Et voilà, je reviens de France où j’ai passé les fêtes de fin d’année : c’était super de retrouver les gens que j’aime, ma famille et mes amis qui me manquent très souvent. Je bénis donc l’inventeur d’Internet qui permet de s’envoyer des mails et celui qui a eu l’idée de Skype surtout ! Mais même si ma vie au Japon me plait beaucoup par certains côtés, outre les gens, il y a aussi des choses que je serai RAVIE de retrouver en France lorsque je retournerai y vivre un jour. Les vacances en France permettent de bien se rendre compte de ces manques. Voici mon top 10 du moment !

1 ) Le pain avec une vraie croûte qui croustille. Et les viennoiseries divines ! Il existe de très nombreuses boulangeries ici, mais le savoir-faire français en la matière, c’est autre chose… Je sais, c’est cliché le Français et sa baguette, mais j’assume…

pain

2) Des villes, maisons ou appartements jolis extérieurement, avec un style homogène ; des habitations desquelles, quand on ouvre sa fenêtre, on a une visibilité de plus de 15 cm. Ci-dessous, c’est chez moi à gauche, et à droite c’est le mur de mes voisins. Je pense que si je tends le bras depuis mon balcon, je peux toucher le mur de ma voisine…

maisons-proximite-tokyo

3 ) Une météo moins contrastée, c’est-à-dire l’absence de vent glacial venu du fin fond de la Sibérie en hiver et une chaleur plus sèche et plus supportable en été. Bon, c’est vrai que je ne me plains pas du magnifique soleil qui domine ici tout l’hiver. Et quand c’est humide, moi au moins, j’ai de la neige, ce que je n’avais pas dans le sud-ouest, mais les différences de température et d’humidité entre l’été et l’hiver ne sont pas très agréables, je trouve.

4 ) De l’espace dans les transports en commun. Ici, on a eu droit parfois aux pousseurs les week-ends où on va dîner dans les quartiers branchouilles. Heureusement, sur mon trajet domicile-travail c’est plus tranquille, pas trop de monde ! Enfin, tout est relatif, puisque je compare Tokyo avec ma « petite » ville de province…

metro-tokyo-foule

5 ) Des notices ou textes lisibles et compréhensibles car en alphabet romain 😉 Rappelez-vous, le japonais et moi… Pour les médicaments par exemple, c’est la galère ! Ci-dessous, sur un paquet alimentaire. Vous avez trouvé de quoi il s’agit ? Comment ça se prépare ?

notice-japon

6 ) Les milliers de fromages et bien sûr toute la gastronomie française ; question fromage, ici, à part les pâtes molles et insipides, on ne trouve pas grand-chose dans le premier supermarché venu ou alors à des prix monstrueux comme ci-dessous et ça reste du fromage industriel. J’ai dégoté un vrai fromager français, mais le beau morceau de comté à 70 euros, c’est pas pour tous les jours, vous vous en doutez !

fromage-cher
= 15,5 € ! Pour 100g…

7 ) Des maisons bien isolées de sorte qu’en hiver, vous ne vous réveillez pas avec 10 degrés dans la chambre et les vitres ruisselantes d’humidité. Ça, c’est franchement pas top !

8 ) Les restos dans lesquels on peut respirer parce qu’ici, c’est insupportable quand c’est enfumé et c’est souvent le cas hélas. La loi Evin, y connaissent pas, mais alors vraiment pas. En revanche, au Japon, s’il est permis de fumer dans les restaurants, il est interdit de fumer dans la rue… cherchez l’erreur… Il y a des zones pour fumeurs en extérieur et des panneaux vous le signalent sur les trottoirs. Vivement qu’ils en mettent dans les bars/restaurants !

pas-fumer-rue

9 ) Des rues sans fils électriques partout ; ici, je ne m’y habitue pas, c’est vraiment très, très moche.

fils-electriques-tokyo

10 ) Des rayons de paires de chaussures qui ne s’arrêtent pas à la pointure 37-38… Je ne suis pourtant pas Berthe-aux-grands-pieds, mais il n’y a ici souvent que 3 tailles : S, M et L. Moi, je fais du LL (c’est-à-dire du 39) et on n’en trouve pas partout ! Pareil pour les fringues, les standards sont quelque peu différents. Comme la Japonaise est limite obèse à partir du 36 (oui je sais j’exagère un peu, mais je suis du sud !), imaginez que pour une occidentale non anorexique, s’habiller n’est pas toujours facile, sauf dans les chaînes que l’on trouve partout dans le monde.

chaussures-japon

Et vous, y a-t-il des choses dont vous auriez du mal à vous passer en quittant la France ? Je vous parle ici de ce qui au contraire ne me manque pas DU TOUT de la France. Bon, j’ai surtout évoqué de petites broutilles matérielles, mais bien sûr le fait de pouvoir aller à l’école ou à l’hôpital sans payer directement l’éducation ou les soins, ce sont aussi des choses qui semblent normales et acquises en France ; mais lorsqu’on vit à l’étranger, on se rend compte de la chance que l’on avait sur ces plans-là, que beaucoup de gens dans le monde nous envient d’ailleurs.

Découvrez aussi :

C’est mieux en France : mon top 10 !
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :    

29 commentaires sur “C’est mieux en France : mon top 10 !

  • 10 janvier 2017 à 10 h 56 min
    Permalien

    Je comprends qu’il y ait des choses de France qui te manquent :). Comme d’habitude, super article que je partage.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

  • 10 janvier 2017 à 12 h 13 min
    Permalien

    Merci et très bientôt !

  • 10 janvier 2017 à 12 h 23 min
    Permalien

    J’ai vécu en Irlande et je vois des similitudes comme le pain, le fromage et surtout la mauvaise isolation. Je savoure mon bonheur de prendre désormais une douce chaude dans une salle de bain chauffée et de ne plus avoir à porter 3 pulls – collants et chaussettes pour dormir.
    C’est vrai que les fils électriques ce n’est pas très sophistiqué. Je crois que c’est la foule que je supporterais pas…
    Merci pour cet aperçu de ta vie la-bas!

  • 10 janvier 2017 à 13 h 00 min
    Permalien

    L’isolation est un vrai problème ici. Pour te donner une idée, il n’y a pas de double vitrage, les maisons sont faites avec des plaques montées comme des legos, ou en bois, mais sans laine de verre ou autre isolant. Brrr ! Je n’ai pas de chauffage dans ma salle de bain (mais j’ai acheté un radiateur électrique que je mets en hiver car il est hors de question pour moi de me déshabiller dans le froid ! 😉 Quant à la foule, c’est très curieux mais elle est concentrée dans les transports en commun et les quartiers très branchés. Dans ma rue, il n’y a pas un chat/bruit, je suis réveillée par le chant des oiseaux et j’habite pourtant dans Tokyo-même. Evidemment, si je vais à Shibuya, ou Shinjuku, il y a un monde fou !

  • 10 janvier 2017 à 13 h 04 min
    Permalien

    Encore un article passionnant ! Pour les chaussures, je serais bien embêtée avec mon 40-41…^^ Et pour la clope au resto je suis surprise, car j’aurais pensé que c’était interdit depuis belle lurette ! 🙂

  • 10 janvier 2017 à 13 h 19 min
    Permalien

    Merci ! Moi aussi j’ai cru rêver (ou plutôt cauchemarder) quand j’ai vu qu’on pouvait fumer au resto ! Pour les chaussures, faut porter les tiennes si tu viens au Japon, tu es trop grande par rapport aux Japonaises 😉

  • 10 janvier 2017 à 13 h 57 min
    Permalien

    Ouais, un nouvel article! youpi!! j’aime tes articles! Un bécot?
    Non, sans dec, je ne pourrais pas vivre dans un pays étranger, je tiens trop à la France et ses habitants radins et mal aimables! Tout me manquerait, des stations essence aux plaques automobiles en passant par le fromage et le vin… Je suis insortable, je sais.

  • 10 janvier 2017 à 14 h 09 min
    Permalien

    Je comprends, moi aussi je suis attachée à tout un tas de choses en France, mais la semaine prochaine, je te parlerai des trucs que justement j’apprécie davantage au Japon. Bien sûr, quand je rentre en France, je suis trop contente de retrouver mon pain et mon fromage (je fais des cures incroyables et là pendant les fêtes, j’ai même dévoré une raclette, je te dis pas le bonheur !! Tu vois il m’en faut peu 😉 ). Au moins quand je rentre, je savoure tout puissance 10 ! Des bécots !

  • 10 janvier 2017 à 14 h 18 min
    Permalien

    Beaucoup de choses tout pareil par ici : fromages à prix prohibitifs, isolation thermique hasardeuse (moi qui pensait que c’était juste la qualité chinoise, a priori c’est pas que ça…), les difficultés à se chausser (40 au compteur chez moi) ou se vêtir local (quand j’enfile une taille L j’arrive pas à ramener les bras aux centre, ça me donne l’impression d’être un déménageur…). Bref, l’Asie quoi 😉
    Un seul avantage pour nous : une boulangerie tenue par un vrai breton à 10 mn à pied de la maison, avec des vraies baguettes tradition rudement bonne, huuuuuum !

  • 10 janvier 2017 à 15 h 01 min
    Permalien

    Oui, j’imagine ; c’est normal de ne pas avoir de fromage en Asie, si on avait tout pareil que chez soi, à quoi servirait de voyager ? 😉 Nous avons aussi quelques boulangeries françaises (ou belges) mais pas tout près de chez moi, et à 4€ la baguette… Tu es chanceuse d’avoir un breton pas loin !

  • 10 janvier 2017 à 15 h 28 min
    Permalien

    Quand je vais en Algérie, c’est la foule, la promiscuité que j’ai le plus de mal à supporter. Il faut dire que j’habite une petite ville de province. Côté nourriture ce qui me manque le plus ce sont les fromages et les yaourts 🙂

  • 10 janvier 2017 à 16 h 27 min
    Permalien

    Les fromages, j’en suis dingue, je les aime presque tous et ici, il n’y a pas de chèvre ni de brebis alors quand je rentre, je fais une razzia terrible ! Pour la promiscuité, je ne suis pas gênée au Japon, car étonnamment, dans la rue il n’y a pas forcément grand monde sauf dans les endroits très touristiques et dans le métro aux heures de pointe. Mais les Japonais sont généralement tellement discrets, calmes et ne veulent tellement pas gêner les autres que cela n’est pas pesant. Je m’attendais à bien pire lorsque je suis arrivée.

  • 10 janvier 2017 à 16 h 31 min
    Permalien

    Ah le pain et le fromage me manquait aussi beaucoup en Nouvelle Zélande. Le confort aussi parce que je vivais dans un van mais on a vécu un mois en collocation et il n’y a pas de chauffage électrique et les maisons sont très mal isolées aussi. Donc il fallait couper du bois tous les jours pour pouvoir alimenter le poele. Même si il ne faisait pas -40 il arrivait que les nuits en hiver descendent en dessous de 0 et donc le chauffage nous a beaucoup manqué.

    Dans la même veine que le fromage société dans ton article je te mets le lien d’une photo que j’avais prise au supermarché en NZ:
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10153552310649376&set=pb.710059375.-2207520000.1484062146.&type=3&theater

  • 10 janvier 2017 à 19 h 33 min
    Permalien

    Ah je vois que je ne suis pas la seule à aimer les produits bien français 😉 Ton lien ne fonctionne pas (on m’indique que le contenu n’est pas disponible). On m’avait dit qu’en Australie, à Sydney notamment, il n’y avait pas de chauffage électrique mais j’ignorais que c’était aussi le cas en NZ. Je déteste avoir froid et j’imagine à quel point ça a dû te manquer !

  • 10 janvier 2017 à 19 h 51 min
    Permalien

    Je ne suis restée que 2 mois au Japon, mais ce qui m’a le plus manqué, c’est de la nourriture connue !
    Pourtant j’adore voyagé, et j’adore la nourriture japonaise. Mais au bout de 2 semaines de riz aux 3 repas, j’ai saturé…
    Lors de ma recherche de goûts occidentaux à l’épicerie, je n’ai trouvé que des Snickers et du Kiri. Depuis je vous une addiction sans faille à ces deux produits !
    J’avais trouvé une crêperie tenue par un breton aussi. Hmmm !

  • 10 janvier 2017 à 20 h 07 min
    Permalien

    J’avoue que je ne mange pas japonais tout le temps, par exemple au petit déjeuner, je ne prends pas de riz mais je fais un petit déjeuner français, c’est-à-dire sucré (thé, tartines, miel ou confiture). Mais il m’est arrivé, dans un ryokan d’avoir au petit-déj du saumon, du riz etc. et je reconnais que ça fait bizarre. Je ne suis donc pas lassée du riz puisque je n’en consomme pas tous les jours. J’ai aussi trouvé la crêperie du breton (tu penses bien, les crêpes étant mon dessert favori) et j’en fais moi-même de temps à autres. Miam !!!

  • 10 janvier 2017 à 20 h 24 min
    Permalien

    tu vois je pensais que leurs habitations étaient mieux isolées
    pour la taille des chaussures cela ne m etonne pas
    donc faut pas avoir besoin d intimité à Tokyo

  • 11 janvier 2017 à 2 h 49 min
    Permalien

    Et encore, j’ai de la chance quand je pense aux étudiants étrangers qui viennent au Japon pour une année et qui vivent en colocation tellement les loyers sont élevés (c’est l’avantage d’être « vieille » huhu). J’ai un voisin qui fait des crises de temps à autres et qui hurle, j’en profite bien (heureusement je ne comprends pas tout). La promiscuité est en effet difficile à supporter.

  • 11 janvier 2017 à 4 h 08 min
    Permalien

    OOOHHH, Sandra is back ! You made my day, girl !

    Merci encore une fois pour cet article passionnant ! En effet, on a eu la même idée d’articles 😉

    A Houston, nous avons beaucoup de chance, nous trouvons presque de tout question nourriture. Lorsque nous sommes arrivés il y a 6 ans, c’était moins le cas, et j’avais eu un peu de mal à m’habituer. Et puis finalement je m’y suis faite au fur et à mesure, et maintenant qu’on trouve de tout je redécouvre des saveurs françaises et je savoure 2 fois plus ! On trouve presque tous les fromages, et heureusement car j’aurais du mal à m’en passer !

    Ce qui me manque le plus de la France, c’est le petit grain de folie de ses habitants, où chacun sort un peu du troupeau. Ici je trouve que la pensée commune est vraiment formatée, personne ne sort vraiment du cadre. J’imagine que ça doit être aussi le cas au Japon ! Mis à part ça, Houston est une expatriation facile, avec un climat farfelu mais agréable, une vie douce, des gens adorables, de l’espace… la France me manque très peu finalement 😉

    J’ai hâte de lire ce qui ne te manque pas de la France… même si j’ai une petite idée 😉

    Bises du Texas !

  • 11 janvier 2017 à 6 h 18 min
    Permalien

    Merci Sophie pour ton long commentaire !
    Comme je te comprends lorsque tu parles du petit grain de folie : parfois, j’ai envie de me mettre à danser ou à chanter dans le métro, juste pour voir la tête que feraient les Japonais. Mais il y a fort à parier qu’ils ne feraient rien du tout, en tout cas, ils ne chanteraient/danseraient pas avec moi 🙁 et resteraient probablement impassibles… Nous avons la chance, en France d’avoir une grande liberté ; nous pouvons penser et dire ce que nous voulons (dans les limites de la loi bien sûr) et nous avons cette culture-là. Au Japon, on cherche surtout à éviter le conflit, la confrontation, parfois même la relation à l’autre et je n’y suis pas habituée. Tu vois par exemple, pendant les fêtes, j’ai rencontré des Français que je ne connaissais pas et en 5 minutes, on discutait politique, religion. Ici, c’est impensable, et ça me manque ! J’imagine qu’il est un peu moins dépaysant de s’expatrier à Houston… si j’y viens un jour je te fais signe ! Des bises de Tokyo !

  • Ping : La sélection du mardi #69 - Le Blog Expedia

  • 18 janvier 2017 à 12 h 51 min
    Permalien

    Ah ben le pain et le fromage c’est dans nos gênes ! Ce qui me manque aussi c’est les caniveaux ! Eh oui c’est ça d’habiter dans un pays où boire comme un trou et vomir tous ses tripes sur le trottoir c’est normal…

  • 18 janvier 2017 à 14 h 12 min
    Permalien

    Je ne savais pas qu’il n’existait pas de caniveau en Chine !

  • 27 mars 2017 à 9 h 35 min
    Permalien

    Je pars bientôt vivre en Thaïlande, et le fromage, les quiches, bref la cuisine française, ça risque de beaucoup me manquer !
    Tes articles sont vraiment chouettes 🙂

  • 27 mars 2017 à 9 h 47 min
    Permalien

    Merci pour tes compliments ! Profite bien de la bonne cuisine française avant de partir, parce qu’effectivement, certains aliments risquent te manquer. Cela dit, on mange très bien en Asie (à condition, en Thaïlande, d’aimer les plats épicés ^^!) Pour le reste, si tu ne pars pas trop longtemps (je crois avoir lu « 6 mois » sur ton blog ?), tu seras émerveillée de découvrir une autre culture et la France ne te manquera pas trop ! Très bonne installation là-bas. Tu pars quand ?

  • 16 juin 2017 à 7 h 57 min
    Permalien

    Ah le pain et le fromage. Et j’ajouterai un bon petit vin.
    Rien que pour ça je pense que nous sommes bénis en France. (ok il y a aussi beaucoup de chose moches et dégueulasses chez nous, je suis d’accord)

  • 18 juin 2017 à 14 h 22 min
    Permalien

    C’est sûr que question nourriture, la France est un super terroir ! Même si honnêtement j’aime aussi la nourriture japonaise, un vrai bon pain qui croustille, miam, rien que d’y penser !… Question vin ici on en trouve, du vin japonais (pas si mal) et australien (et français aussi mais là, bonjour les prix). Mais le plus souvent au Japon, on consomme de la bière, sauf moi, je n’en suis pas fan !

  • 18 juin 2017 à 16 h 49 min
    Permalien

    J’ai goûté un vin japonais à la prune. Un régal. Tu dois connaître. Pour moi c’était une grande découverte.

  • 19 juin 2017 à 1 h 23 min
    Permalien

    Je connais un alcool à la prune mais ce n’est pas vraiment un vin. Ça s’appelle de l’umeishu et c’est très bon, on peut le prendre en apéro ou en digestif ou… n’importe quand en fait. C’est assez sucré et j’ai découvert ça en venant ici, et j’adore ! D’ailleurs, une copine m’a donné la recette et c’est la saison pour en faire… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *