La vérité sort de la bouche du cheval, de Meryem Alaoui

J’ai choisi ce roman pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’il s’agit encore une fois d’un premier roman, écrit par une femme, marocaine de surcroît. Ensuite, il se passe à Casablanca où je vis aujourd’hui, et j’avais donc à cœur de découvrir ce que peut bien écrire une Marocaine d’aujourd’hui sur ma ville d’adoption. Et enfin j’étais très intriguée par le titre… Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Zazie dans le métro, de Raymond Queneau

Pour mon classique du mois, je souhaitais relire du Queneau. J’avais aimé certains de ses poèmes, et bien sûr ses Exercices de style lus et relus abondamment. Mais étonnamment, je n’avais jamais lu son roman phare, Zazie dans le métro. C’est désormais chose faite et je ne regrette absolument pas ma lecture, bien au contraire, kèskeujmeusuimarée ! Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

 

Cérémonie, de Yasmine Chami

À mon arrivée à Casablanca, je m’étais bien promis de découvrir un peu la littérature marocaine. Ma collègue Sarah m’a proposé de me prêter des romans de Yasmine Chami, cette écrivaine marocaine de langue française et c’est ainsi que je me suis mise à lire ce tout petit roman. D’emblée, j’ai aimé son écriture, très travaillée, poétique, aux phrases longues et sinueuses comme des arabesques. Je me suis laissé emporter par ce roman très féminin. Féminin parce qu’écrit par une femme et parce qu’il parle des femmes, de trois membres d’une même famille en particulier. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Quand sort la recluse, de Fred Vargas

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un polar, moi qui, pendant des années, en dévorais l’été. J’avais envie de découvrir Fred Vargas que je ne connaissais pas. J’ai choisi un peu au hasard, son dernier roman. Bien m’en a pris. Je pensais que ce polar se passerait dans l’univers de religieuses mais pas du tout… Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

De la clémence, de Sénèque

Dans le cadre du challenge Au fil des siècles que j’ai organisé sur Livraddict, j’avais proposé deux classiques de l’Antiquité, un grec et un romain. J’ai choisi pour le romain un texte philosophique de Sénèque intitulé De la clémence. L’avantage de Sénèque, c’est qu’il est assez clair et donc accessible même aux non-philosophes comme moi.

Cet essai s’adresse à Néron, dont Sénèque a été le précepteur, avant de tomber en disgrâce et d’être contraint au suicide par l’empereur lui-même. C’est donc assez ironiquement que l’on peut lire ce texte a posteriori, quand on sait ce qu’a fait Néron pourtant si bien conseillé par le philosophe dans le domaine de la clémence ! Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail