Emménagement Tokyo

Voilà maintenant plusieurs semaines que j’écris moins sur le blog, comme vous avez pu le remarquer. J’ai pour excuse d’avoir eu un été assez chargé entre un déménagement depuis l’autre bout de la planète, deux recherches d’appartement et emménagements (un en France et un dans mon nouveau pays d’accueil). Voilà maintenant un peu plus d’un an que je savais que j’écrirais cet article : Ciao Tokyo ! Après 5 ans d’expatriation au pays du soleil levant, j’ai quitté le Japon cet été… Et mes sentiments sont bien partagés : d’un côté, je suis triste de quitter un pays, quelques amis et une expérience que j’ai vraiment appréciés. De l’autre, je suis excitée à l’idée de démarrer une nouvelle aventure dans un autre pays, sur un autre continent. Je me souviens de notre arrivée à Tokyo…

Nous sommes partis plein de curiosité et avec un peu d’appréhension pour cette première vraie expatriation (j’avais vécu quelques mois à l’étranger avant, lorsque j’étais étudiante, mais ce n’est pas du tout pareil). Nous n’étions jamais allés en Asie. J’avais pourtant des liens avec le Japon, une amie japonaise, Motoko que je connais depuis l’âge de 6 ans, que j’avais perdue de vue vers 25 ans et que j’ai retrouvée lors de cette expatriation grâce à mon amie Hisae. Dans le cadre professionnel, j’ai eu aussi il y a longtemps une (super !) stagiaire qui est partie vivre au Japon. Mais si on m’avait dit qu’un jour j’irais là-bas, même en vacances, j’aurais ri et n’y aurais pas cru. Et pourtant… Tout a commencé avec une proposition de poste pour 3 ans, 8 jours de réflexion, un coup de fil à Marie (mon ancienne stagiaire). Je me souviens qu’elle m’a dit un seul mot : fonce ! On a foncé, et on n’a jamais regretté ! Cette expérience a été un cadeau…

Cadeau Tokyo

Nous sommes arrivés un soir tard au mois d’août. La chaleur était accablante, l’air moite malgré l’heure tardive. Après avoir récupéré nos bagages, j’ai demandé où se trouvait la navette qui devait nous amener à l’hôtel réservé depuis la France. Sur le panneau, il était indiqué qu’elle devait passer à 23h 27. Elle est arrivée pile à l’heure, je n’en revenais pas. Nous avions soif, et avons utilisé un distributeur pour boire de l’eau. En fait, ce n’était pas de l’eau mais une boisson immonde qui a le goût d’un médicament. C’est à ce moment que j’ai vraiment pris conscience que j’étais analphabète, là comme ça d’un seul coup, après 12 heures d’avion…

Le lendemain matin, un peu jetlagués, nous rejoignons notre logement provisoire chez Hiro dans lequel nous sommes restés 6 semaines, le temps de trouver quelque chose de plus pérenne. Je me souviens de la propreté, de l’incompréhension, du silence, des regards fuyants, de la patience, du service d’immigration, des nombreux appartements visités, du métro, des rires, de l’absence d’odeur, des gestes, de la nourriture, des chats, des temples… 

Nous avons fait transformer nos permis français en permis japonais comme je l’ai déjà raconté dans cet article. Il y avait une raison : il fallait déménager. Facile ! D’abord, louer une voiture. Une grosse. Il s’agit de transporter toute notre vie, c’est-à-dire 8 valises énoooormes offertes par nos amis et collègues lors de notre départ, plus trois ou quatre bricoles achetées depuis notre arrivée au Japon. Ensuite, prendre le volant (j’ai obligeamment laissé mon mari conduire, par pure gentillesse 😉 Puis trouver sa route quand on n’arrive à lire aucun mot sur les panneaux. Le GPS intégré ne « parlant » que japonais, ça va être fun. Le véhicule pourtant vraiment grand ne peut contenir toutes nos affaires, il faudra 2 voyages, chouette !

Évidemment, le jour du déménagement, il pleut et le temps de vider l’appart provisoire et de faire le ménage, il fait nuit, ici à 17 h le soleil se couche déjà ! Pour une première conduite à Tokyo, c’est cool ! Heureusement, mon iphone est un peu moins francophobe que le GPS nippon et il nous conduit – enfin, bien que ce soit un petit bijou technologique, il ne conduit quand même pas la voiture tout seul ! – à bon port. Mais il nous oblige à prendre l’autoroute. On ne sait pas trop comment faire au péage, mais la barrière se lève toute seule à la sortie, sans que l’on paie quoi que ce soit. Étrange…

En arrivant dans notre nouveau quartier, les rues se rétrécissent au point qu’il est impossible de croiser une autre voiture et carrément risqué de tourner pour la carrosserie. Mais bon, on y arrive, on décharge les bagages et on repart chercher le reste. Et là, au péage, incompréhension : on s’avance comme la première fois, mais la barrière ne se lève pas, le gars du péage est obligé de sortir de sa cahute et de nous courir après pour nous faire payer. On n’a rien compris, on a failli passer pour des malfrats voulant resquiller, mais bon, le péage japonais, pour nous, fait partie des mystères de la vie comme « Dieu existe-t-il ? » ou « Pourquoi les dinosaures ont-ils disparu ? »…  Un autre aller-retour, et on a terminé notre déménagement.

Ciao Tokyo

Première nuit dans notre quartier (j’ai mis 3 jours pour arriver à le prononcer avec toutes les syllabes dans le bon ordre). Nous n’avons rien d’autre que des matelas, à même le sol. Ça rajeunit, j’ai l’impression d’être une étudiante ! Pendant deux jours entiers, nous mangeons à même le sol car nous n’avons aucun meuble… Non, OK, là, je fais ma Cosette, mais en fait, en gros bourges que nous sommes, on mange au resto, qu’est-ce que vous croyez ?! Mais il est urgent d’acheter des meubles.

Commande chez Ikéa. On s’y retrouve bien, les noms des objets sont les mêmes partout dans le monde et toujours aussi faciles à prononcer, du genre AVSIKT ou SKRUVSTA. Mais c’est toujours plus facile que le japonais 😉 Nous avons acheté l’essentiel en une seule fois. On nous propose une livraison… un dimanche. Heu, vous êtes sûrs, vous allez venir un dimanche pour livrer mes cartons ? Oui. Ce dimanche-là, il y a un ouragan. J’ai dit à ma petite famille qu’on allait encore devoir se passer de table et chaises quelques jours car les livreurs ne viendraient pas à cause du typhon. Eh bien si, ils sont venus, exactement dans la tranche horaire prévue et nous ont livré nos 37 cartons. Je me suis dit, waow, c’est ça le Japon ? Eh bien oui, c’est le sens du service ! Nous montons tous les meubles patiemment et pestons contre les « p#@/& de pas de vis foirés » de chez Ikéa. Même Mac Gyver et Bob le Bricoleur réunis auraient râlé, c’est dire ! Nous voilà enfin vraiment installés. Et je me dis que dans moins de deux ans, il faudra tout recommencer, à l’envers… Sauf qu’on est repartis avec quelques cartons en plus des valises…

Déménagement Tokyo

Et en fait, on a pu rester 5 ans en tout, on a pu prolonger un peu cette belle parenthèse. Je me demande si le Japon m’a changée, ce que cette expérience m’a apporté mais il y aurait tant à dire ! Je pense que j’ai appris des choses sur un magnifique pays et sa culture, j’ai appris à regarder le monde et les autres autrement, j’ai appris des choses sur moi-même aussi, et c’est pour toutes ces raisons que je considère que partir valait vraiment la peine. Quelques fêtes mémorables resteront gravées dans ma mémoire (chez des amis qui avaient la chance d’avoir un immense logement)…

Fête Tokyo

J’ai eu de la chance car tout s’est bien passé et les moments de cafard que j’avais lus sur des blogs d’expat après la fameuse « lune de miel », je ne les ai franchement pas ressentis ou alors ils ont duré si peu que je les ai totalement oubliés. Ce que j’ai appris sur moi, c’est surtout que j’ai conservé cette capacité d’étonnement et d’émerveillement. Je suis sans doute quelqu’un de naïf mais je ne suis jamais blasée et m’enchante parfois peut-être pour peu de choses. Cela dit, je n’ai pas tout aimé à Tokyo, faut pas croire ! Et je vous parlerai encore un petit peu du Japon car j’avais prévu des billets que je n’ai pas encore eu le temps d’écrire. Voici ma dernière photo de Tokyo, la veille au soir de notre départ…

Tokyo

Mais depuis quelques semaines, j’habite une nouvelle ville dans un nouveau pays, qui sera l’occasion de nouveaux billets mais à un rythme moins régulier… J’ai encore beaucoup à découvrir et à partager avec vous si le coeur vous en dit 😉 

すごい, non ?  Bon, va falloir que je trouve désormais une autre phrase plus couleur locale en fin de billets…

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

28 commentaires sur “Ciao Tokyo !

  • 2 octobre 2018 à 11 h 00 min
    Permalink

    Oh, ça doit être dur de quitter le Japon! Bon, je suis un peu triste aussi, parce que j’adorais tes billets sur ta vie là-bas… Mais je suis sûre que tu sauras me captiver aussi avec ta nouvelle destination, que je me réjouis de découvrir!

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 6 h 58 min
      Permalink

      Oui, quitter un pays qu’on a aimé, une ville magique, des gens et des tonnes de souvenirs, ce n’est pas facile, mais je savais que cette expérience n’était pas pour la vie, j’en ai bien profité et maintenant je pars vers autre chose…

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 11 h 29 min
    Permalink

    Et tu ne nous dis pas dans quel pays tu vis désormais, alors qu’évidemment on brûle de le savoir ? Quel art du teasing ! en tout cas je guette tes prochains billets avec impatience !

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 6 h 59 min
      Permalink

      Haha ! Je ne le dis pas mais rien n’interdit de poser quelques questions… 🙂 À très bientôt !

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 14 h 53 min
    Permalink

    Un grand changement de vie!
    C’est certain que cette expérience t’a apporté ainsi qu’aux tiens. J’ai pris plaisir à découvrir le japon a tes côtés Sandra.
    A tes nouvelles aventures alors…

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 00 min
      Permalink

      Merci Marie, toujours fidèle ! Oui c’est très enrichissant et pour paraphraser Piaf, non je ne regrette rien. À très vite, passe une bonne journée !

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 18 h 37 min
    Permalink

    le suspense qui tue là
    tu nous dis pas où tu as attéri
    contente de t avoir suivi pendant cette étape japonaise

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 01 min
      Permalink

      Merci pour ta fidélité Tania et à très bientôt pour de nouvelles aventures… très différentes !

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 19 h 51 min
    Permalink

    Bonsoir !
    Un billet émouvant. J’ai commencé à suivre ton blog alors que tu étais déjà bien installée au Japon. Je vais cette fois-ci suivre cette nouvelle étape dès son commencement.
    Un très grand merci pour tout ce que tu nous as su nous faire partager : que ce soit tes lectures, ta vie au Japon ou tes voyages. C’est toujours un plaisir que de passer par ici.
    J’espère que vous êtes maintenant bien installés dans votre nouveau chez vous ! Que nous avons nous tous hâte de découvrir 🙂

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 03 min
      Permalink

      Merci à toi Vincent pour tes mots toujours encourageants et ta fidélité ! Ma nouvelle vie commence à s’organiser (je récupère en principe enfin mes cartons dans quelques heures) et elle est TRÈS différente ! À très bientôt !

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 20 h 10 min
    Permalink

    Quel plaisir de te lire et d’avoir de tes nouvelles 🙂 J’ai hâte de savoir où tu as posé tes valises !!
    A bientôt.

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 41 min
      Permalink

      Merci Brigitte ! Oh tu verras, ce sera vraiment très différent du Japon… mais j’espère que ça continuera de te plaire 😉 À très bientôt !

      Réponse
  • 2 octobre 2018 à 22 h 02 min
    Permalink

    Moi je sais où elle a posé ses valises, c’est même pas loin de moi maintenant !!! <3 <3 <3

    J'ai tellement hâte que tu commences à nous décrire ta vie là-bas, mais je comprends que pouvoir se remettre devant le clavier prenne du temps, je suis dans la même phase exactement en ce moment ! Je suis sûre que cette expérience sera aussi riche que ces 5 ans au Japon. L'expatriation est tout de même une sacrée expérience !

    Bisous ma Sandra !

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 44 min
      Permalink

      Haha, oui toi tu es dans le secret ! Je pense très souvent à toi même si je n’arrive pas à trouver le temps de t’écrire, prise entre les démarches pour obtenir ma carte de résidente, l’installation, et… la récupération de mes cartons tout à l’heure en sortant du boulot. Sauf que ‘ai reçu un avis pour 4 cartons et j’en ai envoyé 7… J’espère que je vais finir par tout récupérer… Bisous ma Sophie et à très vite !

      Réponse
  • 3 octobre 2018 à 4 h 51 min
    Permalink

    Noooooon ! Décidément je crois que les expats ont raison, chaque année il y a un grand tri qui se fait ! En tout cas, je vous souhaite beaucoup de bonheur et de nouvelles aventures dans ce nouvel endroit ! Je me langui tellement de savoir où cela se trouve et vu de ce que je vois de Miss Texas (ou Miss Lisbonne maintenant on ne sait pas ;P) je dirais en Espagne ou au Portugal ! Mais je comprends que tout cela demande beaucoup de temps et donc forcément les articles ne sont pas toujours au rendez-vous. J’attendrais avec grande impatience de te relire à nouveau !

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 7 h 46 min
      Permalink

      Ah c’est normal : à moins de faire comme certaines et d’épouser un local ;-), on a souvent des contrats pour quelques années et ensuite il faut rentrer… ou repartir ailleurs 🙂 Et pour répondre à ta question, oui je me rapproche de Miss Texas (en même temps Houston-Tokyo, on ne pouvait guère faire plus loin !) mais pas à ce point…

      Réponse
  • 3 octobre 2018 à 15 h 33 min
    Permalink

    Hâte de te suivre encore un peu au Japon, et ailleurs !

    Réponse
    • 4 octobre 2018 à 13 h 20 min
      Permalink

      Merci Caro, j’espère que la suite te plaira mais tu verras, ça n’aura RIEN à voir 😀 !

      Réponse
  • 3 octobre 2018 à 19 h 40 min
    Permalink

    C’était un plaisir de lire tes articles sur ta vie au Japon, merci d’avoir partagé ça avec nous !
    J’ai hâte de savoir où tu as posé tes valises ! Bonne continuation

    Réponse
    • 4 octobre 2018 à 13 h 21 min
      Permalink

      Merci, je suis contente si ce partage d’expérience t’a plu… et ce n’est pas fini, même si ce sera un autre univers. Belle journée à toi !

      Réponse
  • 7 octobre 2018 à 18 h 07 min
    Permalink

    Les livreurs qui viennent un dimanche en plein typhon, je n’en reviens pas !
    En même temps j’ai quand même un peu envie de dire les pauvres… ^^

    Sinon, en ce qui concerne ta nouvelle destination, je parie sur l’Amérique Centrale ou du Sud, je ne sais pas pourquoi… Suspense ! 🙂

    Réponse
    • 8 octobre 2018 à 19 h 00 min
      Permalink

      C’est sûr, les pauvres livreurs. Cela dit, je précise qu’ils ont tout de même attendu la fin de l’après-midi, le typhon s’était bien calmé et il n’y avait plus de risque, heureusement ! La pluie tombait et si tu regardes bien la première photo, tu vois les couvertures qu’ils ont disposées pour ne pas rayer le parquet (très fragile) et ne pas le mouiller. La classe, quand même !
      Concernant ton pari, disons qu’on a vraiment failli aller à Mexico… mais finalement, nous avons choisi une autre destination…

      Réponse
  • 8 octobre 2018 à 11 h 31 min
    Permalink

    Hello chère Sandra,
    la première fois qu’on s’est vu, tu m’a parlé de ton voyage en Tunisie et à Carthage, beau souvenir pour moi aussi, d’où le choix du pseudo. J’ai découvert ton blog passionnant en cherchant un coiffeur à Tokyo et depuis presque un an je te lis toujours avec le même plaisir. Tes articles sont riches et souvent amusants et les photos sont tres belles! Moi aussi je sais où ta nouvelle vie t’a amenée et j’espère que tu t’y plais. C’était la journée du sport aujourd’hui à Tokyo, jour férié, il n’y avait personne dans le métro mais plein de joggeurs dans les rues, cela aurait mérité une photo!
    Bisous.

    Réponse
    • 8 octobre 2018 à 19 h 03 min
      Permalink

      Hello chère Elyssa (ce pseudo te va à ravir) ! Je pense bien à toi, à vous, restés à Tokyo et j’espère que tu as bien profité de ta journée fériée. Merci pour tous tes encouragements pour mon blog, je me souviens de ma surprise quand tu m’as démasquée au boulot ! Je t’écris dès que possible pour répondre à ton dernier mail, je ne t’oublie pas. Bisous à toute la famille et à très vite !

      Réponse
  • 8 octobre 2018 à 11 h 58 min
    Permalink

    J’ai lu ton billet émouvant avec encore plus d’attention que d’habitude…Comme je te comprends même si je n’ai pas eu la chance dans ma vie de connaître cette expérience, c’est aussi une sorte de deuil je pense que de quitter un pays que l’on a aimé et où on a vécu 5 ans.Quoi qu’il en soit je ne savais pas que tu quittais le Japon et comme tu ne nous dis pas pour où ce sera une surprise quand tu en parleras ici…Bonne installation !

    Réponse
    • 8 octobre 2018 à 19 h 08 min
      Permalink

      Oui Manou, c’est exactement ça, ça s’apparente à un deuil : on quitte un univers, une ville, des gens, des habitudes que l’on a aimés. Et il faut reconstruire autre chose après. Mais c’est moins douloureux qu’un vrai deuil parce qu’on sait que ce n’est pas irrémédiable, je peux toujours repartir à Tokyo pour des vacances et revoir les personnes qui comptent pour moi restées la-bas. Mais ce sera en tant que touriste, et c’est très différent… quoique bien agréable aussi.
      À très bientôt pour de nouvelles aventures !

      Réponse
  • 9 octobre 2018 à 8 h 27 min
    Permalink

    Oh la la, mais c’est dingue ! J’arrive après la bataille et deux fois en plus : une fois parce que je lis ce billet très en retard (la faute à ma vie trépidante et aux mille trucs à faire qui font que je ne lis plus mes blogs préférés qu’une fois de temps en temps et en bloc), et une fois parce que tu nous mets comme ça brutalement devant le fait accompli : t’es partieeeeeee !!! Et ben c’est bizarre mais j’ai l’impression d’avoir perdu une présence amie pas trop loin alors qu’on ne s’est jamais rencontrées… Et maintenant que tu es à l’autre bout de la planète ben… c’est une page qui se tourne 😉
    Bonne installation et à très vite !

    Réponse
    • 9 octobre 2018 à 14 h 06 min
      Permalink

      Merci Tara ! Moi aussi, j’avais l’impression d’être ta voisine, mais on se rencontrera peut-être, qui sait ? J’ai bien rencontré Miss Texas du temps où elle vivait à Houston et moi à Tokyo 😉
      Et après 5 ans au Japon, il fallait partir, mais on a décidé de ne pas rentrer tout de suite en France et de vivre autre chose. On a failli atterrir à peu près sur chaque continent, et maintenant, après la phase de stress où on ne savait pas encore où on allait, on a posé nos valises… Bises et à bientôt !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.