Carte-electorale-vote

À moins que vous viviez dans une grotte depuis un certain temps, cela ne vous a pas échappé : il y avait des élections importantes dimanche dernier… J’ai toujours voté, plusieurs fois dépouillé, et à chaque fois emmené mes enfants pour leur montrer comment ça se passe. Ce n’est donc pas parce que je vis désormais au Japon que les choses allaient changer ! Mais c’était la première fois que je votais à l’étranger. Alors je vous raconte comment ça se passe pour les expatriés.

La campagne

D’abord ça fait tout bizarre d’assister à la campagne de loin. Depuis que je vis au Japon, je n’ai plus la télé (à quoi pourrait-elle bien me servir vu mon niveau en japonais, et la qualité des programmes qui ne semble pas valoir mieux qu’en France à ce que je vois sur les écrans dans les restos) ? Du coup, je surfe sur Internet, je regarde France 24 (et je capte aussi BFM mais là, je ne vous dis pas la déontologie de la chaîne…). 

J’ai l’impression que le niveau n’a pas monté depuis que je suis partie : on se concentre sur les petites phrases de tel ou tel(le), les journalistes sont parfois hargneux, posent des questions mais coupent la parole des candidats quand ils répondent, oublient d’inviter les « petits » candidats etc. Du côté de certains candidats, manque total de déontologie, affaires, mauvaise foi, etc. Des instituts de sondage qui ne savent plus où donner de la tête, bref, tout ça ne fait pas rêver. En raison du décalage horaire, je ne peux pas regarder les débats en même temps que vous qui êtes en France, mais j’ai trouvé un site de comparateur de programmes, des extraits de discours ou débats sur la Toile et je me débrouille avec. Je fais aussi des skypes politiques avec certains de mes proches, c’est souvent épique, surtout pour cette élection-là qui prévoyait 4 candidats possibles au second tour ce qui n’est tout de même pas fréquent !

Le vote lui-même

Bien sûr, j’avais la possibilité de voter par procuration, mais comme je savais que je serais présente à Tokyo et que je me suis présentée au service consulaire dès mon arrivée au Japon, j’ai été automatiquement inscrite sur la liste de l’ambassade. J’ai reçu il y a quelques mois un document m’indiquant que je n’avais aucune démarche supplémentaire à effectuer car j’étais bien inscrite. J’avoue que cela m’a rassurée parce que je n’avais qu’une peur, c’est qu’une fois sur place, on me dise que non, je ne pouvais pas voter pour telle ou telle raison. De plus, comme il n’y a pas de carte électorale à l’étranger, cela m’avait un peu angoissée puisqu’en France j’en recevais une, et là non. À l’étranger, il suffit d’apporter son passeport, et pas question d’oublier sa pièce d’identité car l’ambassade, c’est pas tout près de chez moi ! Il est loin le temps où j’allais à l’école de ma commune à pieds ! J’ai reçu tout le matériel de vote ainsi que les professions de foi de chaque candidat :

materiel-vote

Comme j’habite au pays du soleil levant, j’ai voté avant la France, quand vous dormiez encore. Mais nous ne sommes pas les premiers : l’Amérique du Nord, les Antilles etc. ont voté samedi soir, à cause du décalage horaire. 

D’autres expatriés m’avaient prévenue : il ne faut pas avoir peur de faire la queue le jour J : en effet, il n’y a que deux bureaux de votes, tous deux situés à l’ambassade (on peut aussi voter à Kyoto pour ceux qui habitent loin de la capitale) et nous sommes 6000 Français inscrits à Tokyo ! Certains de mes compatriotes sont mineurs, d’autres s’abstiennent mais il reste quand même pas mal de monde ! Je me suis donc rendue à l’ambassade de bonne heure et de bonne humeur et j’ai voté pour… ben, le meilleur candidat, évidemment 🙂 Comme vous pouvez le voir, je n’étais pas toute seule : là, c’est la queue à l’extérieur de l’ambassade, mais il y en avait au moins autant à l’intérieur. 

vote-etranger

Ça m’a fait plaisir de voir que même lorsqu’on habite à l’autre du bout du monde, on se sent très concerné par la politique française. Le bureau était ouvert de 8h à 20h et je ne sais pas si la queue a duré toute la journée. Je suis arrivée vers 9h30 et je suis ressortie plus d’une heure après. Le vote a lieu par papier, le vote électronique n’est pas autorisé pour les présidentielles et n’est pas non plus prévu pour les prochaines législatives en raison de risques élevés de cyber-attaques. Cela me tranquillise. J’aime bien le papier, j’ai moyennement confiance dans les votes électroniques, car ils me semblent très faciles à trafiquer.

Après une longue attente, un passage sous portique (on ne prend aucun risque concernant la sécurité), je me vois remettre un badge. Le mien est vert, d’autres sont rouges.

visiteur-ambassade

Je n’étais pas dans la même file que mon mari car il existe deux bureaux qui fonctionnent par ordre alphabétique du nom de naissance A-K et L-Z, et nos noms ne font pas partie du même groupe. Après un long temps d’attente me voici enfin dans l’isoloir. Puis je m’approche de l’urne. A voté !

urne-vote
Crédits Wikipedia

Les résultats

Le dépouillement a lieu immédiatement après la fermeture du scrutin, même si la France vote encore. Je ne savais pas si nous aurions accès aux résultats du Japon avant même que les gens de France n’aient fini de voter ou si nous serions obligés d’attendre pour qu’il n’y ait pas de fuite. Et en effet, c’est la seconde solution qui s’applique : il est interdit de communiquer les résultats avant la proclamation officielle du Conseil Constitutionnel. Seul le Quai d’Orsay est informé par chaque ambassade via une application ultra sécurisée. Ensuite, chaque ambassade peut afficher les résultats de son bureau.

Bon évidemment, toujours à cause de ce fichu décalage, je suis obligée soit de me lever à 4 heures du matin soit d’attendre le lendemain matin pour avoir les résultats. C’est super frustrant. J’ai décidé de ne pas me lever en plein milieu de la nuit car le fait de savoir qui sera au second tour peut tout de même attendre, ça ne changera rien à la face du monde que je le sache en temps réel ou pas. En plus, j’aurai (sans patienter) tous les discours des uns et des autres, les analyses des journalistes politiques etc. Parce qu’en général, à 20h en France, c’est le bazar intégral pendant des heures, on reçoit les résultats au fur et à mesure et ça dure une éternité : là au moins, j’aurai tout d’un seul coup.

Alors voilà au surlendemain du premier tour les résultats à Tokyo et à Kyoto, les deux centres de vote du Japon pour les Français. (source Les Décodeurs, journalistes au Monde)

すごい, non ? Et vous, que vous viviez en France ou à l’étranger, la politique française vous intéresse-t-elle ?

Découvrez aussi :

Voter à l’étranger
Facebooktwitterpinterestmail
Étiqueté avec :    

16 commentaires sur “Voter à l’étranger

  • 25 avril 2017 à 9 h 32 min
    Permalien

    Bonjour Sandra,
    Toujours un plaisir de vous lire même pour un tel sujet.
    Pour la politique , je serais normande avec un oui et un non. Bien sûr, c’est important d’avoir la possibilité de choisir l’équipage qui va diriger notre pays pendant quelque temps et de savoir ce qu’il propose comme cap. Par contre, je n’aime pas la politique journalistique qui ne s’intéresse pas aux programmes , aux débats où personne ne s’écoute, aux bla-bla post urnes où le monde est refait comme pour le sport.
    Par contre, nous sommes avec mon mari de fervents votants. C’est une liberté acquise de nos ancêtres surtout nous les femmes et il y a encore tellement d’endroits où c’est interdit.

  • 25 avril 2017 à 9 h 40 min
    Permalien

    Je suis d’accord avec vous : la politique journalistique n’est pas trop mon fort, mais j’aime lire les programmes, voir les discours et débats et j’adore quand un nouveau gouvernement est mis en place : la nomination des ministres me fait toujours croire, naïve que je suis, que le monde sera peut-être un peu meilleur. Inutile de dire que je suis presque toujours déçue, mais je suis parfaitement d’accord avec vous : tellement de gens et de femmes se battent encore pour avoir ce droit de vote qu’il me semble inconcevable de ne pas aller donner mon suffrage. Belle journée !

  • 25 avril 2017 à 9 h 49 min
    Permalien

    Je pensais bien que tu nous parlerai des élections françaises au Japon 🙂 Tu échappes, effectivement, en étant loin au tumulte autour de la politique ces derniers mois et j’ai hâte que tout cela s’arrête !
    Bien sûr dimanche nous avions la « boule » au ventre, j’avais pianoté sur le net en regardant la Tribune Libre de Genève qui donnait déjà les résultats !!
    Cela fait du bien de voir qu’au Japon, Mme LE PEN sort en dernier 😉 dans ma commune elle est en 3e position !!!
    Vivement le 8 Mai qu’on connaisse notre Président 🙂
    A bientôt Sandra.

  • 25 avril 2017 à 11 h 46 min
    Permalien

    Oui, moi aussi je suis contente qu’elle arrive dernière parmi les « gros » candidats. Mais je suis tout de même surprise qu’elle puisse avoir des suffrages à l’étranger de la part de Français qui sont des immigrés dans un autre pays mais la logique et l’humain sont parfois dissemblables…

  • 25 avril 2017 à 12 h 41 min
    Permalien

    Tes articles sont toujours très intéressants.
    Je ne sais pas si tu dois avoir une autre vision de la politique française, vivant à l’étranger.

  • 25 avril 2017 à 12 h 45 min
    Permalien

    Merci ! Le fait d’habiter à l’étranger oblige à se décentrer un peu des problèmes typiquement français et on peut voir des choses qui n’existent pas ou pas beaucoup en France, comme dans l’agriculture, l’énergie par exemple. Et on se rend compte de l’immense chance qu’ont les Français sur certains points (école gratuite, soins de qualité et gratuits à l’hôpital etc.)

  • 25 avril 2017 à 12 h 52 min
    Permalien

    J’avoue que je commence à saturer des élections – vivement le 08! Quand je vivais en Irlande, j’étais beaucoup moins au courant de tout, tout le temps, et du coup j’avais l’impression de réellement « faire un choix ». En France, nous sommes trimballés depuis des mois par les Journalistes de tout bord et c’est épuisant.
    Il fallait être motivé pour voter au Japon – A paris il fallait compter une bonne demi-heure de queue pour les plus chanceux. A Dublin, ça avait été plié en 5 minutes!

  • 25 avril 2017 à 12 h 53 min
    Permalien

    Oui il fallait être motivé, mais pour aller voter, je le suis toujours 🙂 ! Le fait d’être à l’étranger éloigne un peu des journaux télé et on peut se concentrer davantage sur les programmes réels, ce qui devrait être la norme. Bonne journée !

  • 25 avril 2017 à 15 h 55 min
    Permalien

    Avec plaisir ! Bisous ma belle !

  • 25 avril 2017 à 16 h 16 min
    Permalien

    Tiens, les professions de foi des candidats, j’avais oublié ça… Rien reçu par chez nous à Shanghai, mais nous étions très branchés sur les rediffs des télé françaises et les journaux donc assez informés. N’empêche j’aime bien les professions de foi, je trouve toujours ça intéressant. Tant pis pour le deuxième tour, j’imagine qu’on devra faire sans encore une fois…

  • 26 avril 2017 à 1 h 56 min
    Permalien

    Rien reçu ? Ah, c’est curieux ! Tu les auras peut-être pour le second tour 😉 J’ai vu très rapidement que tu avais fait un article sur ton vote à Shanghai, que je vais aller lire à fond très vite ! Des bises, Tara !

  • 26 avril 2017 à 9 h 55 min
    Permalien

    Le 5% pour le Pen me donne envie de déménager au Japon même si je suis absolument pas en faveur du premier candidat mais il va bien falloir compter sur lui pour être Président.
    C’est intéressant de voir comment ça se passe à l’étranger, c’est une occasion de se rassembler en tant qu’expatriés en plus.

  • 26 avril 2017 à 9 h 58 min
    Permalien

    Oui je te comprends parfaitement, et c’est plus fun que les rassemblements qu’il y a eus pour les attentats de France.Tu comptes les jours avant le Japon, j’imagine ? Si ça se trouve, tu vas rester ici 😀 !

  • 27 avril 2017 à 19 h 07 min
    Permalien

    Très intéressant de découvrir comment les ressortissants français votent depuis l’étranger, j’avais eu des échos sur la Suisse et le Canada, apparemment ce n’est pas très différent au Japon 😉
    Heureusement ici je n’ai pas eu 1h d’attente pour voter, il y aurait de quoi décourager les électeurs!
    Merci pour cet aperçu de tes aventures nippones 😉

  • 28 avril 2017 à 1 h 25 min
    Permalien

    Merci pour ton message. C’est vrai qu’il faut être patient et motivé, mais pour moi en tout cas qui rentrerai un jour en France, je trouve tout à fait normal de continuer à m’intéresser à la politique française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *