Hernani ou l’honneur castillan, de Victor Hugo

Quand on évoque Hernani, on pense à la fameuse bataille du même nom, déclenchée lors de la première représentation de cette pièce jouée par la Comédie Française le 25 février 1830. Sacré Victor Hugo ! Trois ans après sa préface de Cromwell, dans laquelle il expose ce qu’est le drame romantique, voilà qu’il recommence avec Hernani ! Je me suis dit qu’une pièce de théâtre ne me ferait pas de mal en cette rentrée.

J’ai adoré cette pièce, qu’on se le dise ! Elle est vraiment caractéristique de ce nouveau genre littéraire du XIXème et on ne s’ennuie pas une seconde. Bien sûr, d’aucuns pourraient prétendre qu’une pièce en vers est un peu démodée aujourd’hui, eh bien pas du tout ! L’histoire parle d’amour, de pouvoir, d’honneur et les dialogues sont si vifs, si enlevés, qu’on poursuit sa lecture avec avidité.

Doña Sol est un véritable bourreau des cœurs. Trois hommes sont amoureux d’elle, pas moins ! Même si son nom semble évoquer le soleil qu’elle représente pour ses amoureux, il signifie en fait la solitude (Soledad en espagnol) et exprime parfaitement ce tiraillement entre son côté solaire et solitaire.

Au début de la pièce, elle est censée épouser – contre sa volonté – son oncle et tuteur, Don Ruy Gomez, bien plus âgé qu’elle et dont elle ne veut pas.

Les vieuxdont l’âge éteint la voix et les couleurs,
Ont l’aile plus fidèleetmoins beauxsont meilleurs.
Nous aimons bienNos pas sont lourds ? Nos yeux arides ?
Nos fronts ridés ? Au cœur on n’a jamais de rides.
Hélas ! Quand un vieillard aimeil faut l’épargner ;
Le cœur est toujours jeune et peut toujours saigner.
Ah ! Je t’aime en épouxen père ! Et puis encore
De cent autres façonscomme on aime l’aurore,
Comme on aime les fleurscomme on aime les cieux !
De te voir tous les jourstoiton pas gracieux,
Ton front purle beau feu de ta douce prunelle,
Je riset j’ai dans l’âme une fête éternelle !

Hernani, un jeune homme banni qui l’aime éperdument, a sa préférence. Mais le roi d’Espagne, Don Carlos éprouve également une passion pour la jeune femme…

Au premier acte, le roi qui s’est introduit furtivement dans la chambre de Doña Sol, la surprend en grande conversation avec Hernani : elle projette de tout quitter pour le suivre, bien qu’il mène une vie de bandit après qu’il a décidé de venger la mort de son père, assassiné sur les ordres du roi précédent. Don Carlos sort alors de sa cachette et provoque Hernani en duel. Mais à ce moment-là, Don Ruy Gomez surgit et se montre scandalisé que deux hommes puissent être dans la chambre de sa fiancée. Le roi se fait alors reconnaître et protège Hernani en le faisant passer pour un membre de sa suite…

Ecoutez l’histoire que voici :

Trois galantsun bandit que l’échafaud réclame,

Puis un ducpuis un roid’un même cœur de femme

Font le siège à la foisL’assaut donnéqui l’a ?

C’est le bandit.

DON FRANCISCO.

Mais rien que de simple en cela.

L’amour et la fortuneailleurs comme en Espagne,

Sont jeux de dés pipés : c’est le voleur qui gagne.

Mais il ne faudrait pas croire qu’il s’agit là seulement d’une histoire d’amour. C’est aussi une lutte pour le pouvoir (pouvoir politique et pouvoir sur la femme, et pouvoir en littérature) qui se livre ici. Cette rivalité illustre en effet très bien les Anciens contre les Modernes : Hugo sait très bien qu’en matière de littérature, deux camps s’opposent. Lui qui souhaite rompre avec le théâtre classique, bousculer les règles établies, incarne le groupe des modernes. Cependant, on peut voir que la pièce n’est pas très optimiste concernant cette faction, le poids du passé et des traditions étant très important…

Entre duels, vengeance, serments d’honneur et serments d’amour, la pièce est foisonnante, riche et pleine de rebondissements. Notre attention est sans cesse relancée grâce au génie de Victor Hugo qui manie la construction de la pièce et la langue à la perfection, sait camper des personnages complexes, forts et très attachants. La pièce déchaîna les passions puisqu’elle fut décriée par les Classiques mais soutenue par les Romantiques. Elle reste un chef d’œuvre du drame romantique, comme On ne badine pas avec l’amour que Musset écrira trois ans plus tard.

Hernani ou l’honneur castillan, de Victor Hugo

Pièce de théâtre parue en 1830. 142 pages chez J’ai lu (Collection Librio Théâtre).

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

6 commentaires sur “Hernani, de Victor Hugo

  • 10 septembre 2018 à 9 h 23 min
    Permalink

    Coucou Sandra !
    Un classique que je n’ai pas encore lu pour ma part, mais que je suis curieuse de découvrir après avoir lu ta chronique 🙂 Merci pour le partage, et contente que cette pièce t’ait plu ! Belle journée, bisous <3

    Sue-Ricette

    Réponse
    • 19 septembre 2018 à 15 h 40 min
      Permalink

      Je l’ai trouvé vraiment enlevé, tonique, j’ai aimé l’histoire. Et puis il est bien écrit, ce qui ne gâche rien. J’espère qu’il te plaira aussi si tu le lis. À bientôt !

      Réponse
  • 12 septembre 2018 à 9 h 50 min
    Permalink

    Bonjour !
    Je n’ai lu que très peu de livres de Victor Hugo. Je crois n’avoir lu que Le dernier jour d’un condamné et Claude Gueux.
    Mais, vu ce billet et la notation, je connais ma prochaine lecture de cet auteur ! 🙂

    Réponse
    • 19 septembre 2018 à 15 h 43 min
      Permalink

      J’ai adoré Claude Gueux, magnifique plaidoyer contre la peine de mort. Cette pièce est très différente, mais passionnante, j’espère qu’elle te plaira 🙂

      Réponse
  • 22 septembre 2018 à 19 h 25 min
    Permalink

    Alors là tu vois, je ne lis jamais de théâtre, mais je crois que je vais me lancer ! Bon, il faut dire que Hugo, c’est quand même un écrivain d’exception 😉 Merci pour tes chroniques qui me font souvent sortir de ma zone de confort littéraire !

    Réponse
    • 3 octobre 2018 à 6 h 48 min
      Permalink

      Victor Hugo est sans conteste un très grand auteur et cette pièce mérite le détour, elle est courte à lire, j’espère qu’elle te plaira !

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.