Sansal-2084

Je lis peu de science-fiction, je lui préfère souvent la politique-fiction. Ayant lu et apprécié 1984 de George Orwell mais il y a de ça des années, je me suis dit que ça me ferait du bien de me replonger un peu dans un roman d’anticipation et d’ouvrir mon horizon littéraire. Il faut dire qu’une de mes copines avait mis sur sa page FB des citations extraites de ce roman que j’avais trouvées bien vues et très justes. Je me suis donc lancée dans la lecture de cette dystopie, mais mon avis est assez mitigé. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

echenoz-envoyee-speciale

Je n’avais jamais rien lu de cet auteur que j’ai donc découvert parce qu’on m’a prêté ce roman. Je n’ai pas la possibilité de discuter souvent littérature de vive voix ici, alors je m’étais dit que ce serait l’occasion puisque c’est un Français de Tokyo qui me l’a proposé. Une de mes grandes amies, Hélène, l’avait bien aimé aussi, alors je pensais qu’il pourrait me plaire. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Bourdeaut-en-attendant-bojangles

C’est un roman très vif, très enlevé qui a connu un grand succès en France l’an dernier puisqu’il a été primé à plusieurs reprises. Je suis parfois méfiante devant un trop grand engouement, mais cet été, mon amie Hélène m’a dit qu’elle l’avait bien aimé. C’est pourquoi j’ai fini par le lire. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

rousseau-reveries

Une fois n’est pas coutume : je n’ai pas aimé ce classique. Bon, c’est vrai, je partais avec des a priori, à cause d’extraits des Confessions qui ne m’avaient pas beaucoup plu. Eh bien ça s’est confirmé ; je crois que je ne ferai jamais partie des fans de Rousseau… Les Rêveries du promeneur solitaire ne sont pas un roman, mais une autobiographie et un ensemble de réflexions philosophiques divisées en 10 chapitres, faites par l’auteur lors de promenades, alors qu’il se trouve exclu de la société. Ses réflexions portent sur sa vie et sa conception du bonheur.

Commençons par le positif, parce qu’il y en a tout de même (un peu) : d’abord, le style de l’auteur est vraiment élégant : il aime les phrases amples et longues, mais (je ne peux pas m’empêcher de critiquer…) parfois, je les ai trouvées un peu ampoulées. Ensuite, lorsqu’il évoque la nature, surtout dans les dernières Rêveries, on trouve de beaux passages qui annoncent le romantisme qui éclora vraiment au XIXe siècle. En ce sens, Rousseau est un précurseur, il met le « moi » et la nature au centre de l’intérêt littéraire, ce qui était assez novateur à son époque, il faut bien le lui reconnaître.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Ogawa-restaurant-amour-retrouve

J’ai trouvé que pour un roman dont le thème principal était la cuisine, il manquait de saveur, m’a paru bien fade et pas assez relevé. Pourtant, le menu était plutôt appétissant. Ce roman japonais raconte l’histoire d’une jeune femme de 25 ans, Rinco, qui rentre un jour de son travail et trouve son appartement entièrement vide : son petit-ami, ses meubles, ses affaires, tout a disparu. La seule chose qu’elle retrouve, c’est une jarre oubliée près du compteur à gaz qui contient une saumure faite par sa grand-mère. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail