Un fils en or, de Shilpi Somaya Gowda

Mon amie Sandrine m’a donné ce livre et je n’avais aucune idée de ce dont il pouvait bien parler. Le nom de l’auteur m’était totalement inconnu aussi, je ne savais même pas s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Lorsque j’ai vu qu’il était traduit de l’anglais d’Inde, je me suis dit qu’il allait sans doute me transporter dans une autre culture. J’ai foncé. Et j’ai été comblée. Un fils en or est le surnom que Piya, sa jeune soeur, donne au frère aîné de la famille, Anil.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Steinbeck-souris-hommesJ’ai lu ce roman pour la première fois lorsque j’étais au collège, en classe de troisième. C’est mon prof de lettres, l’excellent monsieur C. qui l’avait fait connaître à la classe. Je me souvenais de l’histoire, mais pas de la toute fin, et comme j’en avais gardé un bon souvenir, j’ai eu envie de le relire. Bien m’en a pris. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Lee-harper-oiseau-moqueurCe roman me faisait de l’œil depuis longtemps. C’est ma Sophie du fin fond de son Texas qui m’a décidée en me suggérant de le lire. Je n’avais aucune idée du thème (je ne lis jamais les critiques avant, quand je suis certaine de lire le livre un jour). Mais je partais avec un bon a priori puisque l’auteure était une amie de Truman Capote dont j’ai adoré De sang froid.

Bien m’en a pris (toujours écouter les copines). Ce roman est vraiment intéressant. Il raconte, du point de vue d’une très jeune narratrice de 6 à 8 ans surnommée Scout des événements du quotidien d’une famille américaine qui vit à Maycombe en Alabama dans les années 30.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

alameddine-vies-de-papier

Les Vies de papier est un roman à la première personne. Aaliya, la narratrice est une vieille femme fine et satirique qui a toujours vécu à Beyrouth. Elle nous raconte sa vie, depuis la coloration manquée de ses cheveux désormais bleus, à son mariage, raté lui aussi, en passant par la vie dans une capitale en guerre quasi permanente. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Hemingway Vieil homme et la mer

Aujourd’hui nous sommes le premier avril, alors j’ai décidé de vous parler de poisson. D’un gros poisson. À l’occasion d’un voyage en Floride, j’ai eu l’occasion d’apprendre qu’Hemingway avait vécu au point le plus au sud des Etats-Unis à Key West où je me suis rendue ; j’ai pu voir la maison de l’auteur, le cadre dans lequel il a vécu, ce qui m’a donné envie de relire ce court roman qui a permis à Hemingway d’obtenir deux prix littéraires. Je n’avais pas un souvenir particulier ni extraordinaire de ma première lecture (comment est-ce possible ??) mais je ne regrette pas d’avoir relu ce roman : je l’ai trouvé exceptionnel. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Capote De sang froid

On plonge immédiatement dans un décor rural américain de la fin des années 50, grâce aux belles descriptions, aux phrases amples qui nous font sentir l’atmosphère paisible du hameau de Holcomb. L’écriture de Capote, en retardant le début de l’action et en ménageant une attente, nous fait bien sentir que la simplicité des lieux, la perfection morale des protagonistes sont trop belles pour durer. Et en effet, une nuit, quatre membres de famille Clutter, bien sous tous rapports et aimés de tous sont assassinés de manière atroce dans leur maison. Une enquête longue et difficile commence : pas de mobile apparent, aucun témoin, et un seul maigre indice : la trace d’une semelle de chaussure sur les lieux du crime.

Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail