Ma part de Gaulois, de Magyd Cherfi

C’est encore mon amie Sandrine qui m’a suggéré ce roman. Il raconte une tranche de vie du jeune Magyd, un arabe des cités nord de Toulouse. On plonge dans la vie de la cité au début des années 80, au moment où Giscard va laisser sa place à Mitterrand. Cette année-là, le héros passe son bac et c’est le premier beur de la cité à le faire. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Le temps est assassin, de Michel BussiMa copine Laurence m’avait conseillé Nymphéas Noirs que j’ai lu juste avant de commencer mon blog. J’avais été assez bluffée par la construction très originale du roman. Je m’étais dit que je lirais bien une autre œuvre de cet auteur. Puis, ma fidèle lectrice Brigitte (dont vous pouvez admirer les photos ici) m’avait recommandé Le temps est assassin. Et hop, dans ma liseuse !

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Sukegawa Le Rêve de Ryôsuke

J’ai tellement aimé le premier roman que j’ai lu de Sukegawa, Les délices de Tokyo, que j’ai rapidement vu l’adaptation cinématographique. Aussi n’ai-je pas attendu longtemps pour découvrir son dernier ouvrage sorti en français le mois dernier. Je pourrais vous dire que c’est l’histoire d’un type qui rêve de faire des fromages, mais je pense que je ne vous donnerais pas forcément envie de lire le roman 😉 Et pourtant c’est vrai, et c’est beaucoup plus que ça.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Benacquista-romanesqueRomanesque. Encore un étrange roman. En ce moment, j’ai l’impression d’être abonnée à des écrits très particuliers. Romanesque est un roman double, fait de dualités souvent antithétiques. Deux personnages unis puis séparés tentent de se retrouver. Deux conceptions de la vie : ceux qui font partie du groupe et ceux qui s’en excluent. Deux ennemis : Dieu et le Diable. Deux époques : aujourd’hui et le Moyen-Âge. Deux histoires qui s’entremêlent mais en même temps ne font qu’une. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

garde-l-effroi

J’ai lu ce roman dans le cadre du défi de Babelio de se mettre à tous pour critiquer tous les romans de la rentrée littéraire. J’ai choisi un peu au hasard, le titre me plaisait et j’avais déjà entendu parler de l’auteur.

François Garde nous plonge immédiatement dans une situation pour le moins choquante : l’opéra de Paris s’apprête à jouer la première de Così Fan Tutte de Mozart sous l’œil des caméras qui retransmettront le concert en direct. Le chef d’orchestre arrive et fait un salut nazi en prononçant le fameux et glaçant « Heil Hitler ». Stupeur chez les spectateurs autant que chez les musiciens. Le premier, l’altiste Sébastien Armant se lève et refuse de jouer, aussitôt imité par ses collègues.

Cet acte d’opposition, ce refus d’obéir à la baguette de son chef va faire basculer la vie de Sébastien et propulser notre héros en haut de l’affiche : les journaux télévisés, la presse, le ministère, tout le monde veut voir celui qui a osé s’opposer au grand Louis Craon, chef d’orchestre pourtant naguère admiré et qui est désormais introuvable après sa fuite. Loin de se réjouir de cette soudaine notoriété, Sébastien va se sentir assez seul.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail