Appartement-tokyo

Cela fait plus de quatre ans que nous habitons le même logement à Tokyo. Je vis dans une maison japonaise ancienne, mais qui a été entièrement refaite, comme c’est souvent le cas au Japon. Les maisons ici ne sont pas faites pour durer : on les détruit au bout de 50 -70 ans pour les mettre aux dernières normes anti-sismiques. Ça construit, détruit et reconstruit sans arrêt à Tokyo. On me demande souvent comment on est logés dans la capitale japonaise, comment on a fait pour trouver une habitation, comment ça fonctionne, si on a les mêmes pièces qu’en France, combien coûte un loyer etc. C’est donc l’occasion pour moi de vous expliquer comment se loger à Tokyo et, comme d’habitude, nous verrons que c’est sensiblement différent de la France.

Les recherches d’un logement à Tokyo

Lorsque nous avons su que nous allions nous expatrier à Tokyo, j’ai commencé à faire des recherches depuis la France. J’ai trouvé un appartement que je pensais pas trop loin de nos lieux de travail/d’école. Parce que sur la carte, ça avait l’air près… En fait non, pas tant que ça. J’ai trouvé une annonce (en anglais !!) sur Internet d’un homme qui louait l’étage de là où il habitait. Nous y sommes restés un mois et demi, le temps que l’on trouve quelque chose de plus adapté et de plus pratique. J’ai commencé à faire le tour des agences qui parlaient anglais (et croyez-moi, ça ne court pas les rues). Le problème, c’est que les employés vous voient arriver avec l’étiquette « expat » et vous imaginent à la tête d’une multinationale, c’est-à-dire très riches… Or, ce n’était pas du tout notre cas, notre boîte ne nous paie pas le loyer.

Les premières maisons qu’on nous a montrées étaient très loin de ce que nous voulions. Géographiquement, mais pas seulement. Je les ai trouvées assez vétustes et surtout horriblement chères (genre 5 000 euros par mois quand même !!) Fermement décidée à ne pas me faire prendre pour un pigeon – et surtout dans l’incapacité de payer une telle somme – j’ai commencé à aller voir des agences non anglophones, dans les quartiers que nous visions. Et là, malgré la barrière de la langue, j’ai vu que les prix n’étaient pas du tout les mêmes. Nous avons visité énormément de logements, des maisons, des appartements, du neuf, du vieux, du bizarre (une maison biscornue sur 4 niveaux avec un ascenseur intérieur !). Rien ne nous plaisait dans les prix que nous nous étions fixés. Comment ça, je suis difficile ? J’aimerais vous y voir, tiens ! 😉 En plus, je trouvais les maisons très moches, avec leurs petits carreaux en façade…

Maison-tokyo-exterieur

Au bout d’un moment, me renseignant à droite à gauche auprès de collègues, j’ai fini par aller sur un site d’agence immobilière en ligne. Evidemment, tout était en japonais mais Chrome est mon ami, il traduisait (souvent très mal) tout pour moi. Et là, j’ai repéré LA maison qui devait nous convenir. Mais au Japon, ce n’est pas si simple. Une loi autorise en effet le propriétaire à refuser de louer à des étrangers. D’ailleurs, la toute première maison que nous avions voulu visiter n’a jamais pu l’être et nous avons compris bien plus tard que c’est sans doute parce que nous étions des étrangers…

Signer un contrat de location

Nous visitons celle que j’ai repérée, elle est parfaite compte tenu de ce qu’on a vu jusque là et dans nos prix. Cette fois-ci, je la réserve et attends anxieusement que le propriétaire accepte de la louer à des Français. Et là, surprise, il veut nous faire passer un entretien. Comme un entretien d’embauche, et là, nous étions rôdés, on venait d’en passer pour partir au Japon ^^. Le hic, c’est que l’homme ne parle… que japonais. On dépêche une copine traductrice (qui n’avait jamais vu ça). Et on passe un entretien : « pourquoi mon logement vous a-t-il plu ? avez-vous des enfants ? Quel âge ? Vous avez des photos de vos enfants (sic !!)? » etc. Ça dure un bon moment mais le propriétaire est d’accord ! Chic ! Oui, sauf que ce n’est pas encore gagné. Au Japon, il faut un garant. Nous n’en avons pas. Notre boîte ne se porte garante de personne. Mais on nous indique que des sociétés acceptent de se porter garant contre rémunération bien sûr.

Agence-immobilière-tokyo

Oui, sauf que notre propriétaire veut une personne physique et pas une entreprise. Si près du but, je ne veux pas lâcher le morceau, mais ne sais comment faire : nous sommes là depuis moins de deux mois, on ne connaît personne assez bien pour lui demander de se porter garant. Et là, un ange nous tombe du ciel : un des employés de l’agence immobilière nous le propose de lui-même : nous ne le connaissons que depuis 2 jours, nous n’aurions jamais pensé ni osé lui demander ce service, mais je pense qu’il espère toucher sa commission, il a vu notre dossier et sait que nous sommes sérieux et solvables. Si je n’avais pas eu peur de le choquer, je l’aurais embrassé (sur les joues, oh eh, ne vous emballez pas !). On a donc signé le contrat (lu à haute voix in extenso, c’est la loi au Japon, et traduit par notre chère traductrice) : autant vous dire que ça a pris du temps ! La plupart des baux prévoient des clauses stipulant que les animaux sont interdits, de même que les instruments de musique. J’avoue que nous ne respectons pas ce dernier point (chuuut !) mais nous ne jouons pas de musique à des heures indues. Et comme dans notre quartier, il y a surtout des personnes âgées, gageons qu’ils sont un peu durs d’oreille et qu’ils ne se sont rendu compte de rien…

À savoir avant d’emménager au Japon

Alors si un jour il vous prenait l’envie subite de venir habiter au Japon, sachez qu’on doit également donner une caution (qu’on ne revoit jamais au Japon paraît-il) équivalente à un à deux mois de loyer et un cadeau au propriétaire. Ben oui, il accepte de vous louer son logement, vous devez lui verser un mois de loyer en cadeau… tous les deux ans ! Ici, c’est comme ça que ça se passe. Et comme il fallait en outre payer l’agence immobilière, on a commencé notre expatriation totalement ruinés, haha !

Logement-ur-tokyo

Le seul cas où ça revient moins cher (pas de cadeau et pas de caution) c’est dans l’équivalent des HLM japonais appelés UR, très bien entretenus. Mais ces logements ne sont pas prévus pour des familles nombreuses comme la nôtre (deux enfants, mais au Japon, c’est déjà une famille nombreuse^^).

Autre surprise : le métrage. Le nombre de m2 est indiqué sur les annonces, mais il comprend souvent toute la surface, même non habitable. Ainsi, les balcons et placards (immenses car on y range ses futons) font partie des m2 affichés. Donc notre maison de 101 m2 en fait seulement 80, je pense 😉 Et parfois, la surface n’est pas exprimée en m2 mais en tatami ^^ ! Un tatami équivaut à enivron 1,65 m2.

placard chambre

Les pièces d’une habitation japonaise

Alors d’abord, dans tous les logements, vous trouverez dans l’entrée un placard à chaussures. Comme vous le savez sans doute si vous me suivez depuis un moment, il est impensable d’entrer dans une maison japonaise avec ses chaussures. On les dépose donc à l’entrée et quand on est invité, on les place dans le bon sens pour repartir, pour dire : « t’inquiète, je ne m’incruste pas chez toi ». Et on enfile des chaussons illico ! (Que l’on change pour aller dans les toilettes, faut pas rigoler avec ça !).

entrée placard chaussures
Crédits photo Nexus

La cuisine d’un logement japonais

Ensuite, les pièces sont très petites par rapport à la norme française… Notamment la pièce pompeusement appelée « cuisine », qui n’est presque toujours qu’une kitchenette d’étudiant. Mon plan de travail mesure exactement 55 cm. Vous voyez le binz quand je veux cuisiner ? Y a jamais la place de faire de la grande cuisine, rien pour poser la plaque qui sort du four, bref, pas super pratique, il faut l’avouer. Je regrette ma cuisine de France avec tout un tas de rangements et de la plaaaaace ! À propos de four, il n’y en a pas souvent au Japon. J’ai deux feux qui fonctionnent au gaz et dessous un grill à poisson de… 15 cm de large. Pour les pizzas, c’est raté. J’ai donc fini par acheter un four mais il est tout en japonais 🙁 Heureusement j’ai compris comment faire micro-ondes, gratins et sablés, c’est tout ce qui compte, non 😉 ? Cela dit, mes considérations sur la taille des logements viennent sans doute du fait qu’en France, j’habitais en province ; je suppose que pour les Parisiens, ça ne change pas grand chose à leur quotidien de passer de la ville Lumière à Tokyo… 😉

Cuisine-japon

La salle de bain d’une maison à Tokyo

Parlons maintenant de la salle de bain. La mienne en tout cas est composé d’une large vasque (quand je dis large, pour une fois, ce n’est pas ironique), d’un mini placard tellement haut que je ne peux y ranger les serviettes qu’en montant sur une chaise. Il y a la place pour un lave-linge (ici, ça lave à froid… c’est-à-dire que ça lave… très mal). Et ensuite, une cabine de douche avec dans le même espace une baignoire sabot. Vous savez, le truc dans lequel on ne peut pas s’allonger, même quand on mesure un mètre dix les bras levés.  

baignoire douche

La baignoire est généralement équipée d’un ofuro, c’est-à-dire d’une usine à gaz qui permet de remplir la baignoire à telle hauteur, à telle température. Et lorsque l’eau refroidit, des capteurs le détectent et réchauffent l’eau. Dingue ! C’est le petit tableau de bord que vous apercevez à droite avec l’écran noir qui permet de tout régler… à condition de maîtriser la langue japonaise, évidemment parce que tous les boutons sont en kanji… Quand je vous disais que c’était une usine à gaz !

La baignoire est aussi munie d’un couvercle. Non, je vous vois venir, ce n’est pas pour noyer ses enfants, mais tout simplement pour garder l’eau chaude pour le suivant. Au Japon, on se lave dans l’espace « douche » et on se délasse ensuite, quand on est tout propre, dans la partie bain. Et comme on est archipropre, toute la famille y passe, les uns à la suite des autres (pas ensemble, c’est petit, on ne peut même pas prendre un bain avec son bébé). Etonnant, non ? Un système permet ensuite de réutiliser l’eau pour la machine à laver. La fameuse qui ne marche qu’à l’eau froide. Comme ça, l’eau est un peu chaude. Mouais. De toute façon, nous, nous sommes adeptes des douches, pour le bain, on va au onsen 😉  

Les chambres d’une habitation à Tokyo

Pour les chambres, c’est tout petit avec de très grands placards. Il y a rarement des volets à cause des ouragans. Et comme le soleil se lève à 4h le matin en été, mmff, ai-je besoin de finir ma phrase ?… Dans la plupart des maisons ou appartements, les chambres sont des pièces à tatami : le sol est donc tressé avec de la paille de riz et on y pénètre pieds nus, même pas avec les chaussons car c’est fragile et ça ne se nettoie qu’en enlevant la poussière. Mais chez moi, il n’y a pas de tatami, que du parquet. J’ai pris la photo ci-dessous dans un hôtel à Hiroshima.

Chambre-tatami-japon

Extérieur/Intérieur des logements à Tokyo

Pas de jardin ou tellement petit que je ne sais si on peut garder ce mot. Cela dit, le moindre centimètre carré à l’extérieur est utilisé pour planter un arbuste ou des fleurs. Les Japonais sont très friands de verdure et chaque espace est occupé par une plante. Du coup, c’est très joli, certains de mes voisins y consacrent beaucoup de temps et de soin. Ma voisine a même planté des fleurs dans mon espace car elle devait trouver que je ne m’en occupais pas assez bien, que ce n’était pas assez joli. La honte… Ci-dessous, on ne dirait pas à cause de la taille des branches mais en fait, l’arbre est collé à la maison que l’on ne voit qu’à peine, il n’existe qu’un mètre entre la clôture et la maison. Il doit faire sombre à l’intérieur…

maison-tokyo-japon

Le truc, vraiment pas bien au Japon, c’est que les maisons sont très, très mal isolées. S’agit-il d’une pression des lobbies Daikin et consorts qui fournissent les clims réversibles à tous les Japonais ou presque ? Je n’en sais rien, mais on chauffe et tout part dans les fenêtres : les doubles vitrages, on connaît pas. Quand on ouvre ses volets le matin en plein hiver, la condensation fait que les vitres ruissellent, berk, je déteste ça. Les gens achètent des déshumidificateurs ou mettent la clim. Chez moi, on a décidé de ne pas chauffer les chambres pendant la nuit mais juste un peu avant d’aller au lit. Parce que ça ne sert à rien de faire autrement. On a acheté de bonnes grosses couettes bien chaudes et on n’a pas froid. En revanche, dans la salle de bain, il n’y a pas de chauffage. Vous imaginez ? Évidemment, on a acheté un radiateur électrique. Se déshabiller pour aller se doucher quand il fait 10 degrés ou moins dans la pièce ? Moi vivante, jamais !

Alors, すごい, non ? Qu’en pensez-vous ?

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

25 commentaires sur “Se loger à Tokyo

  • 9 janvier 2018 à 10 h 46 min
    Permalink

    Mon frère veut habiter au Japon mais je lui donnerai ton article parce que c’est super intéressant et ça lui donnera des repères déjà

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 11 h 21 min
      Permalink

      J’espère que ça lui sera utile, mais les jeunes, les étudiants, les VIE etc. préfèrent souvent la solution de la guesthouse qui permet de minimiser les frais : tu as une (petite) chambre pour toi et tout le reste est commun. Il faut juste tomber sur des colocataires sympas et propres 😉 Mais en famille, nous avons dû trouver une autre solution. À bientôt !

      Réponse
  • 9 janvier 2018 à 13 h 19 min
    Permalink

    Ravi de retrouver ces articles !! Tu nous laissé deux semaines sans rien, cruelle 😀 ! Plus sérieusement, j’espère que les vacances se sont bien passées !
    Si je comprends bien, dans les chambres, il n’y a pas de lit ? Dès lors, vous dormez à même le tatami, avec des couvertures ?

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 13 h 28 min
      Permalink

      Merci Vincent, oui les vacances se sont bien passées mais la reprise est dure avec le décalage horaire… J’espère que tu as eu aussi des congés et plus reposants que les miens 😉 Pour les meubles, c’est vrai que je n’en ai pas parlé et c’est très différent de la France : les Japonais dorment sur des futons, matelas peu épais posés à même le sol sans sommier, avec une couverture. Il existe des futons une place ou deux places. La journée, ils plient leur futon et le rangent dans le placard de la chambre pour pouvoir circuler, car les pièces sont vraiment petites.
      Mais nous, nous avons acheté des lits, car nous trouvons cela plus confortable 😉
      Ton message fait chaud au coeur, le partage m’a aussi manqué et je suis également ravie de reprendre le blog !

      Réponse
  • 9 janvier 2018 à 13 h 50 min
    Permalink

    Contente de te retrouver 🙂
    Les cuisines japonaises sont très petites en effet, ils partagent leur repas dans cette pièce ?
    Quel est le mode de chauffage dans les maisons en général ?
    La verdure et les fleurs cela doit être très appréciable.

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 14 h 09 min
      Permalink

      Merci, je suis très heureuse aussi de voir que les petits billets de Bibliblog étaient attendus. Les repas se prennent sur une table à côté de l’espace où on prépare les repas. Nous, nous avons une table « haute » mais souvent les Japonais mangent sur des tables basses, assis sur des coussins.
      Le chauffage est le plus souvent électrique (d’où le nombre impressionnant de centrales nucléaires comme celle de Fukushima) : ce sont des systèmes de climatisation réversible (pas très écolo) qui soufflent du chaud l’hiver et du frais l’été. Nous en avons dans chaque pièce à vivre. Mais chez nous, nous avons aussi dans le séjour et la salle à manger un chauffage par le sol, très appréciable mais qui ne suffit pas en plein hiver : on complète par un peu de clim. Je supporte mal la clim qui assèche la peau et me fait tousser malgré le nettoyage des filtres, mais au Japon c’est la règle. Je pense que ça fait bien l’affaire des constructeurs de clim…
      Pour la verdure, oui, c’est très agréable car il y a beaucoup de gris et la ville elle-même n’est vraiment pas belle comparée aux villes françaises qui ont du cachet. Les Japonais prennent soin de leurs petits espaces verts, c’est toujours joli, fleuri, j’adore voir leur jardinets. Et il y a des fleurs toute l’année parce qu’ils plantent de nombreuses variétés différentes. En ce moment, les camélias sont en fleurs, plusieurs de mes voisins en ont des haies entières, c’est très beau.

      Réponse
  • 9 janvier 2018 à 14 h 30 min
    Permalink

    Quel article détaillé Sandra!
    C’est toujours intéressant de voir comment on vit « pratiquement » dans les autres pays. Je constate que trouver un logement correct relève du parcours du combattant.
    Pas mal l’idée de la baignoire…
    Bonne journée et à très vite.

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 15 h 20 min
      Permalink

      Je me demande du coup si c’est pareil dans l’autre sens, c’est-à-dire si les expats qui arrivent en France trouvent difficile de trouver et louer un logement.
      Oui, la baignoire est un système assez ingénieux, même si nous nous en servons vraiment rarement, nous avons l’habitude de prendre plutôt des douches.

      Réponse
  • 9 janvier 2018 à 16 h 00 min
    Permalink

    Très très intéressant (et instructif… on ne sait jamais … le Japon nous tente depuis longtemps) ton article .
    Je trouve que c’est typiquement un pays où l’employeur pourrait donner un coup de main (au moins pour la recherche d’un logement). Votre installation au Japon a dû vous demander beaucoup d’énergie et de persévérance. Bravo d’avoir osé !

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 17 h 33 min
      Permalink

      Je suis ravie si ce billet t’a intéressée. Certains employeurs font un « package » : salaire + logement pour les expats, ça dépend. Nous avons tout de même été aidés par la traductrice du boulot qui nous a accompagnés et a tout expliqué au propriétaire. Elle s’est aussi occupée de toutes les démarches pour le gaz et l’électricité, ouvrir une ligne pour Internet etc. et je la bénis encore aujourd’hui (en plus elle est très sympa). En même temps, pour certaines choses, on s’est débrouillés seuls (ce n’est pas très agréable de dépendre des autres ni de les embêter).
      Si le Japon vous tente, préparez votre projet et foncez. Sénèque disait « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » et je trouve qu’il avait raison 😉 À très bientôt !

      Réponse
  • 9 janvier 2018 à 19 h 21 min
    Permalink

    Dis donc, se loger a l’air encore plus fastidieux et couteux que je ne l’aurais cru ! J’ai bien peur de ne jamais avoir les moyens et la motivation mais bon on verra…

    Pour l’isolation c’est horrible, déjà qu’en France on pourrait faire beaucoup mieux (et c’est le grand challenge écologique quand on voit la proportion de nos dépenses énergétiques liées au chauffage).
    En pratique on peut isoler très efficacement avec de la paille ou certains types de laines mais j’imagine qu’au Japon c’est hors de question xD

    Alors comme ça il y a des musiciens dans la famille ? Vous n’avez pas peur de vous faire choper, bande de rebelles ?!

    Réponse
    • 9 janvier 2018 à 22 h 46 min
      Permalink

      Nous non plus, en partant, nous n’étions sûrs de rien, c’était un peu l’aventure (mais avec filet tout de même, sinon nous ne l’aurions pas fait : seuls, on peut risquer davantage mais avec des enfants…). Concernant l’isolation, je suis tout à fait d’accord : on pourrait/devrait isoler beaucoup mieux, et on pourrait le faire de manière bien plus écologique, n’en déplaise à certains lobbies. Au Japon aussi il y a une prise de conscience de ce qu’on fait endurer à la Terre, mais à Tokyo en tout cas, la plupart des habitations sont horriblement mal isolées. Les seules fois où j’ai vu des apparts super bien isolés, c’était dans des immeubles très luxueux (11 000 euros/mois de loyer, tu vois le genre ! Je ne pensais même pas qu’on pouvait trouver des loyers à ces tarifs-là.)
      Quant à la musique, oui, il y a des musiciens et tant qu’à frauder, on le fait dans les grandes largeurs : piano (électrique, donc on peut mettre un casque), guitare, violoncelle, clarinette, et flûte… Mais en fait, les musiciens jouent surtout des 3 premiers et très rarement des autres. Heureusement, mes voisins ne lisent pas mon blog et sont sans doute un peu sourds… ou trop polis pour faire la moindre remarque 😉 Si on se fait choper, on dira qu’on avait oublié cette clause… tu crois que ça marchera ?

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 0 h 46 min
    Permalink

    C’est un peu pareil en Chine, que ce soit pour les m² (ici on peut même rajouter des m² extérieurs au logement : les murs extérieurs, une partie de l’ascenseur, du palier, des espaces verts, c’est très joyeux on ne connait jamais les m² réels du logement) ou pour l’isolation (je crois que ça tient aux normes de construction. Nous avons du double vitrage mais même comme ça la condensation et la déperdition de chaleur est terrible l’hiver, tout part dans les murs et les fenêtres… on met des polaires).
    J’ai adoré l’entretien avec le propriétaire, je trouve ça très mignon… Et en Chine aussi tout se négocie dans le contrat, ça prend des semaines (nous avons dû négocier le prix du clou planté dans les murs pour mettre nos tableaux personnels… Plus de 5 euros le clou planté tout de même, ya pas de petit profit…).
    Bonne semaine !

    Réponse
    • 10 janvier 2018 à 2 h 56 min
      Permalink

      Ah mais en Chine c’est pire pour le métrage, alors ! Quant aux clous, je trouve très drôle de négocier leur prix ! Nous, nous avons tellement entendu dire qu’on ne retrouvait pas la caution (élevée) au Japon que nous n’avons rien accroché : chez nous, c’est minimaliste. Ma cadette, elle, prétend qu’on dirait un hôpital… alors on lui a accordé de décorer sa chambre : elle l’a fait, et à fond, je peux te dire : tous les murs sont couverts ! De toute façon, lorsqu’un locataire quitte un logement, les propriétaires font tout refaire, alors on aurait dû ne pas se priver… Mais comme nous ne resterons vraisemblablement plus très longtemps au Japon, on laisse courir et on verra dans notre prochain logement 😉 Bonne semaine à toi aussi, et à bientôt !

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 6 h 41 min
    Permalink

    tu ne seras pas choqués d apprendre que le Japon n est pas mon premier choix en matière d expatriation
    mais très intéressant ton article
    alors déjà 2 cadeaux aux proprio ?
    j espère que t as une marge de manoeuvre pr celui ci lool
    heuresement que vs avez pu trouver agences pas fait pr les étrangers avec prix normaux
    vs devez être les seuls expats du quartier ??

    Réponse
    • 10 janvier 2018 à 9 h 34 min
      Permalink

      On s’est pas trop mal débrouillés pour trouver, et à un prix correct pour Tokyo. Mais ça m’a pris beaucoup de temps et d’énergie les premières semaines. En fait j’ai compris qu’il ne fallait pas hésiter à aller frapper à la porte des agences pour les autochtones, même si la langue est un peu un obstacle. Et effectivement, nous sommes les seuls expats du quartier. De toute façon, nous ne voulions pas habiter qu’entre Français, sinon, quel est l’intérêt de s’expatrier ? 😉 À bientôt Tania !

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 10 h 03 min
    Permalink

    Bonjour Sandra
    Contente de te retrouver. Cet article est vraiment intéressant. Je savais que c’était difficile de se loger au Japon mais je n’imaginais pas le parcours du combattant pour quelqu’un d’étranger…Heureusement que vous avez eu un peu d’aide car comment s’en sortir en effet si ce n’est pas la boîte qui t’aide pour tes démarches… Vous avez été courageux de partir avec les enfants dans ces conditions. Mais c’est très formateur et enrichissant pour eux.
    J’ai déjà dormi sur des futons et je trouve ça confortable mais c’est vrai que eux ont l’habitude comme en Inde ou en Chine de vivre au ras du sol et souvent accroupis ou assis par terre, donc ils restent souples plus longtemps 🙂 Nous pas vraiment !
    En tous les cas tu aides beaucoup ceux qui veulent faire comme toi et s’expatrier là-bas en donnant toutes ces explications et pour moi, c’est très enrichissant de te lire.
    A très bientôt

    Réponse
    • 10 janvier 2018 à 12 h 41 min
      Permalink

      Merci Manou pour ton message, chaleureux comme d’habitude 🙂 J’avais un peu peur de m’encroûter en France si bien que je suis très contente d’avoir osé une telle aventure. C’est en effet très formateur pour nous, mais aussi pour nos enfants qui ont vu que parfois, il y a des petits obstacles pratiques dans la vie, mais qu’on parvient toujours à les surmonter avec un peu de patience et d’énergie. Je suis très contente si ça peut aider des gens qui souhaitent comme nous s’installer à l’autre bout du monde, et ravie que ça plaise aussi à ceux qui sont très bien chez eux mais curieux de savoir comment on vit ailleurs 😉 De grosses bises, Manou !

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 13 h 10 min
    Permalink

    Waouh, ça n’a pas l’air facile de se loger dis donc. Les différences culturelles, bonjour.

    Réponse
    • 10 janvier 2018 à 14 h 43 min
      Permalink

      Je pense que ça doit être pareil dans de nombreux pays quand on n’en connaît pas les codes (ni la langue) !

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 16 h 37 min
    Permalink

    Coucou ma Sandra ! J’attendais ton retour avec impatience !

    Ton article est très intéressant, j’ai appris plein de choses 🙂 Ici aux US c’est l’inverse : on trouve facilement à se loger, les logements sont immenses, ce n’est pas trop cher (par rapport à la taille des maisons), mais par contre nous aussi on chauffe les oiseaux ! Quand je vois comme c’est désagréable de se cailler au quotidien chez soi, je me dis qu’on est plutôt chanceux car l’hiver est très très court et relativement tempéré, ce qui n’est pas le cas au Japon !

    A bientôt 🙂

    Réponse
    • 10 janvier 2018 à 19 h 47 min
      Permalink

      Comment ça tu chauffes pour les oiseaux ? Je croyais qu’au Texas il faisait toujours beau et chaud 😉 (sauf quand une averse de neige vous surprend ^^!) Écoute, cet hiver, pour l’instant, je n’ai pas trop froid : alors soit je m’habitue (peut-on s’habituer au froid ??), soit il est plus doux cette année, je ne sais pas trop. Mais il est loin d’être fini, car on ne pourra vraisemblablement couper le chauffage qu’en avril… Des bises ma Sophie et à bientôt !

      Réponse
  • 10 janvier 2018 à 21 h 39 min
    Permalink

    Merci cousine …comme d habitude j apprends pleins de choses ..mais bientôt … yes !!!!

    Réponse
    • 12 janvier 2018 à 23 h 49 min
      Permalink

      Oui, bientôt, tu vas voir par toi même, j’ai trop hâte !!! Des bisous à tous les 3 <3

      Réponse
  • Pingback: C'est mieux en France : mon top 10 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *