L’enfant qui, de Jeanne Benameur

J’avais déjà lu Otages Intimes de cette écrivaine, et j’avais trouvé son style vraiment très beau. J’ai donc cherché Les demeurées dont j’avais entendu le plus grand bien mais il n’existe pas en format électronique. Je me suis donc rabattue sur L’enfant qui, dont je ne savais rien et j’ai été conquise. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Rue des voleurs, de Mathias Énard

C’est ma copine F. (qui m’a démasquée au boulot comme blogueuse !) qui m’a conseillé ce titre et qui m’a permis de me le procurer. Et elle a bien fait, je la remercie ! Je ne connaissais pas du tout l’auteur et ma première expérience est très positive. Je ne savais pas de quoi parlait ce roman, comme souvent, et ne m’attendais pas à ce qu’il soit ancré dans une réalité et une actualité si proches. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

L'ordre du jour, d’Éric Vuillard

Je n’avais jamais rien lu de cet auteur. Lorsque les résultats du Goncourt sont tombés, je me suis dit que j’allais lire ce roman dont j’ignorais tout. Loin de la France, j’ai parfois l’impression de vivre dans une grotte ; je ne savais pas du tout quel était le sujet de l’intrigue, puisque comme à mon habitude, quand je pense que je vais lire un roman, je me garde bien de lire la quatrième de couverture et les critiques qui ont été faites pour ne pas me laisser influencer. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Ma part de Gaulois, de Magyd Cherfi

C’est encore mon amie Sandrine qui m’a suggéré ce roman. Il raconte une tranche de vie du jeune Magyd, un arabe des cités nord de Toulouse. On plonge dans la vie de la cité au début des années 80, au moment où Giscard va laisser sa place à Mitterrand. Cette année-là, le héros passe son bac et c’est le premier beur de la cité à le faire. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Gaudé-ecoutez-nos-defaites

C’est le premier roman de la rentrée littéraire que je lis cette année, et je l’attendais avec impatience. C’est un roman particulier comme le sont souvent, je trouve, les univers de Gaudé. Il mêle ici plusieurs récits qui se déroulent à des époques et dans des lieux différents. Certains sont des récits d’hommes qui ont marqué l’Histoire : Hannibal le général carthaginois qui a combattu les Romains pendant la deuxième guerre punique, Grant, qui a lutté contre les sudistes lors de la guerre de Sécession américaine et Hailé Sélassié, le Négus éthiopien. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

daoud-meursault

Comme j’avais beaucoup aimé L’Étranger de Camus, lorsque le roman de Daoud était sorti, je m’étais promis de le lire un jour. Le temps a passé et j’ai profité des vacances pour l’acheter. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à lire ce roman. Le récit est mené à la première personne. Le narrateur, c’est Haroun, le frère de l’Arabe tué par Meursault. Il est âgé et s’adresse à un interlocuteur qui n’intervient à aucun moment. Je trouvais intéressant de se positionner du côté de la victime, de décaler le point de vue. Le narrateur raconte comment il a été marqué par le meurtre de son frère sur la plage.

En effet, leur mère M’ma ne s’est jamais remise de la perte de son enfant et a enfermé son deuxième fils dans le deuil, la mort, la culpabilité d’être vivant alors que son frère était mort. Le roman aborde donc la difficile relation mère-fils après une telle tragédie. Le personnage de la mère, du point de vue du fils, est sans concession et malgré tout mêlé de tendresse :

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail