Le temps est assassin, de Michel BussiMa copine Laurence m’avait conseillé Nymphéas Noirs que j’ai lu juste avant de commencer mon blog. J’avais été assez bluffée par la construction très originale du roman. Je m’étais dit que je lirais bien une autre œuvre de cet auteur. Puis, ma fidèle lectrice Brigitte (dont vous pouvez admirer les photos ici) m’avait recommandé Le temps est assassin. Et hop, dans ma liseuse !

L’intrigue se passe en terre corse. Clothilde a 43 ans, un mari, Franck, une fille de 15 ans, Valentine. Elle revient sur l’Île de Beauté où 27 ans auparavant son père, sa mère et son frère ont trouvé la mort dans un tragique accident de voiture dont elle seule a réchappé. C’est la première fois depuis le drame qu’elle retrouve ses racines corses, ses grands-parents paternels.

Elle revient sur les lieux qui ont marqué son adolescence de manière si forte et si terrible, renoue avec d’anciens camarades. Mais certains semblent croire que l’accident fatal avait peut-être été provoqué… Clothilde, devenue avocate mène sa petite enquête mais se heurte à l’omerta séculaire des corses et à leur hostilité : sa mère née sur le continent n’avait pas trouvé grâce à leurs yeux et est considérée comme responsable de la tragédie. Clothilde toutefois progresse et découvrira l’horrible vérité.

La structure du roman permet de ménager du suspens : les chapitres qui nous présentent la Clothilde quadragénaire alternent avec la lecture de son journal intime écrit 27 ans plus tôt, par un individu mystérieux qui semble en savoir long sur le drame.

Outre l’alternance des chapitres fréquente et assez banale dans les polars mais efficace, la narration selon un point de vue interne permet au lecteur de comprendre les pensées de différents personnages successivement, d’entrer dans leur raisonnement, leurs connaissances partielles du drame. Peu à peu, l’ensemble forme un puzzle que le lecteur finit par assembler.

Certains coups de théâtre empêchent le lecteur de se lasser, relançant l’action sans crier gare. Mais j’en ai trouvé certains un peu énormes, les ficelles sont parfois un peu grosses. De même le fait que Clothilde ait attendu 27 ans avant de revoir ses grands-parents et de retourner sur les lieux de l’accident ne m’a pas paru très vraisemblable. Le style n’a rien d’extraordinaire même si ce n’est pas ce qu’on attend d’essentiel dans ce genre d’ouvrage.

Je n’ai pas trouvé les personnages spécialement attachants. Les Corses par exemple sont de véritables clichés ambulants : secret, vengeance, attachement à leur terre, refus des non-Corses semblent les seules choses capables de les définir et j’ai trouvé cela un peu réducteur.

En revanche, on trouve de très belles descriptions de la Corse et pour y être allée, je reconnais que ses paysages sont fascinants. La notion de beauté est omniprésente dans ce roman, qu’il s’agisse de celle de l’île, des femmes ou de la vie.

« Une vie, pensa-t-elle, se résumait à cela : profiter de la beauté du monde. Son harmonie. Sa poésie. La contempler avant que tout ne disparaisse. Au fond, on ne meurt pas, on devient aveugle. On comprend que c’est terminé lorsque toutes les merveilles autour de nous s’éteignent. »

Même si j’ai préféré Nymphéas Noirs sont la structure m’a parue plus travaillée, j’ai tout de même passé un bon moment en compagnie la famille Idrissi. Un polar à lire pour l’été. Et si vous partez en Corse, soyez prudents sur la route, les corniches sont dangereuses 😉

Le temps est assassin, de Michel Bussi

Roman paru en 2016. 400 pages chez Presses de la Cité. 

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

16 commentaires sur “Le temps est assassin de Michel Bussi

  • 14 juillet 2017 à 10 h 37 min
    Permalink

    Je suis amoureuse de la Corse, où j’ai passé des vacances paradisiaques étant jeune. Je rêve d’y retourner, et ton livre me donne envie de m’échapper un peu 😉

  • 14 juillet 2017 à 11 h 01 min
    Permalink

    J’ai adoré mon séjour en Corse il y a maintenant très longtemps. Je me souviens des routes sinueuses et escarpées et tu retrouveras dans ce roman la beauté de cette île qui porte si bien son nom. Malgré quelques imperfections, c’est un policier sympathique.

  • 14 juillet 2017 à 16 h 56 min
    Permalink

    J’avais entendu parler de cet auteur sans vraiment savoir à qui j’avais affaire, aha, ce fut l’occasion d’en savoir plus 😉

  • 14 juillet 2017 à 17 h 02 min
    Permalink

    C’est un auteur de polars qui a pas mal de succès. Il a plusieurs best seller à son actif 😉

  • 14 juillet 2017 à 18 h 09 min
    Permalink

    Tu as raison Sandra ce livre est une bonne lecture pour se détendre et passer un bon moment
    Sympa que tu l’aies lu !
    En ce moment je bouquine du Jacques Lanzamann.

  • 15 juillet 2017 à 11 h 04 min
    Permalink

    C’est ça, un bon livre pour des vacances, avec une structure assez efficace : on est pris par l’histoire et on oublie tout le reste ! Belle journée Brigitte !

  • 15 juillet 2017 à 11 h 23 min
    Permalink

    J’avais lu « Un avion sans elle », qui m’avait bien plu comme lecture d’été, mais j’ai été déçu dès le deuxième que j’ai lu de lui, « Ne lâche pas ma main », ce n’est pas que ce soit franchement mauvais, mais les ficelles sont toujours un peu les mêmes, et comme tu dis, elles sont plutôt épaisses… Après, encore une fois, c’est parfait pour les neurones au reps sur la plage 😉

  • 15 juillet 2017 à 13 h 19 min
    Permalink

    Exactement ! C’est parfait pour se prélasser au bord de l’eau et pour mettre sur le cerveau sur off. C’est une lecture agréable, et même si ce n’est pas un chef d’oeuvre d’après moi, c’est un roman honnête, il y a largement pire !! 🙂

  • 19 juillet 2017 à 18 h 42 min
    Permalink

    C’est marrant: j’ai refermé ce livre il y a une heure. Je suis d’accord avec toi sauf pour le bon moment. Je me suis ennuyée à mourir. On m’avait loué cet auteur et j’ai été déçue! Je vais me forger un avis plus profond avec un deuxième roman, peut-être un troisième mais pas tout de suite.

  • 19 juillet 2017 à 19 h 11 min
    Permalink

    Haha ! Honnêtement, je ne peux pas dire que je me sois ennuyée à mourir (ça, c’est l’effet que m’a fait Salammbô de Flaubert, l’horreur totale), mais c’est loin d’être le meilleur policier que j’aie lu. Mais bon, pour les vacances… ça passe ! 😉

  • 28 juillet 2017 à 11 h 48 min
    Permalink

    Le roman est plaisant et le cadre enchanteur mais « les nymphéas noirs » sont de loin mon titre préféré de l’auteur.

  • 29 juillet 2017 à 17 h 09 min
    Permalink

    Je suis d’accord avec toi, Nymphéas Noirs est plus réussi.

  • 11 août 2017 à 23 h 22 min
    Permalink

    Je pense qu’il est meilleur, en effet ; tu seras surprise de la construction incroyable du roman quand tu arriveras à la fin.

  • 22 août 2017 à 21 h 42 min
    Permalink

    Pas son meilleur !
    Par contre, j’ai adoré « Nymphéas noirs » !

  • 23 août 2017 à 11 h 49 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord, j’avais été impressionnée par la construction du roman quand je suis arrivée à la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *