Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand est une pièce que j’adore. L’histoire, quoiqu’écrite à la toute fin du XIXe siècle se déroule pendant la première moitié du XVIIe. Il se trouve que j’ai vu récemment le film Edmond d’Alexis Michalik et cela m’a donné une envie folle de relire cette comédie héroïque célébrissime. Je n’ai pas regretté un seul instant.

Ce qui frappe d’abord, c’est le rythme éblouissant que le dramaturge impulse à sa pièce. Composée de milliers d’alexandrins, la plupart des vers s’étalent sur les répliques de plusieurs personnages. Chaque personnage prononce donc souvent quelques syllabes seulement du vers. Cela crée un rythme très entraînant qui jamais ne lasse le lecteur ou le spectateur : on en oublie que la pièce est en vers, on est emporté dans un tourbillon.

Edmond Rostand sait aussi particulièrement bien ménager le suspense. L’arrivée de Cyrano est très attendue : les premières scènes évoquent ce personnage à la fois craint par certains et apprécié par d’autres ; il arrive en retard et le lecteur est suspendu aux alexandrins tant il est fébrile et impatient.

L’histoire est évidemment bouleversante. Le malheureux Cyrano, malgré ses traits d’esprits, son âme magnifique et son courage fort justement légendaire, est d’une laideur non moins célèbre. Et comme de juste, il est amoureux de sa très belle cousine, Roxane. Cette précieuse s’entiche du beau Christian de Neuvillette en raison de sa seule beauté. Hélas, il fait pâle figure à côté du héros Cyrano car il est proprement incapable d’aligner trois mots d’esprit ou d’amour. Heureusement, Cyrano le fait pour lui.

« CYRANO.

Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?

Un serment fait d’un peu plus près, une promesse

Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,

Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;

C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,

Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,

Une communion ayant un goût de fleur,

Une façon d’un peu se respirer le cœur,

Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme ! »

En effet, comme Dorian dans le roman d’Oscar Wilde ou Raphaël de Valentin dans la Peau de chagrin de Balzac, Christian va accepter un étrange pacte plutôt diabolique : séduire Roxane grâce aux mots merveilleux de Cyrano. Ce dernier s’enflamme et tient un discours qui touche Roxane en plein cœur lors de la fameuse scène du balcon qui n’est pas sans rappeler celle de Shakespeare. Ensuite, c’est à travers des lettres profondément touchantes qu’il exprime son amour… mais la belle croit que ces mots sont ceux de Christian qu’elle se met à aimer pour son esprit.

« ROXANE.

[…] Mais ta chère pensée efface ta figure,

Et la beauté par quoi tout d’abord tu me plus,

Maintenant j’y vois mieux… et je ne la vois plus !

CHRISTIAN.

Oh !…

ROXANE.

Tu doutes encor d’une telle victoire ?…

CHRISTIAN, douloureusement.

Roxane !

ROXANE.

Je comprends, tu ne peux pas y croire,

À cet amour ?…

CHRISTIAN.

Je ne veux pas de cet amour !

Moi, je veux être aimé plus simplement pour…

ROXANE.

Pour

Ce qu’en vous elles ont aimé jusqu’à cette heure ?

Laissez-vous donc aimer d’une façon meilleure !

CHRISTIAN.

Non ! c’était mieux avant !

ROXANE.

Ah ! tu n’y entends rien !

C’est maintenant que j’aime mieux, que j’aime bien !

C’est ce qui te fait toi, tu m’entends, que j’adore,

Et moins brillant…

CHRISTIAN.

Tais-toi !

ROXANE.

Je t’aimerais encore !

Si toute ta beauté tout d’un coup s’envolait… »

Les personnages sont très intéressants : Cyrano de Bergerac, d’abord, est le protagoniste. Personnage solaire, son héroïsme est reconnu, sa verve et son humour extraordinaires. Il fait figure du héros romantique typique, alternant les moments de tristesse infinie et de joie débordante. Son panache éclipse un peu les autres personnages (très nombreux), mais pas totalement. On assiste à l’évolution de Roxane, femme caractérisée par sa préciosité au début de la pièce et qui change peu à peu pour devenir plus intéressante, moins superficielle.

Même si certains éléments de la pièce sont tout à fait invraisemblables (le fait que Christian accepte si vite le pacte proposé par Cyrano, l’arrivée de Roxane en plein siège d’Arras etc.), cette pièce est tout simplement un chef d’œuvre d’une verve impressionnante, qui touche à la tragédie comme à la comédie, en passant par le drame romantique : on rit, on pleure, et on ressort de cette lecture marqué-e à jamais.

Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand

Comédie héroïque parue en 1897. 320 pages chez J’ai lu (collection Classiques de Poche). 

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

4 commentaires sur “Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand

  • 22 juillet 2019 à 21 h 23 min
    Permalink

    J’aime énormément cette oeuvre. Je l’ai découverte via le biais de l’adaptation en film, lue et adorée, puis relue et re-adorée ! L’humour, les répliques excellentes… C’ets invraisemblables, c’est vrai, mais je n’en attends du vraisemblable.

    Réponse
    • 12 août 2019 à 9 h 05 min
      Permalink

      Même si c’est invraisemblable, le style est tellement exceptionnel, la vivacité des échanges si belle et les personnages tellement extraordinaires que ce n’est pas bien grave !

      Réponse
  • 29 juillet 2019 à 18 h 14 min
    Permalink

    Je plaide coupable : pas encore lue. Je sais que cette pièce est incontournable, mais…manque d’occasion. Le personnage de Cyrano est une grande référence culturelle, souvent citée, et comme tu dis, c’est un héros romantique. Bref, ca fait plaisir de tomber sur cette piqûre de rappel. À lire, je sais !

    Réponse
    • 12 août 2019 à 9 h 06 min
      Permalink

      On ne peut pas avoir tout lu et une vie entière ne suffirait pas à lire ne serait-ce que les seuls classiques de la littérature. Et puis tu as lu bien d’autres choses, ne te sens donc pas coupable. Cela dit, si tu as l’occasion de lire cette pièce, fonce, je pense que tu ne le regretteras pas !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.