Dix-sept ans, d’Éric Fottorino

Pour cette rentrée littéraire, j’avais repéré Dix-sept ans d’Éric Fottorino. Pourquoi ? D’abord parce que le titre m’évoquait bien sûr le célèbre vers de Rimbaud : « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans » et aussi parce que j’avais déjà lu un roman du même auteur, il y a fort longtemps : Un territoire fragile, que j’avais beaucoup apprécié. Dès que j’ai pu avoir une connexion fiable (je n’ai toujours pas Internet, c’est pourquoi je suis très en retard dans me réponses aux messages et mails, pardon !), j’ai installé ce livre dans ma petite liseuse, sans savoir de quoi il parlait. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Hernani ou l’honneur castillan, de Victor Hugo

Quand on évoque Hernani, on pense à la fameuse bataille du même nom, déclenchée lors de la première représentation de cette pièce jouée par la Comédie Française le 25 février 1830. Sacré Victor Hugo ! Trois ans après sa préface de Cromwell, dans laquelle il expose ce qu’est le drame romantique, voilà qu’il recommence avec Hernani ! Je me suis dit qu’une pièce de théâtre ne me ferait pas de mal en cette rentrée. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Quand sort la recluse, de Fred Vargas

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un polar, moi qui, pendant des années, en dévorais l’été. J’avais envie de découvrir Fred Vargas que je ne connaissais pas. J’ai choisi un peu au hasard, son dernier roman. Bien m’en a pris. Je pensais que ce polar se passerait dans l’univers de religieuses mais pas du tout… Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

Les Demeurées, de Jeanne Benameur

J’ai entendu parler de ce titre il y a très longtemps et m’étais promis de lire ce livre. Malheureusement, il n’existe pas en format numérique ce qui m’a obligée à attendre d’être de retour en France pour les vacances. Lors d’un dîner avec mes anciens voisins, nous avons évoqué ce roman et Martine mon ex-voisine m’a prêté ce petit bijou, merci à elle ! Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail

L’art de perdre, d’Alice Zeniter

J’avais beaucoup vu le roman L’art de perdre d’Alice Zeniter sur la toile et devant ce titre incongru et le plébiscite qu’il a suscité, je m’étais promis de le lire dès que j’aurais un peu de temps. Car il faut dire que c’est un pavé, mais qui se lit en un éclair tellement il est passionnant. J’ai donc attendu d’être vraiment en vacances pour le lire. Ou plutôt pour le dévorer ! L’art de perdre d’Alice Zeniter est un roman qu’il faudrait pouvoir lire d’une traite, sans avoir besoin de s’arrêter. Lire la suite

Facebooktwitterpinterestmail