Lettre à D. - Histoire d'un amour, d’André Gorz

C’est mon amie Elissa qui m’a parlé de ce livre. Je ne connaissais pas du tout ce texte ; en revanche je connaissais de nom l’auteur, philosophe et ami de Jean-Paul Sartre. Après ma lecture et quelques recherches, je me suis rappelé la fin extraordinaire de l’auteur dont j’avais entendu parler à l’époque. À un âge très avancé, il a choisi de se suicider avec son épouse atteinte d’un mal incurable et très douloureux. Le texte que je vous présente est une lettre qu’il lui adresse, quelques années avant leur mort.

Rassurez-vous, ce récit n’est pas larmoyant. Au contraire, c’est une magnifique lettre d’amour. L’auteur commence en se demandant pourquoi lui qui a publié de nombreux ouvrages, essentiellement des essais philosophiques, n’a que très peu parlé de sa femme dans ses écrits. Pire encore, le peu qu’il dit d’elle lui semble très injuste avec le recul car assez cruel. Il cherche alors à s’amender, mais surtout à montrer à quel point il l’aime.

Il retrace alors leur long chemin de vie commune. De leur rencontre à Paris à leur mariage malgré l’hostilité de sa famille à lui, de leur vie ensemble jusqu’à la découverte de sa maladie à elle. Il insiste surtout sur leur communion intellectuelle. C’est un couple fusionnel qui travaille et vit ensemble. Il montre qu’elle est sa muse, l’a toujours encouragé et aidé dans l’écriture et dans sa construction d’intellectuel. Elle est véritablement son alter ego qui l’accomplit et le complète.

« Tu viens juste d’avoir quatre-vingt-deux ans. Tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Récemment je suis retombé amoureux de toi une nouvelle fois et je porte de nouveau en moi un vide dévorant que ne comble que ton corps serré contre le mien. »

J’ai trouvé intéressant d’assister à la naissance et à la vie de ce couple. On y voit leurs difficultés, notamment financières, qui loin de briser leur union, ne fait que la renforcer : chacun épaule l’autre devant l’adversité. Qu’un tel couple ait duré si longtemps dans le respect, l’amour et la fidélité ne peut que nous attendrir. Surtout quand on le compare à celui de leurs amis Sartre et de Beauvoir qui eux, ne semblent pas avoir été aussi heureux. Si la liberté qu’ils affichaient correspondaient à leur vision intellectuelle et philosophique, on sait qu’ils ont souffert. Ce n’est pas le cas de Dorine et André Gorz. Leur sagesse peut nous faire réfléchir sur la vie à deux aujourd’hui.

Indépendamment de l’amour qu’André Gorz porte sa femme, j’ai également trouvé très intéressantes ses réflexions philosophiques et sociologiques sur la société de son époque. Intellectuel engagé, l’auteur approuve par exemple un texte d’Ivan Illich qui peut faire écho à ce que nous vivons aujourd’hui, 50 ans après ; on peut dire que certains aspects sont d’une actualité étonnante.

« Il commençait en affirmant que la poursuite de la croissance économique allait entraîner de multiples catastrophes qui menaceraient la vie humaine de huit manières. On y trouvait comme un écho de la pensée de Jacques Ellul et de Günther Anders : l’expansion des industries transforme la société en une gigantesque machine qui, au lieu de libérer les humains, restreint leur espace d’autonomie et détermine quelles fins ils doivent poursuivre et comment. Nous devenons les serviteurs de cette mégamachine. La production n’est plus à notre service, nous sommes au service de la production. »

C’est donc un récit très court qu’André Gorz adresse à son épouse et qui suscite l’admiration devant un amour aussi profond, sincère et durable. Je vous le recommande ; merci à toi, Elissa, de me l’avoir fait découvrir.

Lettre à D. – Histoire d’un amour, d’André Gorz

Récit paru en 2006 et réédité en 2008. 81 pages chez Gallimard (collection Folio). 

Découvrez aussi :

Facebooktwitterpinterestmail

4 commentaires sur “Lettre à D. , d’André Gorz

  • 13 janvier 2019 à 11 h 17 min
    Permalink

    Hello Sandra!
    Très bonne année 2019, riche de belles surprises et découvertes !
    Merci à toi de parler aussi bien de ce roman que j’ai bien aimé. Je continue de te lire régulièrement, et suis tes conseils. J’ai dévoré « l’art de perdre », je ne connaissais pas bien le sujet en fait et j’ai trouvé le roman informatif, superbement écrit, et trés touchant (ah les racines…), j’ai préféré les deux premières parties et aimé comment l’auteure installe l’oubli.
    Dis nous en plus sur Casa, un billet sur la nourriture, mmh, vous devez vous régaler !
    Gros bisous, on espère vous voir cet été!

    Réponse
    • 14 janvier 2019 à 18 h 54 min
      Permalink

      Hello ! Très bonne année à toi aussi et à toute la famille ! Je suis contente que tu aies aimé l’Art de perdre, j’ai beaucoup aimé ce roman aussi. Je promets que j’écrirai sur ma vie à Casa (un billet sur la nourriture est prévu, c’est indispensable !) mais j’attends un peu d’avoir tout goûté 😉 En tout cas, je me régale bien, tu peux me croire. Je t’envoie un mail bientôt au sujet des vacances, bisous à tout le monde <3 !

      Réponse
  • 19 janvier 2019 à 10 h 36 min
    Permalink

    Je ne connais cet auteur que de nom et je n’ai jamais rien lu de lui. Je le note mais en ce moment je n’ai pas trop envie de lire des classiques. Merci pour ta chronique toujours superbement rédigée et qui me donne envie d’avoir encore plus le temps de lire !

    Réponse
    • 21 janvier 2019 à 17 h 28 min
      Permalink

      Merci tu es adorable. Je pense que c’est un récit très tendre qui pourrait te plaire. Moi aussi, j’aimerais ne faire que lire, je ne m’ennuie jamais avec un bon livre.

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.