ce que j’ai pu en entendre à la radio ou dans des émissions littéraires à la télé. J’aime aussi suivre des auteurs connus et que j’apprécie alors je n’hésite pas à lire leurs nouveaux bouquins.
    Moi aussi j’abandonne une lecture si je n’accroche pas à l’histoire ou au thème !
    En ce moment je lis d’Agnes Ledig : pars avec lui … Très bon livre
    Bonne journée !

  • 24 mars 2017 à 10 h 46 min
    Permalien

    Merci pour ton retour si rapide. J’ai beaucoup vu ce titre d’Agnès Ledig sur les blogs mais n’ai pas (encore ?) lu ce roman. Tant mieux s’il te plait, c’est toujours agréable d’avoir une bonne lecture en cours. Bonne journée Brigitte !

  • 24 mars 2017 à 16 h 07 min
    Permalien

    J’aime beaucoup tes choix de livres, ils m’intriguent souvent!
    Bisous à toi!

  • 25 mars 2017 à 3 h 01 min
    Permalien

    Merci, j’espère qu’ils te donnent des idées pour tes propres lectures et que tu les apprécies (au moins certains d’entre eux !). À très bientôt !

  • 25 mars 2017 à 3 h 50 min
    Permalien

    Hhhuuummm, pas convaincue non plus par celui là (d’après ta critique, hein, je ne l’ai pas lu 😉 ) ! Je n’ai jamais lu Malavita mais j’en ai pas mal entendu parler… Vas-tu le tenter ?

  • 25 mars 2017 à 6 h 53 min
    Permalien

    Oui, je comprends, mon avis est moyen et j’espère que le suivant sera meilleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *